Ukraine: l’OSCE s’alarme d’une recrudescence des violations du cessez-le-feu

0
Ukraine: deux civiles tuées par une mine dans l'Est. (Archives/AFP)
Des mines à l’entrée d’une zone tenue par des soldats ukrainiens. (Archives/AFP)

L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a appelé jeudi toutes les parties à respecter le cessez-le-feu dans l’est de l’Ukraine, soulignant que le nombre de violations était à son plus haut « depuis des mois ».

« Au cours des dernières semaines, (l’OSCE) a constaté le plus important nombre de violations du cessez-le-feu depuis des mois », a souligné le chef de la mission d’observation de l’organisation, Ertugrul Apakan, lors d’une réunion de l’OSCE à Vienne.

« De nombreuses armes qui se trouvaient dans des lieux de stockage et des dépôts sont à nouveau utilisées sur la ligne de contact », a ajouté M. Apakan, relevant que « de l’artillerie et des mortiers, interdits par les accords de Minsk, sont de nouveau utilisés de plus en plus fréquemment ».

Les autorités rebelles prorusses ont annoncé mercredi la mort de quatre civils, dont une femme enceinte, lors du bombardement d’un point de contrôle séparatiste à Olenivka, sur la ligne du front dans l’est de l’Ukraine.

Dans un rapport publié mercredi, la mission d’observation de l’OSCE avait fait état de « 600 explosions » enregistrées récemment dans la région de Donestk, la « capitale » rebelle.

L’OSCE a également dénoncé jeudi des « attaques » visant des personnels et du matériel de sa mission d’observation, déplorant que leurs auteurs n’aient pas été inquiétés.

« Toutes les parties doivent respecter le cessez-le-feu » convenu lors des accords de Minsk de février 2015, a rappelé Martin Sajdik, le représentant de l’OSCE au sein du groupe de contact sur l’Ukraine.

Le conflit opposant l’armée ukrainienne aux séparatistes prorusses a fait près de 9.200 morts depuis son déclenchement il y a deux ans. Malgré la trêve, des flambées de violences se produisent assez souvent dans la zone de guerre dont les belligérants se rejettent la responsabilité.

Les commentaires sont fermés.