La Corée du Nord semble avoir échoué à tirer un missile balistique de portée intermédiaire

0
Photo non datée de missiles nord-coréens (Photo: Archives/Kcna/KNS/AFP)
Photo non datée de missiles nord-coréens (Archives/Kcna/KNS/AFP)

La Corée du Nord a tenté de tirer un missile balistique de portée intermédiaire, semblant être un Musudan, vers 5h20 ce mardi, heure de Corée ( lundi 20h20 GMT) près Wonsan, ville située sur la côte est du pays, mais le lancement se serait soldé par un échec, a dit le Comité des chefs d’état-major interarmées (JCS) sud-coréen, rapporte l’agence Yonhap.

«L’armée est en train de surveiller étroitement les mouvements liés, tout en se maintenant prête à faire face à toute éventualité», a assuré le JCS avant d’ajouter que «des analyses supplémentaires sont en cours sur la situation actuelle», précise l’agence sud-coréenne.

Le Japon avait placé lundi son armée en état d’alerte après des signes montrant que la Corée du Nord se préparait à tirer un missile balistique, selon l’ organisme de radiodiffusion japonais NHK.

NHK, citant une source du gouvernement japonais, avait rapporté que le gouvernement nippon avait ordonné à son armée à se tenir prête à intercepter tout missile balistique tiré par la Corée du Nord entrant sur son territoire en déployant des destroyers équipés du système antimissile Aegis ainsi que des troupes au sol d’interception balistique.

Des résolutions de l’ONU interdisent à la Corée du Nord toute utilisation de technologies de missiles balistiques, ce qui n’empêche nullement le régime de Pyongyang d’effectuer très régulièrement des tirs d’engins à courte portée dans la mer au large de sa côte Est, faisant fi des résolutions et narguant la communauté internationale.

En avril, la Corée du Nord a déjà fait trois tentatives de lancement de missile Musudan qui ont échoué.

Ce type de missile aurait une portée allant de 2.500 à 4.000 kilomètres et pourrait atteindre la Corée du Sud et le Japon pour la portée inférieure, la portée supérieure pouvant aller jusqu’aux bases militaires américaines de l’île de Guam.

Ce missile n’a jamais été testé avec succès en vol.

Le climat s’est en outre considérablement dégradé sur la péninsule depuis le quatrième essai nucléaire nord-coréen début janvier, suivi en février par le lancement d’une fusée, largement considéré comme un essai déguisé de missile longue portée.

*Avec AFP

Les commentaires sont fermés.