Yémen: sept soldats tués dans un attentat dans le sud du pays

0
Les forces loyalistes à Lahj, dans le sud du Yémen, pendant une offensive visant à chasser les combattants d'Al-Qaïda, le 24 avril 2016. (AFP/SALEH AL-OBEIDI)
Les forces loyalistes à Lahj, dans le sud du Yémen, pendant une offensive visant à chasser les combattants d’Al-Qaïda, le 24 avril 2016. (AFP/SALEH AL-OBEIDI)

Sept soldats ont été tués et 14 blessés dimanche dans un attentat à la voiture piégée dans le sud du Yémen où les forces loyalistes mènent une offensive pour chasser des combattants d’Al-Qaïda, ont indiqué des sources militaires.

Dans le sud-est du pays, les forces gouvernementales ont reconquis un aéroport et plusieurs zones dans les environs de Moukalla, une ville sous contrôle de la nébuleuse Al-Qaïda depuis avril 2015, ont précisé ces mêmes sources.

L’attentat qui a tué les sept soldats, attribué à des membres présumés d’Al-Qaïda, a lui visé un convoi militaire à l’entrée de Zinjibar, chef-lieu de la province d’Abyane, fief du réseau djihadiste.

Les forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi se sont ensuite « retirées de Zinjibar après y avoir pénétré samedi soir par le sud« , a déclaré à l’AFP un officier.

« Ce retrait a été décidé à la suite d’informations sur d’autres attentats à la voiture piégée qu’Al-Qaïda prépare contre nos troupes », a ajouté l’officier qui a requis l’anonymat.

Les forces loyalistes, appuyées par des hélicoptères Apache de la coalition arabe qui opère au Yémen depuis 13 mois en soutien au gouvernement Hadi, avaient pu pénétrer dans le sud de Zinjibar où les combats ont fait samedi 29 morts, dont quatre soldats et 25 combattants d’Al-Qaïda, selon des sources militaires.

« Après notre retrait, les Apache vont cibler les positions d’Al-Qaïda pour sécuriser la ville », a indiqué un autre officier, ajoutant que les hélicoptères ont « mis en échec deux attentats en bombardant deux voitures piégées qui se rendaient à Al-Koud », localité à 5 km au sud de Zinjibar et reconquise samedi par les loyalistes.

Parallèlement, l’aviation de la coalition arabe menée par l’Arabie saoudite a lancé une série de raids nocturnes contre des positions d’Al-Qaïda à Moukalla, capitale de la province voisine du Hadramout, ont indiqué des sources militaires.

Ces raids ont visé notamment le palais présidentiel, transformé en QG d’Al-Qaïda, et des locaux des forces de sécurité tenus par les jihadistes, touchant des dépôts d’armes et provoquant de fortes explosions, selon des habitants.

« Les raids aériens préparent une opération terrestre dans le cadre d’une offensive d’envergure que l’armée élabore pour chasser Al-Qaïda de Moukalla et de l’ensemble de la province du Hadramout », a expliqué un autre officier.

Plus tard dimanche, les forces yéménites soutenues par les frappes de la coalition avançaient dans la banlieue est de Moukalla où elles ont pris le contrôle de l’aéroport d’Al-Ryane, ont indiqué des sources militaires.

Ces opérations antijihadistes font suite à des actions similaires que les forces pro-Hadi, soutenues par l’aviation de la coalition, ont mené avec succès dans des quartiers d’Aden, deuxième ville du Yémen, et dans la province de Lahj.

Elles interviennent alors que des représentants des rebelles et du gouvernement yéménite tiennent depuis jeudi des pourparlers de paix à Koweït.

Les États-Unis ont estimé qu’un règlement du conflit entre pouvoir et rebelles permettrait de « se concentrer sur des menaces » comme Al-Qaïda qui reste puissante au Yémen.

Les commentaires sont fermés.