Environ 25.000 Russes ont participé aux opérations militaires en Syrie

0
Des soldats russes, sur la base aérienne d'Hmeimim dans la province Latakia au nord-ouest de la Syrie, le 4 mai 2016. (AFP/Vasily Maximov)
Des soldats russes, sur la base aérienne d’Hmeimim dans la province Latakia au nord-ouest de la Syrie, le 4 mai 2016. (AFP/Vasily Maximov)

Près de 25.000 militaires et civils russes ont participé à l’intervention militaire en Syrie depuis son déclenchement en septembre 2015, selon les détails d’une loi adoptée mardi par les députés russes sur la création d’un statut de vétéran pour cette guerre.

C’est la première fois qu’un chiffre officiel est publié sur le nombre de militaires et personnel civil ayant pris part aux opérations militaires en Syrie.

Les militaires de retour de Syrie ont été reçu triomphalement en Russie le 15 mars après le retrait d'une partie des forces russes de Syrie. (Ministère russe de la Défense)
Les militaires de retour de Syrie ont été reçu triomphalement en Russie le 15 mars 2016 après le retrait d’une partie des forces russes de Syrie. (Ministère russe de la Défense)
La loi confère le statut et les avantages sociaux l’accompagnant à près de 25.000 personnes ayant été déployé sur les bases russes de Syrie pendant les opérations, selon le vice-ministre de la Défense Anatoli Antonov.

La Russie intervient depuis le 30 septembre en Syrie par le biais de son aviation en soutien de son allié, le président Bachar Al-Assad. Elle dispose d’un aérodrome militaire à Hmeimim, dans le nord-ouest du pays, et d’une base navale à Tartous.

Moscou a également reconnu que des forces spéciales russes opéraient sur le territoire syrien pour aider l’aviation russe à fixer les cibles des frappes effectuées contre les groupes « terroristes ».

Le président Vladimir Poutine a annoncé le 14 mars le retrait de la majeure partie du contingent russe en Syrie, mais la Russie y garde toutefois des installations et des hommes sur place pour surveiller le respect du cessez-le-feu, entré en vigueur le 27 février mais très peu respecté, et pour continuer à frapper des « objectifs terroristes » en Syrie.

Les commentaires sont fermés.