Irak: nouveau carnage à Bagdad

0
Sur le site d''un attentat à la voiture piégée, le 2 mai 2016 à Bagdad. (AFP/HAIDAR MOHAMMED ALI)
Sur le site d »un attentat à la voiture piégée, le 2 mai 2016 à Bagdad. (AFP/HAIDAR MOHAMMED ALI)

Des attentats ont fait mardi au moins 39 morts et plus de 100 blessés à Bagdad, frappée pour la deuxième fois en une semaine par des attaques sanglantes attribuées au groupe État islamique (EI).
—-
Mise à jour au 17/05/2016 à 15h58

Le bilan des attentats est maintenant d’au moins 48 morts et plus de 100 blessé.

—-

Plus de 140 personnes, pour la plupart des civils, ont été tuées depuis mercredi dernier par ces attentats visant des lieux publics des quartiers chiites de la capitale irakienne.

De telles attaques montrent que les autorités ont échoué à mettre en place des mesures de sécurité efficaces à Bagdad, en dépit de l’aide de la coalition internationale menée par les Etats-Unis qui entraîne les forces irakiennes dans le cadre de la lutte contre l’EI.

L’attaque la plus meurtrière, un attentat suicide à la voiture piégée, a frappé le quartier à majorité chiite de Sadr City, dans le nord de Bagdad, faisant 21 morts, selon des sources médicales et des responsable de la sécurité.

Une autre a frappé le quartier de Chaab, dans le nord de Bagdad, tuant au moins 15 personnes.

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur Saad Maan a indiqué que cette attaque avait été perpétrée par une femme kamikaze.

Mais l’EI a revendiqué l’attaque en affirmant qu’elle avait été commise par un homme, identifié comme Abou Khattab al-Iraqi, qui a jeté des grenades avant de faire détoner sa ceinture explosive.

Les attaques suicide menées par des femmes sont rares en Irak, notamment ces dernières années. Dans l’une des plus meurtrières, deux Irakiennes souffrant d’un handicap mental avaient tué, en se faisant exploser, une centaine de personnes sur un marché de Bagdad en 2008.

Failles sécuritaires

Un troisième attentat perpétré mardi à l’aide d’une voiture piégée a fait au moins trois morts dans le district de Rachid, dans le sud de la capitale, selon les responsables.

Aucun groupe n’a revendiqué dans l’immédiat cette attaque mais l’EI avait déjà affirmé être derrière une série d’attentats récents à Bagdad et près de la capitale qui ont fait plus d’une centaine de morts.

Le 11 mai, au moins 94 personnes avaient notamment été tuées dans trois attentats à la voiture piégée à Bagdad, dont un à Sadr City, lors de la journée la plus meurtrière dans la capitale irakienne cette année.

Cette recrudescence intervient alors que l’EI recule en Irak où il s’est emparé de vastes pans du territoire en 2014. Depuis, les forces irakiennes soutenues par les frappes de la coalition internationale ont repris le contrôle de plusieurs villes, dont Tikrit et Ramadi, respectivement au nord et à l’ouest de Bagdad.

Mais les djihadistes conservent des places fortes, dont Mossoul, deuxième ville du pays, et gardent la capacité de frapper à Bagdad ou ailleurs dans le pays.

Des milliers de membres des forces de sécurité irakiennes ont été formés et entraînés par la coalition anti-EI pour lutter contre l’EI, mais les failles en matière de sécurité demeurent très importantes.

Des détecteurs d’explosifs, achetés par les autorités pour plusieurs de millions de dollars dans les années 2000, restent largement utilisés dans le pays alors qu’ils ne fonctionnent pas. L’homme qui les avait vendus a été condamné pour fraude à Londres à dix ans de prison en 2013.

Beaucoup mettent par ailleurs en doute l’efficacité des barrages autour de la capitale, qui provoquent des embouteillages monstre. La vérification des papiers d’identité et la fouille des véhicules y est menée de façon superficielle.

Les commentaires sont fermés.