Irak: le commandant de l’EI à Fallouja tué par une frappe aérienne

0
Des Marines américains tirent d'un canon d'artillerie Howitzer au cours de la deuxième bataille de Falloujah.(Photo d'illustration/Archives/Caporal Samantha L. Jones/USMC)
Des Marines américains tirent d’un canon d’artillerie Howitzer au cours de la deuxième bataille de Falloujah en mars 2016.(Photo d’illustration/Archives/Caporal Samantha L. Jones/USMC)

Le chef des combattants du groupe État islamique à Falloujah, a été tué par une frappe aérienne, en pleine offensive des forces irakiennes pour reprendre la ville aux djihadistes, a indiqué un porte-parole de la coalition anti-EI.

«Nous avons tué plus de 70 combattants ennemis, y compris Maher Al-Bilawi, qui était le commandant des forces de l’EI à Falloujah», a déclaré le colonel américain Steve Warren, précisant que la coalition menée par les États-Unis avait mené plus de 20 bombardements par air et avec de l’artillerie ces quatre derniers jours.

«Ceci ne va bien entendu pas pousser complètement l’ennemi à abandonner le combat, mais c’est un coup. Ça crée de la confusion et pousse son numéro deux à gravir un échelon. Cela force les autres dirigeants à revoir leurs positions», a-t-il ajouté.

Les forces irakiennes ont lancé lundi une opération d’envergure pour reprendre cette ville située à 50 kilomètres à l’ouest de la capitale irakienne et contrôlée par l’EI depuis janvier 2014.

Entre 500 et 1000 combattants de l’EI tiennent Falloujah, où 50.000 civils vivent encore. Les djihadistes interdisent aux habitants de fuir, mais plusieurs centaines sont parvenus à quitter la ville vendredi avec l’aide des forces gouvernementales, selon des responsables locaux.

L’ONU avait indiqué jeudi que 800 personnes avaient réussi à fuir Falloujah depuis le début de l’offensive.

Des avions américains ont largué des prospectus enjoignant les habitants à fuir les zones contrôlées par l’EI, selon le colonel Steve Warren.

«Ces prospectus conseillent à ceux qui ne peuvent pas partir de mettre des draps blancs sur leurs toits pour indiquer leurs positions. L’armée irakienne travaille dur pour dégager des voies d’évacuations», a poursuivi Steve Warren.

Le gouvernement local de la province d’Al-Anbar, dont fait partie Falloujah, «a monté des camps pour accueillir les civils déplacés», a-t-il précisé.

Principales étapes de la guerre contre le groupe Etat islamique (EI), dont le chef à Fallouja (ouest de Bagdad) a été tué par une frappe aérienne, selon la coalition internationale anti-EI conduite par les Etats-Unis.

Cette dernière soutient l’offensive des forces irakiennes lancée lundi pour reprendre la ville aux djihadistes.

En Syrie, la coalition a aussi intensifié ses frappes contre l’EI dans la province de Raqa (nord), en appui à un assaut terrestre de forces arabo-kurdes.

– DEBUT DES FRAPPES DE LA COALITION –

– 8 août 2014: En Irak, les Etats-Unis s’impliquent directement pour la première fois depuis le retrait de leurs troupes en 2011, en bombardant des positions de l’EI.

Bagdad réclamait ces frappes depuis le début en juin de l’offensive des jihadistes, bien implantés en Syrie et qui contrôlent désormais de vastes pans du territoire irakien.

Début septembre, Barack Obama promet de vaincre l’EI avec « une vaste coalition internationale », et le 23, Washington aidé de ses alliés arabes mène les premiers raids contre le groupe jihadiste en Syrie.

– LES KURDES CHASSENT L’EI DE KOBANE –

– 26 jan 2015: L’EI est chassé de Kobané, ville kurde syrienne frontalière de la Turquie, après plus de quatre mois de combats menés par les Unités de protection du peuple kurde (YPG) avec le soutien prépondérant des frappes de la coalition.

– REPRISE DE TIKRIT –

– 31 mars 2015: Bagdad annonce la « libération » de Tikrit (160 km au nord de Bagdad), reprise par les forces gouvernementales soutenues par des milices chiites, après une vaste opération contre l’EI, qui contrôlait la ville depuis près de 10 mois.

– 16 juin: En Syrie, les YPG chassent l’EI de Tall Abyad avec le soutien de la coalition. La ville était l’un des principaux points de passage empruntés par l’EI pour le transit d’armes et de combattants.

– LA TURQUIE DECLARE LA GUERRE AU « TERRORISME » –

– 24 juil 2015: La Turquie lance une « guerre contre le terrorisme », à la suite d’un attentat suicide à Suruç (sud, 34 morts). L’offensive turque vise l’EI, à qui l’attentat a été attribué, et la rébellion kurde. Dans les faits, l’aviation turque cible essentiellement les positions du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

– PREMIERES FRAPPES FRANCAISES EN SYRIE –

– 27 sept 2015: La France lance ses premières frappes en Syrie contre l’EI qu’elle bombarde déjà depuis un an en Irak dans le cadre de la coalition. En décembre, la Grande-Bretagne conduit ses premières frappes aériennes en Syrie.

– REPRISE DE SINJAR, RAMADI ET PALMYRE –

– 13 nov 2015: Avec l’appui aérien de la coalition, les combattants kurdes reprennent Sinjar (nord de l’Irak) à l’EI qui l’occupait depuis 2014, coupant aux jihadistes une route essentielle entre l’Irak et la Syrie.

– 27 déc: Les forces irakiennes reprennent Ramadi, conquise en mai par l’EI. La ville, à l’ouest de Bagdad, est le chef-lieu de la grande province sunnite d’Al-Anbar.

– 27 mars 2016: L’armée syrienne, appuyée par son allié russe, reprend Palmyre, aux mains de l’EI depuis près d’un an. Mais l’EI réussit le 10 mai à isoler la ville en coupant ses accès vers l’extérieur.

– 16 mai: L’EI a perdu « environ 45% » du territoire qu’il avait conquis en Irak, indique le porte-parole du Pentagone. Pour la Syrie, le chiffre est « entre 16 et 20% » selon lui.

– 23 mai: Les forces irakiennes lancent une opération d’envergure pour reprendre Fallouja.

– 24 mai: Une coalition arabo-kurde lance avec l’appui de la coalition menée par les Américains une offensive visant à reprendre le nord de la province de Raqa.

– 27 mai: Le commandant de l’EI à Fallouja a été tué par une frappe aérienne, indique un porte-parole de la coalition. Plusieurs hauts responsables de l’EI ont été pris pour cible durant les semaines précédentes.

Les commentaires sont fermés.