SLD 2016: Pékin dénonce les «provocations» américaines, ne craint pas les «problèmes» en mer de Chine

0


Le Secrétaire américain à la Défense Ashton Carter s’en prend au comportement de la Chine en mer de Chine méridionale.le 4 juin au Dialogue de Shangri-la (The International Institute for Strategic Studies)

La Chine a dénoncé dimanche les « provocations » américaines dans ses contentieux territoriaux en mer de Chine méridionale, et averti qu’elle n’avait pas peur des « problèmes » dans cette zone.

« Les pays extérieurs devraient jouer un rôle constructif sur ce sujet, pas l’inverse. La question de la mer de Chine méridionale s’envenime à cause des provocations de certains pays qui poursuivent leurs intérêts égoïstes », a déclaré l’amiral Sun Jianguo lors d’un sommet sur la sécurité à Singapour.

La Chine revendique la quasi totalité de la mer de Chine méridionale, où elle mène d’importantes opérations de remblaiement, au grand dam de voisins comme le Vietnam, les Philippines, Brunei et la Malaisie.

Mais elle se heurte notamment aux États-Unis qui ont répété maintes fois que la liberté de navigation devait prévaloir dans ces eaux stratégiques, où passent le transport de fret et d’hydrocarbures.

Washington estime que les querelles de souveraineté doivent être réglées par la diplomatie, non par la politique du fait accompli menée par la Chine, et a envoyé ces derniers mois des navires de guerre croiser à proximité d’îles contrôlées par Pékin.

L’amiral Sun s’exprimait dimanche au Shangri-La, réunion annuelle à Singapour des ministres de la Défense de la zone Asie-Pacifique.


L’Amiral Sun Jianguo, vice-chef d’état-major de Chine à la 4e Plénière du Dialogue de Shangri-la le 5 juin 2016, de – 1h 37min 49sec à – 33 min 37 sec. (The International Institute for Strategic Studies)

Mettant en garde Pékin contre un risque d' »isolement », le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter avait averti samedi lors de ce même sommet que la politique chinoise en mer de Chine méridionale l’exposait à « des actions des États-Unis et des pays de la région ».

« Nous ne créons pas de problèmes, mais nous n’avons pas non plus peur des problèmes », a répliqué dimanche l’amiral chinois.

« Je réaffirme que notre politique en mer de Chine méridionale n’a pas changé. La Chine a la sagesse et la patience nécessaires pour résoudre les disputes par les négociations pacifiques. Nous pensons aussi que les autres pays concernés ont la même sagesse et la même patience pour marcher avec la Chine sur le chemin de la paix. »

« Les pays qui ne sont pas directement concernés ne sont pas autorisés à saboter pour des profits égoïstes notre chemin de paix », a-t-il averti.

Manille a saisi la Cour permanente d’arbitrage de la Haye pour examiner le contentieux, mais Pékin conteste la légalité de cette procédure. La perspective d’une décision prochaine de la justice internationale contribue à enflammer la rhétorique entre les diverses parties.

Kerry condamne la « militarisation » de la mer de Chine méridionale

Par ailleurs, le secrétaire d’État américain John Kerry a profité dimanche de son passage en Mongolie, coincée entre la Russie et la Chine, pour dénoncer la militarisation par Pékin de territoires disputés en mer de Chine méridionale et mettre en garde la Chine contre toute provocation.

Après Oulan-Bator, M. Kerry est attendu dans la soirée à Pékin pour le dialogue stratégique et économique annuel entre les deux premières puissances mondiales.

Les tensions en mer de Chine méridionale entre Pékin et ses voisins d’Asie du sud-est devraient dominer ces réunions sino-américaines lundi et mardi: Washington s’alarme depuis des mois de la militarisation de la région maritime, notamment de la construction d’infrastructures et des travaux de remblaiement par la Chine sur des îles disputées.

« Nous considérerions une ADIZ (une Zone aérienne de défense et d’identification, Ndlr) au-dessus de portions de la mer de Chine méridionale comme un acte provocateur et déstabilisateur qui ferait automatiquement monter les tensions », a mis en garde John Kerry lors d’une conférence de presse à Oulan-Bator.

« Nous exhortons la Chine à ne pas prendre de mesures unilatérales de manière provocatrice », a insisté le chef de la diplomatie américaine, assurant que les États-Unis ne prenaient pas partie dans les revendications territoriales.

Il est crucial qu’aucun pays ne prenne de mesures unilatérales pour militariser la région.

Les commentaires sont fermés.