Syrie: des rebelles marchent sur Dabiq, ville symbolique pour l’EI

0
Une couverture du magazine Dabiq.Le groupe armé État islamique, qui a proclamé en juin 2014 un "califat" sur les territoires qu'il contrôlait en Syrie et en Irak, a baptisé "Dabiq" son magazine de propagande anglophone en ligne.
Une couverture du magazine Dabiq.Le groupe armé État islamique, qui a proclamé en juin 2014 un « califat » sur les territoires qu’il contrôlait en Syrie et en Irak, a baptisé « Dabiq » son magazine de propagande anglophone en ligne.

Des rebelles s’approchaient mardi d’une ville du nord de la Syrie tenue par le groupe État islamique (EI) après avoir chassé les djihadistes d’une dizaine de villages, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Les forces rebelles se trouvent désormais à 10 km de Dabiq, une ville de la province d’Alep revêtant une importance symbolique pour l’EI, a indiqué Rami Abdel Rahmane, président de l’OSDH.

« Depuis la mi-mars, les combattants rebelles et islamistes, appuyés par la Turquie, ont pris le contrôle d’une zone frontalière s’étendant sur 15 km », a ajouté M. Abdel Rahman, dont l’ONG basée en Grande-Bretagne dispose d’un vaste réseau de militants et de sources médicales en Syrie.

Les formations rebelles, dont les groupes islamistes Faylaq al-Cham et les Brigades Sultan Mourad, ont pris le contrôle de 14 villages, a-t-il précisé, ajoutant que les tirs d’artillerie de l’armée turque avaient contribué à l’avancée de l’offensive.

Prise en août 2014 par l’EI, Dabiq a été le théâtre au XVIe siècle d’une bataille décisive qui a vu les Ottomans prendre le dessus sur les Mamelouks venus d’Egypte et fonder un empire que l’EI garde pour modèle.

Dabiq est aussi mentionné dans un hadith d’un compagnon du prophète Mahomet comme le site où les envahisseurs « romains » sont défaits, permettant aux armées de Dieu d’étendre leur territoire et infliger une défaite à Satan.

Le groupe djihadiste, qui a proclamé en juin 2014 un « califat » sur les territoires qu’il contrôlait en Syrie et en Irak, a d’ailleurs baptisé « Dabiq » son magazine de propagande anglophone en ligne.

La Syrie est le théâtre depuis 2011 d’un conflit qui a fait plus de 270.000 morts et jeté sur les routes plus de la moitié de la population, implique de nombreux groupes armés ainsi que des puissances étrangères.

Les commentaires sont fermés.