Armée allemande: première hausse d’effectifs depuis la fin de la guerre froide

0
L’armée allemande accueille la ministre de la Défense à Berlin le 27 novembre 2015. (Archives/TOBIAS SCHWARZ/AFP)
L’armée allemande accueille la ministre de la Défense à Berlin le 27 novembre 2015. (Archives/TOBIAS SCHWARZ/AFP)

L’armée allemande va connaître sa toute première hausse d’effectifs depuis la réunification en 1990, mettant fin à un quart de siècle de coupes ininterrompues après la fin de la guerre froide, a annoncé mardi le gouvernement.

Au total, le nombre de soldats doit grimper au cours des sept prochaines années de 14.300 et les effectifs civils de l’armée de 4.400, a précisé la ministre de la Défense, Ursula von der Leyen.

Cette augmentation « est nécessaire compte tenu de la situation actuelle » marquée notamment par une recrudescence des tensions avec la Russie et de nombreuses missions à l’étranger de la Bundeswehr, a-t-elle souligné.

L’Allemagne se prépare à participer aux efforts de renforcement de la présence de l’Otan sur son flanc oriental, à la frontière avec la Russie, pour rassurer les pays de l’Alliance situés en Europe de l’Est, qui s’estiment menacés par les visées de Moscou après l’annexion de la Crimée en mars 2014.

La Bundeswehr est aussi présente notamment au Mali ou dans le cadre de la coalition internationale luttant contre l’organisation jihadiste Etat islamique en Irak et en Syrie.

Le nombre de soldats de l’armée allemande plafonnait depuis 2011 à 185.000 et celui des personnels civils de la Bundeswehr à 56.000. Il avait été fortement réduit depuis la réunification du pays et la fin de la guerre froide: en 1990, il s’élevait encore au total à 585.000.

L’annonce de Berlin est de nature à satisfaire Washington qui a récemment multiplié les appels à ses alliés européens de l’Otan pour qu’ils augmentent leurs dépenses militaires et participent davantage à l’effort de sécurité commune.

Lors d’une visite fin avril en Allemagne, le président Barack Obama avait dit avoir « besoin d’une Europe forte qui porte sa part du fardeau » en matière de sécurité et qui ne se repose pas seulement sur les Etats-Unis.

La hausse prévue d’effectifs militaires est rendue aussi possible par la bonne santé économique et budgétaire de l’Allemagne, qui enregistre des excédents à faire pâlir d’envie ses partenaires de l’Otan.

Les commentaires sont fermés.