15h52 (HNE) Chérif Chekatt, l’auteur de l’attentat de mardi contre le marché de Noël à Strasbourg, a été tué par la police jeudi soir dans le quartier Neudorf, a-t-on appris de source proche du dossier.

16h57 (HNE) Le groupe armé État islamique revendique l’attentat de Strasbourg via l’agence Amaq et qualifie son auteur, Cherif Chekatt, de “soldat de l’Etat Islamique”

CANSEC: La patronne de l’AICDS, Christyn Cianfarani, défend le contrat des VBL avec l’Arabie

0
Un CMI Defence Cockerill CT-CV 105HP monté sur un VBL fait feu. (CMI Defence)
Un CMI Defence Cockerill CT-CV 105HP monté sur un VBL fait feu. (CMI Defence)

Mercredi 25 mai, à la première journée du CANSEC 2016, le plus important salon sur la défense et la sécurité du Canada, présenté par l’Association des industries canadiennes de défense et de sécurité (AICDS), la patronne de l’Association, Christyn Cianfarani, a défendu le contrat controversé de 15 milliards $ de ventes de blindés à l’Arabie Saoudite.

En avril, tout en reconnaissant que l’Arabie saoudite commet des violations des droits de la personne sur son propre territoire, ainsi qu’en ciblant des cibles civiles au Yémen, le ministre des Affaires étrangères Stéphane Dion a finalement donné quand même le feu vert à l’exportation de blindés légers et de leur armement à l’Arabie saoudite, suscitant l’ire des défenseurs des droits de l’homme.

«Nous ne prenons pas position sur les positions judiciaires d’autres pays.Comme industrie, notre travail consiste à suivre les règlements. », fait observer la patronne de l’AICDS au CANSEC, qui se tient cette année au EY Centrer à Ottawa.

Organisé par l’AICDS depuis 1998, le CANSEC a pris de l’expansion et est devenu un salon mondial qui accueille plus de 11 000 participants du Canada et de l’étranger, venus pour voir eux-mêmes les produits et les technologies canadiennes recherchés dans le monde entier.

L’AICDS a aussi publié la veille, mardi son « rapport le plus complet » sur le rôle du de l’industrie de la défense dans l’économie canadienne mardi. Le rapport, fondé sur les chiffres de 2014 et réalisé en partenariat avec Industrie Canada et Statistique Canada, indique que l’industrie de la défense au Canada représente 6,7 milliards $ du PIB et quelque 63.000 emplois.

« Le type d’emplois que les Canadiens veulent et dont ils ont besoin »

La présidente Cianfarani a souligné que le rapport montre que les types d’emplois disponibles dans le secteur de la défense sont ce que les Canadiens veulent et dont ils ont besoin.: « Cette étude est importante à la fois pour l’industrie et le gouvernement, a affirmé Chrystin Cianfarani, présidente de l’AICDS. Il s’agit de l’étude la plus détaillée et la plus approfondie du secteur canadien de la défense jamais effectuée et elle confirme que l’industrie canadienne de la défense est synonyme de rémunération élevée, axée sur l’exportation, riche en technologies et pancanadienne. ».

Le rapport indique que la rémunération standard est 60 % plus élevée que la moyenne canadienne. Le rendement du secteur en matière d’exportation est passé à 60 % des ventes, une hausse par rapport à 50 % en 2011. Des ingénieurs, des scientifiques, des chercheurs, des techniciens et des technologues forment 30 % de la main‑d’œuvre dans l’industrie, ce qui démontre bien la nature innovatrice du secteur. Les travailleurs à la production forment un autre 40 % de la population active.

« Les entreprises qui forment la base industrielle canadienne de défense – dont la plupart sont présentes ici, à CANSEC – et le type d’emploi qu’elles offrent constituent ce dont le Canada a besoin et ce que le gouvernement devrait privilégier dans l’économie mondiale d’aujourd’hui », a conclu Mme Cianfarani. « Avec la recapitalisation actuelle des Forces armées canadiennes, le gouvernement du Canada a une occasion qui ne se présente qu’une fois par génération de faire de l’industrie canadienne de la défense une source de croissance stimulée par l’innovation. »

Et le rapport ne comptabilise pas encore les avantages financiers et les emplois générés par l’accord avec l’Arabie saoudite.

L’accord avec le royaume saoudien signé en 2014 par le gouvernement de l’ancien premier ministre Stephen Harper et qui prévoit que General Dynamics Land Systems fournisse des véhicules blindés légers à la Garde nationale saoudienne, qui protège la famille royale,devrait créer environ 3000 emplois à London, en Ontario, une ville durement touchée par les pertes d’emplois dans le secteur manufacturier.

160525-State of Canada's Defence Industry 2014

Les commentaires sont fermés.