Reprise des discussions de paix intersyriennes le 11 avril à Genève

0
L’Envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura. (Archives/ONU/Jean-Marc Ferré)
L’Envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura. (Archives/ONU/Jean-Marc Ferré)
05/04/2016 09h54 GMT

Le prochain round de négociations sur la paix en Syrie, menées sous l’égide de l’ONU, commencera le 11 avril à Genève, a indiqué mardi le porte-parole des Nations Unies Ahmed Fawzi, lors d’un point presse.

Staffan de Mistura, l’envoyé spécial des Nations Unies sur la Syrie, « envisage de reprendre ces entretiens intersyriens pour la paix le 11 avril, comme prévu », a indiqué M. Fawzi.

Les opposants au régime du président Bachar al-Assad, rassemblés au sein du Haut comité des négociations (HCN), vaste coalition d’opposants politiques et de représentants des groupes armés, sont attendus le 10 avril à Genève. Les discussions pourront commencer le 11 par « un entretien avec le HCN », a-t-il ajouté.

La délégation de Damas à ces entretiens arrivera, elle, le 14 avril, a ajouté le porte-parole. Des élections législatives sont en effet organisées par le régime le 13 avril et cinq membres de la délégation sont candidats à ce scrutin.

Le précédent round de discussions a eu lieu du 14 au 24 mars à Genève et s’est terminé sans avancée concrète, en raison de l’insistance du régime à discuter de grands principes.

La communauté internationale a relancé à l’automne 2015 un processus de discussions dans l’espoir de trouver une issue politique à la guerre, qui a déjà fait plus de 270.000 morts et contraint des millions de personne à l’exode.

Selon la feuille de route fixée par l’ONU, ces pourparlers doivent permettre la mise en place dans les six mois d’un organe de « transition », censé rédiger une nouvelle Constitution et organiser des élections d’ici 18 mois.

L’envoyé spécial de l’ONU rencontre Lavrov à Moscou

L’envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie Staffan de Mistura a rencontré mardi à Moscou le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, pour préparer le prochain round des négociations sur la paix en Syrie qui devrait commencer la semaine prochaine.

« Je prévois d’aller dans d’autres lieux, Téhéran, Damas, Ankara, Ryad, afin de mieux préparer (les discussions), mais c’est vraiment important de commencer ici à Moscou », a déclaré M. de Mistura au début de la rencontre.

« Moscou a contribué à ce qui peut être considéré comme le véritable élan pour une solution politique » à la guerre en Syrie, a souligné l’envoyé spécial de l’ONU.

Les forces russes soutiennent le président Bachar al-Assad et ont aidé l’armée du régime de Damas à notamment reprendre la cité antique de Palmyre qui était aux mains du groupe État islamique (EI).

Le précédent round de discussions s’est achevé le 24 mars à Genève et s’est terminé sans avancée concrète.

L’avenir politique du président Assad demeure la principale pierre d’achoppement entre les parties, l’opposition syrienne exigeant qu’il quitte le pouvoir avant la formation d’un gouvernement de transition.

Le régime de Damas exclut toute discussion sur l’avenir politique du président Assad.

M. Lavrov a estimé très important que les délégations aient « terminé leurs devoirs » avant le prochain round des pourparlers et appelé à des négociations directes dès que possible.

Les commentaires sont fermés.