Afghanistan : Obama a adressé un message clair à l’ennemi dit le commandant de RESOLUTE SUPPORT

0
Le lieutenant-général John  W. "Mick" Nicholson Jr, commandant des Forces américaines et de l'OTAN en Afghanistan. (OTAN)
Le lieutenant-général John W. « Mick » Nicholson Jr, commandant des Forces américaines et de l’OTAN en Afghanistan. (OTAN)

Le président Barack Obama « a adressé un message clair à l’ennemi » en limitant le retrait des forces américaines d’Afghanistan, a estimé samedi le général américain John Nicholson qui commande les troupes de l’opération « Resolute Support », sous bannière de l’Otan.

Le général, qui a pris ses fonctions en mars et recevait la presse pour la première fois, a également annoncé qu' »un nombre significatif » de frappes aériennes avait été conduit contre l’organisation État islamique (EI) dans l’est du pays et que ces attaques allaient « se poursuivre ».

« Le président Obama nous a donné les moyens que nous avions réclamés pour accomplir nos missions de lutte contre le terrorisme et d’assistance et de formation des forces de sécurité afghanes » s’est félicité le général Nicholson.

M. Obama a annoncé mercredi, à la veille du Sommet de l’Otan à Varsovie, le maintien de 8.400 soldats américains dans le pays. Initialement, le nombre de soldats devait passer de 9.800 actuellement à 5.500 d’ici à la fin de l’année.

« La réduction d’effectifs prévue ne nous aurait pas permis de mener à bien notre mission » a-t-il affirmé.

Mais ainsi, « nous adressons un message très clair aux autorités afghanes et un message très clair à l’ennemi lui disant que nous nous tenons aux côtés des Afghans ».

Le général, qui avait dressé son état des lieux au cours des trois premiers mois de sa mission, a obtenu début juin un renforcement de son autorité sur le terrain.

« Notre nouvelle autorité nous permet de conduire des frappes aériennes contre l’ennemi pour le perturber » mais aussi « de cibler des individus spécifiques » qui menaceraient les intérêts américains ou afghans, a-t-il commenté.

Ces frappes permettront « de maintenir la pression » sur les différents groupes hostiles identifiés, principalement « les talibans et (l’organisation) Etat islamique ».

« Nous avons ainsi conduit récemment un nombre de frappes significatif contre Daesh (acronyme arabe de l’EI) dans le Nangahar (est) et nous allons continuer » a-t-il prévenu.

Selon lui, l’EI qui a cherché depuis 2015 à s’implanter en Afghanistan pour concurrencer les talibans, dans l’est, a perdu du terrain: « ils avaient réussi à s’étendre dans neuf districts, ils sont aujourd’hui réduits à deux, grâce aux Américains mais aussi aux forces Afghanes », a-t-il insisté, en soulignant « les progrès constants » de ces dernières.

L’armée américaine a compté jusqu’à 100.000 hommes en Afghanistan. Les autorités de ce pays se sont trouvées soudainement menacées par les ofensives des talibans après le départ de l’essentiel des forces étrangères fin 2014.

Les commentaires sont fermés.