Remplacement des CF-18: ce serait, du moins à titre provisoire, le Super Hornet

0
Décollage d'un Super Hornet le 23 septembre 2014 sur le porte-avion américain George H.W. Bush (Brian Stephens/AFP)
Décollage d’un Super Hornet le 23 septembre 2014 sur le porte-avion américain George H.W. Bush (Photo d’illustration/Archives/Brian Stephens/AFP)

Plutôt qu’un remplacement complet de la flotte de CF-18, le Canada opterait pour une mesure provisoire qui consisterait à acheter un certain nombre de Super Hornet pour remplir le « capability gap » (déficit de capacités) d’ici à ce qu’il parvienne à une solution définitive, rapportent le National Post et le Ottawa Citizen.

Selon ce que rapportent les journalistes John Ivison du Post et Lee Berthiaume du Citizen, le cabinet du Premier ministre Justin Trudeau aurait discuté de la question la semaine dernière, et bien qu’aucune décision n’ait été prise officiellement, un fonctionnaire de haut rang a été, affirment encore les deux journalistes, aurait été jusqu’à déclarer à propos des libéraux: « Ils ont fait leur lit sur cette question et travaillent actuellement sur la façon de l’annoncer ».

Les libéraux avaient promis pendant la dernière campagne électorale qui les a portés au pouvoir de ne pas acheter le F-35 pour remplacer les CF-18. Mais toute tentative d’exclure le chasseur furtif de Lockheed d’un appel d’offres en bonne et due forme entraînerait très probablement, pour ne pas dire certainement, une poursuite de plusieurs milliards de dollars du fabricant américain, selon ce responsable du ministère de la Défense.

Toutefois, avec un remplacement provisoire le gouvernement, arguant de l’urgence de la situation, pourrait alors soutenir qu’il envisage toujours d’organiser un appel d’offres plus tard pour remplacer les CF-18 à une date qui resterait à être déterminée.

Dans l’état actuel de la flotte canadienne de chasseurs, il est en effet difficile de remplir nos obligations auprès du NORAD et de l’OTAN. Et il semble que le projet de 400 millions de $ des conservateurs annoncé en 2014 de mettre à niveau des CF-18 afin qu’ils puissent continuer à fonctionner jusqu’en 2025 ne suffirait pas à combler ce déficit de capacités.

Par ailleurs, selon plusieurs experts, il faut acheter un avion américain construit, étant donné l’importance de la défense continentale conjointe avec les États-Unis.

Cela ne laisserait donc que le Super Hornet comme alternative, étant donné que les autres concurrents du F-35 – Dassault Rafale, l’Eurofighter Typhoon et le Saab Gripen – sont tous européens.

Il existe un précédent à l’achat de Super Hornets à titre provisoire: l’Australie, qui a acheté 24 Super Hornets il y a environ cinq ans pour 2,5 milliards $ pour remplacer ses vieux F-111 jusqu’à ce que les nouveaux F-35 soient prêts.

Le ministre canadien de la Défense, Harjit Sajjan, cité dans l’article de Berthuaume et Ivison, avait pour sa part déjà prévenu le mois dernier que « Les CF-18 canadiens doivent être remplacés dès maintenant. Et le fait qu’ils ne sont pas remplacés signifie que nous sommes confrontés à un ‘déficit de capacité’ dans les années à venir. »

En entrevue à 45eNord.ca le 7 mai lors de son passage à Montréal pour participer à une table ronde organisée par le CIRRICQ (le Centre interuniversitaire sur les relations internationales du Canada et Québec) dans le cadre de l’examen de la politique de défense organisée, le ministre avait aussi indiqué clairement que la nécessité de remplacer les chasseurs était acquise et que son gouvernement ne la remettra pas en cause lors l’examen en cours de la politique de défense, ajoutant même qu’il prévoyait agir rapidement.

Un membre du cabinet du ministre cité dans l’article du Post a de nouveau exprimé de ce sentiment d’urgence samedi, disant que «Le gouvernement travaille très dur sur ce dossier, comme il se doit, car aujourd’hui, les Forces armées canadiennes doivent gérer les risques que pose l’écart entre nos obligations envers l’OTAN et du NORAD et le nombre d’avions que nous pouvons faire voler », ajoutant qu' »On prévoit que ce déficit de capacité croîtra dans les années à venir, ce qui est inacceptable. »

Le précédent gouvernement conservateur avait annoncé en 2010 que le Canada allait acheter 65 F-35, le premier devant être livré en 2015. Mais le projet avait avorté en 2012 après que le vérificateur général, Michael Ferguson, a révélé que le gouvernement avait sous-estimé gravement les coûts et que la Défense nationale a admis que les F-35 coûteraient 46 milliards $ pour tout leur cycle de vie.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.