Nouvelle tragédie au Collège militaire royal du Canada

0
Brett Cameron (photomontage 45eNord.ca)
Brett Cameron (photomontage 45eNord.ca)

Moins de 10 jours après le décès soudain de l’un des siens, le Collège militaire royal du Canada est une nouvelle fois endeuillé alors qu’un autre élève-officier est parti trop tôt.

– – –
Mise à jour du 10/05 à 6h30
Dans un courriel envoyé aux élèves-officiers, le recteur du CMRC mentionne «des moments difficiles» au CMRC et que «chacun réagit à sa manière à ses événements tragiques».
– – –

Brett Cameron, originaire de London (Ontario) étudiait en psychologie en 2e année au sein de l’escadron 4 Frontenac, a été retrouvé sans vie au Collège, samedi 7 mai.

Une rencontre sur le terrain de parade a eu lieu dimanche matin pour informer les élofs du nouveau décès.

La police de Kingston et le Service national des enquêtes des Forces canadiennes ont confirmé l’information. Le SNEFC a d’ailleurs précisé à 45eNord.ca qu’une enquête pour «mort subite» a été ouverte et que c’est ses policiers et enquêteurs qui mèneront cette investigation.

Selon nos informations, le jeune homme, proche d’Harrison Kelertas décédé la semaine dernière au Collège, devait porter le cercueil de celui-ci lors de ses funérailles prévu ce lundi 9 (une cérémonie est prévue à 13h à la Paroisse St-Joachim de Pointe-Claire).

C’est donc le deuxième décès d’un élève-officier en moins de 10 jours au Collège militaire royal du Canada.

Malgré, ou à cause de ces évènements, près de 150 élèves-officiers et le commandant du CMRC se rendront aujourd’hui à Montréal, pour prendre part à la cérémonie en hommage à Harrison Kelertas.

Les élèves-officiers qui graduent dans quelques jours ne manqueront pas lors de la parade de fin d’année de souligner l’absence de deux des leurs.

Une fois le deuil passé, plusieurs questions devront alors être posées, et des actions prises, pour éviter que de tels drames ne se reproduisent.

Plusieurs parents nous ont contacté soulevant le fait qu’il faudra «autre chose qu’une lettre» ou «qu’un courriel» et que cela «doit s’arrêter maintenant», reprenant ainsi la phrase choc du chef d’état-major de la Défense, prononcée en juillet 2015 à propos des agressions sexuelles.

Quelques élèves-officiers, affectés par la perte de deux des leurs, nous ont écrit:

«Le problème, c’est que là où on vit, c’est un terroir fertile pour l’anxiété», explique l’un, tandis qu’un autre va plus loin: «Le problème, c’est que notre environnement de vie quotidienne est tellement pourri que ça favorise l’anxiété».

Un troisième raconte que beaucoup d’élofs «se demandent s’ils n’auront pas des problèmes avec ci ou avec ça. On a des horaires décousus qui ne laissent que peu de répit. Et une erreur peut vous mener loin en cet endroit unique».

En attendant, nous rappelons aux élèves-officiers qu’ils peuvent consulter un padre (vous en avez plusieurs de disponibles – Newhook, McKinnon, Carter,…), ou encore à un travailleur social militaire.

45eNord.ca réitère les propos du brigadier-général Friday, tenu il y a 10 jours dans un courriel envoyé à tous les élèves-officiers:

«Je vous prie de ne pas hésiter à demander de l’aide et de vous souvenir que vous n’êtes jamais seul au CMRC. Veuillez tendre une main bienveillante à tous ceux et celles qui pourraient avoir besoin de soutien et aidez-les à contacter les personnes-ressources qui peuvent les épauler.»

Vérité, Devoir, Vaillance

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.