L’otage canadien Robert Hall aurait été tué par le groupe philippin Abou Sayyaf

0
Les Canadiens Robert Hall (gauche) et John Ridsdel ont été enlevés dans une station balnéaire du sud des Philippines en septembre 2015.(capture d'écran/You Tube)
Les Canadiens Robert Hall (gauche) et John Ridsdel ont été enlevés dans une station balnéaire du sud des Philippines en septembre 2015.(capture d’écran/You Tube)

Abou Sayyaf, le groupe terroriste philippin responsable de la mort le 25 avril d’un premier otage canadien,John Ridsdel, aurait tué le second otage canadien, Robert Hall.

Les islamistes du groupe Abu Sayyaf avaient diffusé début mai une vidéo montrant trois de leurs otages, un Canadien, un Norvégien et une Philippine, et menaçant de les exécuter, une semaine après avoir décapité John Ridsdel, enlevé en même temps qu’eux.

La politique canadienne est ne ne jamais verser de rançon aux terroristes preneurs d’otages.

Le premier ministre Justin Trudeau a fait la déclaration suivante aujourd’hui concernant le décès probable de Robert Hall:

«C’est avec une profonde tristesse que tout me porte à croire qu’un citoyen canadien, Robert Hall, tenu en otage aux Philippines depuis le 21 septembre 2015, a été tué par ses ravisseurs.

«Pendant que les autorités canadiennes travaillent de près avec leurs homologues filipinos pour confirmer la mort de M. Hall, tout nous porte à croire que les informations que nous avons sont malheureusement justes.

«Les actes odieux et brutaux des ravisseurs ont mené à une mort inutile.

«Le Canada tient le groupe terroriste qui l’a pris en otage pleinement responsable de ce meurtre insensé commis de sang-froid.

«Après la perte tragique de deux Canadiens, je tiens à réitérer que la prise d’otages par des terroristes ne fait qu’alimenter la violence et l’instabilité. Le Canada n’acceptera jamais une telle campagne de peur et une attitude aussi méprisable envers la souffrance des autres.

«C’est pour cette raison que le gouvernement du Canada ne versera pas, et ne peut pas verser, de rançons en échange d’otages à des groupes terroristes. Nous ne ferions que mettre en danger la vie d’autres Canadiens si nous acceptions.

«Plus que jamais, nous sommes déterminés à travailler avec le gouvernement des Philippines et des partenaires internationaux pour trouver les responsables de ces actes haineux et les traduire en justice, peu importe le temps que cela prendra.

«La priorité première du gouvernement du Canada, et la mienne en tant que premier ministre, est la sécurité des citoyens canadiens.

«Au nom du gouvernement du Canada et de tous les Canadiens, j’aimerais transmettre mes plus sincères condoléances à la famille et aux amis de M. Hall.

«Ils ont subi une perte terrible, et ils traversent en ce moment une épreuve douloureuse. Nos pensées les accompagnent tandis qu’ils pleurent cette tragédie. Je demanderais aux médias de respecter leur vie privée et de leur laisser le temps de faire leur deuil.

«Aujourd’hui est une autre journée difficile pour le Canada et les Canadiens, tandis que notre nation pleure la perte de John Ridsdel, tué le 25 avril, et de Robert Hall.»

Abou Sayyaf

Abou Sayyaf, placée sur la liste officielle des organisations terroristes du Canada, des États-Unis, de l’Australie et du Royaume-Uni, est un mouvement séparatiste islamiste armé situé dans les îles du sud des Philippines, principalement Jolo, Basilan et Mindanao.

Abou Sayyaf terrorise le sud des Philippines et sa région depuis les années 1990, à coups d’attentats, d’enlèvements et de décapitations. Le groupe s’est fait une spécialité lucrative des enlèvements contre rançon et les analystes estiment qu’Abou Sayyaf est davantage un groupe crapuleux qu’un mouvement idéologique.

En octobre 2015, un mois après un enlèvement dans la marina de l’Île de Samal, les ravisseurs avaient diffusé une vidéo des deux otages canadiens et des deux autres personnes enlevées en même temps qu’eux, le ressortissant norvégien Kjartan Sekkingstad et sa petite amie philippine.

Cette vidéo de deux minutes où Hall, Ridsdel et Sekkingstad plaidaient pour leur libération avait été filmée en pleine jungle. Le groupe terroriste avait prévenu qu’il tuerait leurs otages si une rançon de plusieurs millions de dollars n’était pas versée.

Le 25 avril dernier, le groupe extrémiste avait exécuté leur premier otage canadien.

Au lendemain de l’exécution par l’organisation extrémiste philippine Abou Sayyaf de l’otage canadien John Ridsdel, décapité par ses ravisseurs, Justin Trudeau avait toutefois écarté définitivement le paiement d’une rançon, rappelant la politique canadienne de ne jamais verser de rançon à des terroristes, que ce soit directement ou indirectement.

Pour l’opposition conservatrice et sa responsable Rona Ambrose, « les Canadiens sont choqués et scandalisés » par cette exécution d’un nouvel otage. Mme Ambrose a demandé à Justin Trudeau de travailler avec les pays alliés pour « détruire les organisations terroristes ».

*Avec AFP

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.