Le Pentagone va publier un rapport sur le bombardement de l’hôpital MSF en Afghanistan

0
"Au bout de 20 ou 30 minutes, j’ai entendu quelqu’un m’appeler. C’était l’un des infirmiers de la salle d’urgence. Il m’appelait à l’aide." Lajos Zoltan Jecs est infirmier. Il était à l'hôpital MSF de Kunduz samedi matin 3 octobre 2015 quand des raids aériens l'ont pris pour cible. Il témoigne de l'horreur de ce qu'il a vécu. "C'est au-delà des mots". (MSF)
Le Pentagone va publier un rapport sur le bombardement de l’hôpital MSF en Afghanistan samedi matin 3 octobre 2015.(MSF)

Le Pentagone s’apprête à dévoiler un épais rapport d’enquête sur le raid meurtrier de forces américaines en octobre sur un hôpital de Médecins sans frontières (MSF) à Kunduz, en Afghanistan, a indiqué un responsable du ministère américain de la Défense jeudi.

S’exprimant sous couvert d’anonymat, le responsable du Pentagone a précisé à l’AFP que le rapport d’environ 3.000 pages pourrait être publié dès vendredi, avec toutefois des pans entiers expurgés par les autorités militaires.

Un avion des forces spéciales américaines avait mené un raid meurtrier le 3 octobre dernier sur un hôpital de MSF alors que les forces afghanes tentaient de reprendre le contrôle de Kunduz, ville stratégique à l’époque aux mains des talibans. Le raid avait fait 42 morts.

Le Pentagone avait reconnu fin novembre que le raid avait été causé « avant tout en raison d’erreurs humaines ». Une version rejetée par MSF, selon qui au-delà des erreurs, il y a eu « une grossière négligence des troupes américaines et des violations du droit de la guerre ». L’ONG réclame depuis l’ouverture d’une enquête internationale.

L’armée américaine avait annoncé en mars dernier que plus de dix militaires avaient fait ou allaient faire l’objet de sanctions administratives à la suite de ce raid meurtrier qui avait scandalisé l’opinion publique et poussé le président Barack Obama à présenter ses excuses. Des mesures toutefois accueillies froidement par la communauté humanitaire.

En Syrie, au moins 20 civils ont été tués mercredi soir lors d’un raid aérien des forces gouvernementales syriennes contre un hôpital soutenu par MSF et un immeuble résidentiel contrôlés par la rébellion à Alep (nord-ouest), selon la défense civile. Les États-Unis se sont dit « scandalisés » par ce bombardement, appelant jeudi la Russie à contenir le régime de son allié Bachar al-Assad.

Les commentaires sont fermés.