Une Mention élogieuse à Jenny Migneault vient confirmer la place des familles des vétérans

0
L'éditeur et rédacteur en chef de 45eNord.ca accueille notre nouvelle blogueuse invitée, Jenny Migneault. (Bastien Duhamel/45eNord.ca)
L’éditeur et rédacteur en chef de 45eNord.ca, Nicolas Laffont, alors qu’il accueillait le 16 avril 2015 notre nouvelle blogueuse invitée, Jenny Migneault. (Bastien Duhamel/45eNord.ca)

La mention élogieuse de l’ombudsman des vétérans à Jenny Migneault vient confirmer aujourd’hui la place qu’ont enfin dorénavant sur l’échiquier politique à Ottawa les familles de vétérans, longtemps ignorées par les politiques et l’administration fédérale.

La collaboratrice de 45eNord.ca, l’activiste et blogueuse bien connue Jenny Migneault qui avait poursuivi dans les couloirs du parlement l’ex ministre conservateur des Anciens combattants conservateur Julian Fantino, était en effet parmi les récipiendaires de la Mention élogieuse du bureau de l’ombudsman des vétérans qu’a remis aujourd’hui Guy Parent lors d’une cérémonie à Halifax.

Il aura donc fallu poursuivre en talons hauts un ministre qui fuyait pour en arriver aujourd’hui à la reconnaissance politique du combat pour les familles des vétérans. Une poursuite dans les couloirs du Parlement…et des années d’efforts.

La cérémonie de remise des Mentions élogieuses a eu lieu cet après-midi à 16h30 au Hampton Inn, Silver Birch Conference Centre, dans la capitale néo-écossaise.

La Mention élogieuse

La Mention élogieuse, explique le bureau de l’Ombudsman, est remise à ceux qui font preuve d’un dévouement et d’une générosité exceptionnels et qui déploient des efforts considérables au nom des vétérans du Canada et de leur famille.

L’ombudsman des vétérans, en consultation avec le Conseil consultatif de l’ombudsman des vétérans (CCOV), décerne la Mention élogieuse de l’ombudsman des vétérans en reconnaissance des efforts déployés par ces individus et ces groupes. La Mention élogieuse de l’ombudsman des vétérans sert à souligner et à honorer le dévouement exceptionnel, la détermination et la générosité d’une personne ou d’un groupe ainsi que de sa contribution envers les vétérans du Canada et leur famille.

Elle peut être décernée à un organisme ou groupe national, un organisme ou groupe local ou un individu. Cette dernière catégorie vise les personnes dont le travail remarquable et la contribution exceptionnelle ont eu un impact durable et positif sur le bien-être des vétérans et de leur famille à l’échelle nationale ou locale.

Les autres récipiendaires individuels sont Allan DeGenova et Lorne McCartney (à titre posthume).Un quatrième récipiendaire, le programme Leave the Streets Behind de la Direction provinciale de l’Ontario de la Légion royale canadienne, s’était déjà vu décerner la Mention élogieuse la veille, lors du 46e congrès national de la Légion royale canadienne tenu à St. John’s (T.-N.-L.).

Jenny Migneault

Une Mention élogieuse à Jenny Migneault vient confirmer la place des familles des vétérans. (Photo courtoisie de Claude Rainville))
Une Mention élogieuse à Jenny Migneault vient confirmer la place des familles des vétérans. (Photo courtoisie de Claude Rainville))

Jenny Migneault est l’épouse d’un ancien combattant atteint d’un SSPT.

« Je ne sais pas comment me présenter. En anglais, je suis perçue si différemment! Non, je ne suis pas une victime », écrit-elle sur son blogue personnelle.

« Ici, j’ai l’impression d’être perçue comme une victime…que je ne suis pas », dit celle qui est est passée en quelques années d’épouse d’un vétéran atteint de SSPT à combattante, blogueuse et activiste.

« Je suis, moi. Dysfonctionnelle, impactée. Écrire et m’exprimer est ma thérapie. Que ce soit par le biais de vidéos par lesquels j’exprime ce que je comprends ou par le biais de blogues, mon sarcasme est mon arme de choix », explique-t-elle.

« Depuis quelques mois, j’ai le privilège de faire partie de l’équipe de 45eNord.ca à titre de blogueuse où mon défi consiste à m’adresser à la communauté militaire. C’est un défi extraordinaire mais aussi une opportunité de grandir », nous fait également l’honneur d’écrire la récipiendaire de la Mention élogieuse de l’Ombudsman.

Jenifer Migneault est connue comme une dispensatrice de soins dévouée d’un vétéran qui souffre d’ÉSPT. Elle défend aussi les droits des dispensateurs de soins aux vétérans en milieu familial. Ses efforts ont contribué à lancer un débat national sur le soutien fourni aux familles militaires, en particulier celles qui prennent soin de vétérans malades ou blessés. Sa détermination et sa ténacité l’ont amenée à rencontrer beaucoup d’intervenants auprès des vétérans, si bien que suite à ces rencontres, Anciens Combattants Canada a lancé de nouveaux programmes et avantages pour aider les dispensateurs de soins de vétérans malades et blessés. Jenifer se confie ouvertement et de façon publique sur les difficultés qu’elle a éprouvé pour aider d’autres qui se retrouvent dans une situation similaire à ce qu’elle a vécu. Elle organise des réunions pour les vétérans et leur famille, elle publie des vidéos sur YouTube et Facebook et elle blogue régulièrement pour aider les autres familles.

Un outil de plus pour attirer l’attention sur le sort des familles des vétérans

Sur la Mention élogieuse qu’elle vient de recevoir, »Je suis contente parce que c’est vrai que j’ai travaillé fort. C’est une petite ‘claque dans le dos’ pour pouvoir avancer. », nous confie jenny Migneault,

Mais ce prix, pour elle, est avant tout un symbole, et un symbole utile.`

Un pareil prix est le symbole de l’arrivée dans la sphère politique du combat ‘social’ que mènent depuis tant d’année les vétérans et leurs familles. Et, toujours selon Jenny Migneault, cette mention élogieuse vient heureusement confirmer aujourd’hui la place des familles de vétérans sur l’échiquier politique.

C’est, dit la blogueuse et activiste, le prix de l’effort collectif et il devrait être attribué à tous les membres de familles de vétérans qui souffrent. « Je ne suis pas plus importante que la madame qui prend la place du psychologue auprès de son mari », déclare celle qu’on soupçonne avoir elle-même vécu maintes fois cette situation.

Ce n’est qu’un début

« Je crois fermement qu’il faut reconnaître les personnes et les groupes qui consacrent beaucoup de temps et d’énergie à veiller à ce que les besoins de ceux et celles qui ont servi notre pays soient satisfaits », a souligné l’ombudsman. « Le dévouement de ces récipiendaires de la Mention élogieuse est essentiel au bien-être de la communauté des vétérans. La reconnaissance de leurs efforts et de leurs initiatives peut devenir une source de motivation pour d’autres qui travaillent sans relâche au nom des vétérans et dont le travail passe souvent inaperçu. »

Et ce prix ne doit justement surtout pas faire oublier la nécessité des véritables changements qui ne sont qu’amorcés, renchéri Jenny Migneault.

La reconnaissance politique, utile, voire même indispensable, n’est pas le but du combat. Ce n’est qu’un moyen, pas une fin, et ce prix devrait simplement donner encore un peu plus de souffle au combat pour les familles de vétérans qu’elle mène publiquement à travers les médias depuis novembre 2013.

« Les vrais changements sont encore à venir. Je vais ramasser ce prix en connaissant la souffrance des familles. Je ne peux donc pas encore célébrer pleinement, même si je suis contente des portes que ce prix va ouvrir », de conclure la collaboratrice de 45eNord.ca.

Finalement, ce n’est qu’un début et il y a fort à parier que la suite sera intéressante, très intéressante.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.