Contrat de 48,5 M $ pour la livraison du système Polar Epsilon 2 de surveillance maritime par satellite

0
Les Forces armées canadiennes utilisent principalement les satellites Radarsat-2 pour la surveillance maritime.(Agence spatiale canadienne)
Les Forces armées canadiennes utilisent principalement les satellites Radarsat-2 pour la surveillance maritime.(Agence spatiale canadienne)

Le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, a annoncé aujourd’hui un contrat qui, dit-il, permettra d’élargir l’accès des Forces armées canadiennes à une source nationale de données d’observation depuis l’espace, améliorant de façon importante leur capacité à repérer, à identifier et à surveiller les navires depuis l’espace en temps quasi réel.

Le gouvernement du Canada a attribué à MacDonald, Dettwiler and Associates Systems Ltd (MDA) un contrat de 48,5 M$ pour la livraison du système Polar Epsilon 2. Le système Polar Epsilon 2 utilisera les images captées par les trois satellites de la mission de la Constellation RADARSAT, qui sera lancée en 2018, afin de fournir des capacités de surveillance de pointe avancées à l’appui des opérations nationales et internationales des FAC.

Le ministre Sajjan a annoncé le 16 juin 2016 un contrat de 48,5 M $ pour la livraison du système Polar Epsilon 2 de surveillance maritime par satellite. (MDN)
Le ministre Sajjan a annoncé le 16 juin 2016 un contrat de 48,5 M $ pour la livraison du système Polar Epsilon 2 de surveillance maritime par satellite. (MDN)

Dans le cadre de ce contrat, MDA livrera des stations de réception au sol sur les côtes Est et Ouest du Canada, spécialement conçues pour détecter les navires grâce à l’imagerie radar fournie par la mission de la Constellation RADARSAT.

« Le gouvernement du Canada est résolu à faire en sorte que les Forces armées canadiennes demeurent une force militaire moderne, apte au combat et polyvalente, capable d’exécuter les missions qui lui sont confiées. Le projet Polar Epsilon 2 permet au Canada de se positionner comme chef de file en matière de télédétection spatiale à l’appui de la connaissance de la situation dans les domaines arctique et maritime, et fournit à nos femmes et nos hommes en uniforme les données et les informations nécessaires pour intervenir lors d’événements et de crises au pays et à l’étranger. », ma déclaré le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan.

Ce nouveau système élargira et renforcera la capacité du projet Polar Epsilon 1, qui fonctionne avec le satellite RADARSAT 2, augmentant ainsi la capacité des FAC à repérer, à identifier et à surveiller les navires d’intérêt dans les zones maritimes et dans la région de l’Arctique, ainsi que dans le cadre d’opérations dans le monde entier, explique le bureau du ministre de la Défense: « En plus de permettre de détecter la position des navires par radar, le projet Polar Epsilon 2 permettra aussi de les identifier, fournissant ainsi une capacité intégrée de connaissance de la situation maritime en temps quasi réel. Il contribuera également à appuyer les missions terrestres, au besoin ».

En outre, cette acquisition appuie la Politique des retombées industrielles et technologiques, qui exige un investissement stratégique dans les petites et moyennes entreprises canadiennes, souligne également le bureau du ministre Sajjan.

Source: MDN

Le projet Polar Epsilon 2 est réalisé dans le cadre d’un effort pangouvernemental visant à maintenir et à élargir l’accès du Canada à une source nationale de données d’observation de la Terre à partir de l’espace. Ce projet permettra de poursuivre la mission et de livrer des capacités de pointe, plus avancées que celles qui avaient été livrées dans le cadre du premier volet du projet Polar Epsilon.

Le projet combine la capacité de surveillance et de soutien étendus offerte actuellement par le Polar Epsilon et un système de suivi des données appelé « système d’identification automatique », normalement utilisé à bord des navires. Cette combinaison permettra aux Forces armées canadiennes d’identifier et de suivre les navires à partir de l’espace en temps quasi réel. Le projet améliorera grandement leur capacité à détecter, identifier et suivre les navires d’intérêt dans les zones maritimes et arctiques du Canada et dans le cadre d’opérations expéditionnaires partout dans le monde. Le Polar Epsilon 2 permettra aussi d’identifier les navires par leur nom en plus de leur position détectée par radar, fournissant ainsi une capacité de connaissance de la situation maritime intégrée en temps quasi réel.

Polar Epsilon 2 utilisera les données captées par la nouvelle génération de satellites canadiens d’observation de la Terre, connue sous le nom de « mission de la Constellation RADARSAT », dont le lancement est prévu en 2018. Les données obtenues dans le cadre de cette mission seront utilisés pour répondre à divers besoins en matière de surveillance, notamment la surveillance de la fonte des glaces dans les eaux côtières du Canada, la surveillance des approches océaniques canadiennes, la surveillance des phénomènes naturels comme les inondations et les feux de forêt, ainsi que la gestion et la cartographie des ressources naturelles au Canada et ailleurs dans le monde.

Les Forces armées canadiennes comptent sur de nombreux systèmes pour procéder à la surveillance des approches maritimes du Canada, mais les systèmes satellites comme celui de mission de la Constellation RADARSAT – combinés à des composantes terrestres avancées qui seront livrées dans le cadre du projet Polar Epsilon 2 – permettront d’obtenir un accès crucial aux zones les plus élevées. Les données captées par les radars spatiaux de la mission de la Constellation RADARSAT permettront la surveillance étendue, de jour comme de nuit, et dans toutes les conditions météorologiques, des zones où les autres capteurs ne fonctionnent pas ou dont la capacité est limitée.

Le gouvernement du Canada a attribué à la société MacDonald, Dettwiler and Associates Systems Ltd (MDA) un contrat de 48,5 M$ pour la livraison du système Polar Epsilon 2. Ce contrat comporte également une option pour la mise en œuvre d’une infrastructure de gestion des données qui, si exercée, pourrait élever la valeur globale du contrat à environ 63,1 M$.

Les commentaires sont fermés.