Afghanistan: 7 morts dans une attaque des talibans contre un tribunal, un député assassiné

0
Photo non datée fournie par les talibans afghans le 25 mai 2016 du nouveau mollah Haibatullah Akhundzada.
Photo non datée fournie par les talibans afghans le 25 mai 2016 du nouveau mollah Haibatullah Akhundzada.

Sept personnes ont péri dimanche lors d’une attaque des talibans contre un tribunal afghan, la troisième depuis la désignation de leur nouveau chef fin mai, et un député a été tué, ont annoncé des autorités locales et gouvernementales.

L’assaut contre l’institution judiciaire afghane a secoué Puli Alam, chef-lieu de la province de Logar, à environ 70 km au sud de Kaboul. Il met en lumière la détermination des talibans à poursuivre le combat sous la houlette du mollah Haibatullah, nommé à leur tête il y a une dizaine de jours, après la mort du mollah Mansour tué dans un tir de drone américain au Pakistan.

Parallèlement, à Kaboul, un député, Shir Wali Wardak « a été tué par une charge explosive placée à l’entrée de sa maison. Onze autres personnes ont été blessées », selon Sediq Sediqqi, porte-parole du ministère de l’Intérieur. Aucun groupe n’avait revendiqué son assassinat dans la soirée.

L’attaque contre la cour d’appel de Puli Alam a elle eu lieu plus tôt dans la matinée de dimanche: trois talibans qui portaient des uniformes de policiers ont pénétré dans le tribunal et « ont ouvert le feu à bout portant sur des procureurs, des juges et des policiers », a déclaré le gouverneur de Logar, Mohammed Halim Fedaï.

« Malheureusement, sept personnes ont été tuées et 23 autres blessées », a-t-il indiqué.

Le premier président de la cour d’appel, qui venait tout juste de prendre ses fonctions, figure parmi les personnes tuées, selon M. Fedaï.

Les insurgés ont ouvert le feu alors que les magistrats étaient réunis pour décider du sort de six talibans tout juste arrêtés.

Le bilan a été confirmé par Ashiqullah Majidi, le directeur de l’hôpital provincial.

Le porte-parole habituel des talibans, Zabiullah Moudjahid, a revendiqué l’attaque sur son compte Twitter. « C’est une opération menée en représailles à l’exécution » de six talibans condamnés à mort et pendus au mois de mai, a-t-il précisé.

Le représentant spécial de l’ONU en Afghanistan Nicholas Haysom a condamné l’attaque, estimant que « les magistrats et les civils ne sauraient être considérés comme des combattants et ne doivent donc pas être visés ».

Les talibans s’en prennent régulièrement aux dépositaires de l’autorité de l’Etat et aux symboles du gouvernement central, comme les tribunaux ou les ministères. Et sous la houlette du mollah Haibatullah, ils semblent peu enclins à reprendre le chemin des négociations, interrompues depuis l’été dernier.

Pour preuve, le 25 mai, dès la désignation du mollah Haibatullah connue, un kamikaze taliban s’est fait exploser au passage d’un minibus transportant des employés d’un tribunal près de Kaboul. Onze personnes ont péri.

Une deuxième attaque contre un tribunal, cette fois à Ghazni, dans l’est du pays, a fait six morts mercredi.

Les commentaires sont fermés.