Syrie: «Nous sommes en contact avec les Américains tous les jours», déclare Lavrov

0
Le ministre russe des Affaires étrangères avec son homologue américain, John Kerry, à La Haye le 24 mars 2014 (Archives/Ministère russe des Affaires étrangères)
Le ministre russe des Affaires étrangères avec son homologue américain, John Kerry, à La Haye le 24 mars 2014. (Photo d’illustration/Archives/Ministère russe des Affaires étrangères)

La Russie « soutiendra activement » l’armée syrienne si celle-ci se trouve menacée à Alep (nord) et dans ses environs, a prévenu lundi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

« À propos de ce qui se passe à Alep et dans ses environs, nous avons prévenu les Américains. Ils savent que nous soutiendrons activement l’armée syrienne par les airs pour empêcher les terroristes de s’emparer de territoires », a-t-il déclaré à l’occasion d’une conférence de presse avec son homologue finlandais Timo Soini.

« Nous prendrons nos décisions en fonction de la situation. Nous sommes en contact avec les Américains tous les jours (…), il n’y aura donc pas de surprise », a poursuivi le chef de la diplomatie russe.

Cette annonce intervient alors que la coalition arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS), appuyée par les Américains, avance dans la province d’Alep où elle menace l’axe que l’organisation État islamique (EI) utilise pour faire transiter combattants, armes et argent de la frontière turque vers Raqa, capitale de facto de l’EI en Syrie.

L’organisation djihadiste est prise en étau entre cette avancée et celle de l’armée syrienne, soutenue par l’aviation russe.

M. Lavrov et le secrétaire d’État américain John Kerry avaient évoqué la semaine dernière au téléphone la nécessité « d’actions communes décisives » contre le Front Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda.

Le ministre russe a rappelé lundi que la Russie est « toujours prête à coordonner les missions de combats de (son) aviation avec l’aviation américaine contre les terroristes en Syrie ».

Mais Moscou « s’oppose aux tentatives de faire traîner en longueur » la mise en place de cette coordination russo-américaine, si elles ont lieu dans le but de permettre « à l’opposition de reprendre des forces et poursuivre ses offensives », a déclaré M. Lavrov.

Mi-mai, la Russie avait déjà proposé aux États-Unis de mener des frappes communes contre les groupes djihadistes en Syrie, une proposition qui avait été immédiatement rejetée par Washington.

Le ministère russe de la Défense a par ailleurs indiqué, selon l’agence RIA Novosti, qu’aucun de ses avions n’avaient survolé lundi Al-Acharah, une ville tenue par l’EI dans la province de Deir Ezzor, dont le marché a été la cible de frappes aériennes ayant tué 17 civils dont 8 enfants.

Le Pentagone redit encore qu’il ne se coordonne pas avec Moscou

Les États-Unis ne coordonnent pas leurs actions militaires en Syrie avec la Russie, a répété lundi le Pentagone alors que deux offensives simultanées sont en cours sur le terrain contre les djihadistes, l’une soutenue par Moscou et l’autre par Washington.

Il n’y a pas de « coordination directe des activités sur le terrain », a déclaré le porte-parole du Pentagone, Peter Cook, dans un point presse au Pentagone, alors que la simultanéité des deux offensives, qui prennent en étau les djihadistes, alimentent les rumeurs.

Le porte-parole du Pentagone s’est refusé à tout commentaire sur ce qui se passerait si les FDS soutenues par les États-Unis arrivaient au contact avec les forces du régime syrien dans la région de Raqa.

« Ce n’est pas le problème pour l’instant », a estimé Peter Cook. « Si cela devient un problème, nous y ferons face, mais pour l’instant ça ne l’est pas » a-t-il dit.

Le porte-parole a toutefois rappelé que les États-Unis ne cherchaient pas à se confronter à l’armée de Bachar al-Assad.

Les groupes armés combattants en Syrie soutenus par Washington « savent que l’engagement qu’ils ont avec les États-Unis (….) est spécifique au combat contre l’EI », a-t-il dit.

Les commentaires sont fermés.