Irak: « progrès » de la coalition pour cerner l’EI à Mossoul, selon un responsable américain

0
Poste d'observation tenu par un peshmerga kurde au sommet du mont Zardak, 25 km à l'est de Mossoul, en Irak, le 6 août 2015. (Safin Hamed/AFP)
Poste d’observation tenu par un peshmerga kurde au sommet du mont Zardak, 25 km à l’est de Mossoul, en Irak, le 6 août 2015. (Safin Hamed/AFP)

La coalition internationale contre le groupe Etat islamique (EI) réalise « des progrès » dans la campagne pour « cerner » l’organisation jihadiste à Mossoul, deuxième ville d’Irak, a assuré dimanche un haut responsable américain.

La coalition est en train de « réaliser des progrès contre Daech (acronyme arabe de l’EI) », a déclaré lors d’une conférence de presse à Amman le représentant du président américain Barack Obama au sein des coalitions antiterroristes, Brett McGurk, faisant état d’une « pression (militaire) permanente » sur l’organisation ultraradicale sunnite.

« Nous menons quasiment tous les jours des frappes aériennes de précision sur Mossoul », a souligné M. McGurk, ajoutant que la coalition – sous commandement américain – disposait de « beaucoup d’informations » émanant de personnes à l’intérieur de la ville.

Selon lui, « la campagne pour isoler et encercler (…) Daech à Mossoul a déjà commencé ».

« Leur califat, comme ils (l’EI) l’appellent, rétrécit. Ils sont sur la défensive », a-t-il assuré. Ce qui explique, selon lui, la reprise des attentats suicide commis par l’EI en Irak, dont le dernier en date a été perpétré dimanche dans une raffinerie de gaz au nord de Bagdad, faisant 7 morts.

Située à 350 km au nord de Bagdad, Mossoul est devenue la capitale de facto de l’EI en Irak après avoir été la première grande ville du nord du pays à tomber aux mains des jihadistes en juin 2014.

Les forces armées irakiennes ont lancé l’opération pour la reprise de la province de Ninive (nord), dont Mossoul est le chef-lieu, mais l’assaut pour reprendre la ville ne devrait pas avoir lieu avant plusieurs mois.

Le responsable américain s’est par ailleurs félicité du retour de la « quasi-totalité » des habitants de Tikrit dans leur ville qui était sous le contrôle de l’EI avant d’être reprise par les forces irakiennes soutenues par les frappes de la coalition.

Il a ajouté que la coalition œuvrait à présent à favoriser le retour des habitants de Ramadi, que l’EI a perdue en décembre.

Selon M. McGurk, 60.000 personnes sont déjà retournées dans la ville mais une centaine d’entre elles ont été tuées par des mines et des explosifs laissés par l’EI.

La coalition travaille, selon lui, à nettoyer la ville des mines et pièges explosifs de l’EI.

Les commentaires sont fermés.