Sajjan lance les premières consultations publiques sur la politique de défense depuis 20 ans

0

Lancement de l’examen de la politique de défense

Posté par Forces armées canadiennes sur mercredi 6 avril 2016

Le ministre de la Défense Harjit Sajjan a annoncé aujourd’hui le lancement de consultations publiques « dans le cadre d’un dialogue ouvert et transparent avec les Canadiens et d’autres intervenants clés » visant à éclairer l’élaboration d’une nouvelle politique de défense pour le Canada.

Il s’agit de la première consultation publique sur une politique canadienne de défense en plus de vingt ans.

« Le gouvernement du Canada est résolu à s’assurer que les Forces armées canadiennes (FAC) disposent des outils dont elles ont besoin pour défendre le Canada et l’Amérique du Nord et pour participer à un vaste éventail d’opérations à l’échelle mondiale. L’examen de la politique de défense contribuera à établir l’orientation et les priorités futures afin de garantir que nos forces armées sont équipées, entraînées et prêtes à faire face aux nouveaux défis et menaces dans les années à venir », explique le ministre.

Au cours des prochains mois, la population canadienne, des universitaires spécialisés, des chefs de file de l’industrie, des organisations non gouvernementales, des alliés et partenaires internationaux et des parlementaires auront l’occasion de participer à la discussion de diverses façons:

Des commentaires peuvent être formulés en ligne à www.canada.ca/consultations-defense d’ici le 31 juillet 2016; ceux-ci éclaireront la nouvelle politique qui sera publiée au début de 2017.

Six tables rondes regroupant des spécialistes de la défense et d’autres intervenants clés se tiendront à Toronto, à Vancouver, à Yellowknife, à Edmonton, à Montréal et à Halifax d’ici la fin de juillet 2016. Le ministre Sajjan animera la première table ronde à Vancouver, le 27 avril 2016. Nous demanderons aussi à des spécialistes de soumettre des mémoires en vue d’éclairer cette importante discussion.

« Nous avons invité les Comités du Sénat et de la Chambre des communes sur la défense nationale à se pencher sur des questions pertinentes dans le cadre de l’examen de la politique, et nous demanderons aux parlementaires d’inciter leurs électeurs à faire part de leurs commentaires », indique le responsable de la Défense.

L’avis d’alliés et de partenaires internationaux, notamment des États-Unis, sera sollicité lors de réunions bilatérales et multilatérales, a-t-il aussi précisé.

Les discussions, dit le ministre, seront axées sur trois grandes questions d’intérêt: les principaux défis liés à la sécurité du Canada, le rôle que doivent jouer les FAC pour contrer les menaces et relever les défis actuels, et les exigences sur le plan des ressources et des capacités pour réaliser le mandat des FAC. Un document de consultation publique a été élaboré afin de favoriser une discussion éclairée.

Un groupe consultatif ministériel a aussi été créé. Au cours de la prochaine année, quatre éminents Canadiens spécialisés dans les domaines de la défense, de la sécurité et des affaires étrangères soutiendront et conseilleront le ministre de la Défense nationale au cours du processus d’examen de la politique. Les membres de ce conseil consultatif sont les suivants:

  • Madame Louise Arbour, ancienne juge de la Cour suprême du Canada et membre du conseil consultatif de la Coalition pour la Cour pénale internationale.
  • Monsieur Bill Graham, ancien ministre des Affaires étrangères et ancien ministre de la Défense nationale.
  • Le général (à la retraite) Raymond R. Henault, ancien chef d’état-major de la défense et ancien président du Comité militaire de l’OTAN.
  • Madame Margaret Purdy, ancienne sous-secrétaire du Cabinet pour la sécurité et le renseignement au Bureau du Conseil privé, et ancienne sous-ministre adjointe de la Défense nationale.

« Le contexte stratégique de la sécurité dans lequel opèrent les Forces armées canadiennes a beaucoup changé. Je suis impatient d’entendre l’avis des Canadiens de partout au pays; leurs points de vue éclaireront l’élaboration d’une politique moderne de défense qui aidera les FAC à relever efficacement tout un éventail de défis, maintenant et au cours des années à venir. », a conclu le ministre Sajjan.

Les Conservateurs déclarent douter que les consultations aient un véritable impact 

Comme on pouvait s’y attendre, les conservateurs se montrent sceptiques et croient que ces consultations « n’auront probablement aucun impact significatif sur la politique étrangère des Libéraux ».

En réponse à l’annonce d’aujourd’hui du ministre Sajjan, les conservateurs prétendent que les jeux sont faits et les décisions déjà prises: « Le gouvernement libéral du Premier ministre Trudeau a déjà indiqué que sa stratégie en matière de défense va faire passer le Canada d’une ‘capacité de combat’ à des ‘opérations de paix’. Il a aussi dit clairement qu’il veut une force militaire ‘réduite’, ce qui va certainement entraîner des compressions », ont déclaré le porte-parole conservateur en matière de Défense nationale, et Pierre Paul-Hus, le porte-parole associé, par voie de communiqué.

Mais, l’Opposition conservatrice ne boycottera pas pour autant les consultations qu’elle souhaite ouverte et transparente: « Tous les points de vue devraient être pris en compte avec exactitude dans l’examen de la politique de défense quand le rapport sera présenté au début de 2017, pas seulement ceux qui reflètent la vision idéologique qu’ont les Libéraux de la force militaire », de conclure le communiqué du Parti Conservateur sur la question.

Les commentaires sont fermés.