Le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk démissionne

0
Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, au Parlement de Kiev le 24 juillet 2014 (Andrew Kravchenko/AFP)
Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, au Parlement de Kiev le 24 juillet 2014 (Andrew Kravchenko/AFP)

Le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, vivement critiqué notamment pour le retard pris dans la mise en oeuvre de réformes, a annoncé dimanche à la télévision ukrainienne avoir démissionné de son poste.

«Ayant fait tout ce que j’ai pu pour assurer la stabilité du pays et construire une transition aussi calme que possible, j’ai décidé de quitter ma fonction de premier ministre de l’Ukraine», a-t-il déclaré pendant une émission de télévision ukrainienne.

Cette annonce intervient moins de deux mois après qu’Arseni Iatseniuk eut échappé à une motion de censure du Parlement, qui n’avait pas réussi à réunir le nombre de voix nécessaire pour le limoger malgré l’appel du chef de l’État Petro Porochenko à sa démission après une série de scandales de corruption.

«La crise politique en Ukraine est alimentée artificiellement. Le désir de changer un seul visage a aveuglé les hommes politiques du pays et paralysé leur volonté de changements réels dans le pays», s’est toutefois défendu dimanche Arseni Iatseniouk.

Selon lui, sa démission doit être entérinée mardi par le Parlement et Petro Porochenko a déjà désigné le président du Parlement ukrainien, Volodymyr Groïssman, pour lui succéder.

«À partir d’aujourd’hui, je vois ma mission comme étant plus large que mes pouvoirs en tant que chef du gouvernement», a poursuivi Arseni Iatseniouk.

Se prononçant pour «une nouvelle législation électorale, des réformes constitutionnelles, une réforme de la justice, une coalition contrôlant le nouveau gouvernement, le soutien international à l’Ukraine et son intégration dans l’Union européenne et dans l’OTAN», il ne s’est toutefois pas prononcé sur le rôle qu’il aura désormais dans la politique ukrainienne.

En poste depuis deux ans et longtemps chouchou des Occidentaux, Arseni Iatseniouk était très critiqué depuis plusieurs mois pour l’insuffisance de réformes promises et pour la défense présumée des intérêts des oligarques.

Les commentaires sont fermés.