L’Otan incapable de contrer une invasion russe des pays baltes, dit le commandant de l’US Army en Europe

0
Le lieutenant-général américain Ben Hodges, commandant de l’US Army en Europe, assiste à une attaque «force on force», le 10 juin 2016, dans le cadre de l’exercice ANAKONDA 16, en Pologne. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Le lieutenant-général américain Ben Hodges, commandant de l’US Army en Europe, assiste à une attaque «force on force», le 10 juin 2016, dans le cadre de l’exercice ANAKONDA 16, en Pologne. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)

L’Otan est à l’heure actuelle incapable de défendre les pays Baltes en cas d’invasion des forces russes, a estimé dans les colonnes de l’hebdomadaire allemand Die Zeit le général Ben Hodges, un des chefs militaires américains en Europe.

« C’est vrai que la Russie pourrait conquérir plus vite les États baltes que nous ne pourrions arriver pour les défendre », a dit dans l’édition à paraître jeudi du périodique ce général, commandant des forces terrestres de l’Otan, en marge de l’exercice militaire ANAKONDA 16 en cours en Pologne.

Ces manoeuvres auxquelles participent 31.000 soldats de 24 pays combattent un agresseur imaginaire appelé « l’Union des Rouges », qui a pour cible les pays baltes et le nord de la Pologne.

Elles se déroulent avant un sommet de l’Otan à Varsovie les 8 et 9 juillet devant consacrer le renforcement de sa présence en Europe de l’Est.

Critiqués par la Russie, ces exercices sont officiellement des manoeuvres polonaises et non de l’Alliance atlantique afin de ménager Moscou, selon le général américain.

« Certains pays comme l’Allemagne ou la France trouvaient que c’était trop provocateur vis-à-vis de la Russie d’appeler ça +exercices de l’Otan+ », a-t-il dit, selon une traduction allemande de ses propos.

L’Otan a entrepris un renforcement militaire sur son flanc oriental sans précédent depuis la fin de la Guerre froide, en réponse à l’annexion de la Crimée par la Russie et au conflit dans l’est de l’Ukraine.

Il se traduira notamment par le déploiement, par rotations, de quatre bataillons composés de troupes de combat d’autres états de l’Alliance dans les pays baltes et en Pologne en 2017, une mesure qui doit être entérinée par les dirigeants de l’Otan à leur sommet de Varsovie.

Par ailleurs, les États-Unis vont déployer l’an prochain une brigade additionnelle et de nombreux équipements militaires dans l’est de l’Europe, ce qui porte à trois les brigades qu’ils feront tourner dans cette zone.

Les commentaires sont fermés.