Colombie: les Farc ont recruté 11.556 mineurs entre 1975 et 2014 selon le Parquet colombien

0
Le procureur général de Colombie, Jorge Fernando Perdomo révèle le 16 mai 2016 l'analyse faite par le Parquet colombien sur le recrutement illégal de mineurs par les FARC. (Fiscalía Colombia)
Le procureur général de Colombie, Jorge Fernando Perdomo révèle le 16 mai 2016 l’analyse faite par le Parquet colombien sur le recrutement illégal de mineurs par les FARC. (Fiscalía de Colombia)

Le Parquet de Colombie a déclaré lundi que 11.556 mineurs de moins de 18 ans ont été recrutés entre 1975 et 2014 par la guérilla des Farc, qui s’est engagée à remettre ceux qui sont encore dans ses rangs aux autorités.

« Dans le cadre de leurs politiques de recrutement de mineurs, les Farc avaient établi l’âge de 15 ans comme un minimum », a déclaré à des journalistes le procureur général, Jorge Fernando Perdomo.

En près de quarante ans, « un total de 11.556 mineurs recrutés » par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes) ont été répertoriés, a-t-il ajouté, sans préciser combien en compte aujourd’hui cette guérilla, engagée dans des pourparlers de paix avec le gouvernement pour mettre fin à plus d’un demi-siècle de conflit armé.

Dans le cadre de ces négociations, menées depuis fin 2012 et entrées dans leur dernière ligne droite, les représentants des Farc et du gouvernement du président Juan Manuel Santos ont annoncé dimanche que tous les mineurs allaient quitter progressivement la guérilla, à commencer par les moins de 15 ans.

Le recrutement des jeunes s’est fait en les « persuadant, trompant et, dans de nombreux cas, clairement de manière forcée », a affirmé M. Perdomo, soulignant qu’il s’agissait d' »une politique systématique et généralisée de recrutement dirigé de 1975 à 2014″. Parmi ces mineurs, 33% étaient des filles et 67% des garçons, selon le Parquet.

Le procureur a désigné Ivan Marquez, chef des négociateurs des Farc, comme le principal recruteur des mineurs pour la première guérilla de Colombie, qui compte selon les autorités encore 7.000 combattants armés.

Il a souligné que l’enrôlement de mineurs « constitue un crime international, qui est un crime de guerre » et que les informations regroupées par le Parquet « sont prêtes à être remises à la juridiction spéciale de paix », qui devrait être installée après la signature de l’accord de paix final afin de juger les crimes commis par les acteurs du conflit.

Ni le gouvernement, ni les Farc n’ont précisé combien de mineurs se trouvaient actuellement dans les rangs de cette guérilla. Mais les Farc ont affirmé dimanche que « 21 mineurs de 15 ans » sortiraient les premiers de ses rangs, dans l’attente d’un accord sur une « feuille de route » pour ceux âgés de 15 à 18 ans.

Selon des chiffres officiels, quelque 6.000 mineurs ont été sortis d’organisations armées illégales ces 17 dernières années, dont 60% venant des Farc.

Le conflit armé a impliqué au fil des décennies guérillas d’extrême-gauche, milices paramilitaires d’extrême-droite et forces armées, faisant au moins 260.000 morts, 45.000 disparus et 6,8 millions de déplacés.

Les commentaires sont fermés.