L’Estonie se plaint des violations régulières de son espace aérien par des avions russes

0
Un appareil militaire russe a brièvement pénétré mardi dans l'espace aérien de l'Estonie, pays balte membre de l'Otan, a affirmé mercredi l'Alliance qui a fait décoller des chasseurs pour l'intercepter et le repousser (AFP)
À quelques reprises depuis quelques années, après qu’un appareil militaire russe a brièvement pénétré dans l’espace aérien de l’Estonie, pays balte membre de l’Otan, l’Alliance a fait décoller des chasseurs pour l’intercepter et le repousser. (AFP)

Les avions russes violent régulièrement l’espace aérien de l’Estonie, a affirmé mardi le ministre estonien de la Défense, dénonçant des « provocations inacceptables ».

Des avions militaires russes « violent notre espace aérien de façon régulière, ils survolent la mer Baltique avec les transpondeurs éteints », a déclaré à quelques journalistes Hannes Hanso, de passage à Paris pour rencontrer son homologue français Jean-Yves le Drian et préparer le sommet de l’OTAN à Varsovie en juillet.

« C’est une attitude incroyablement imprudente », s’est insurgé le ministre, expliquant que si les radars militaires pouvaient repérer un avion dont les transpondeurs sont éteints, ce n’était pas le cas des radars civils, et s’inquiétant des risques de collision avec un avion commercial.

« Ils font ça pour nous défier et nous provoquer, c’est inacceptable », a ajouté M. Hanso, qui a estimé que ce type d’incident pouvait se produire « jusqu’à cinq fois par jour ».

« La Russie a démontré depuis quelques années son attitude agressive et risquée vis à vis de ses voisins », a souligné le responsable estonien, qui a rappelé que les pays baltes attendaient du prochain sommet de l’OTAN « un message clair » de « dissuasion militaire et politique » vis à vis de Moscou.

Les relations entre l’OTAN et la Russie sont très mauvaises depuis l’annexion de la Crimée, et les pays d’Europe de l’Est sont particulièrement inquiets d’une éventuelle agression russe.

Pour apaiser leurs craintes, l’OTAN a déployé sur son flanc est des moyens militaires supplémentaires et multiplié les patrouilles et exercices, et a décidé lors de son précédent sommet en 2014 de renforcer sa présence le long de la frontière avec la Russie, au grand dam de Moscou.

Les incidents se sont récemment multipliés en Baltique, où des avions russes ont notamment frôlé à plusieurs reprises des navires ou des avions militaires américains.

Les commentaires sont fermés.