Attentat de Nice: le Canada, Montréal en tête, solidaire de la France

0
Une minute de silence est observée à Montréal le 14 juillet 2016 en hommage aux victimes de l'attentat de Nice. (Twitter/@FranceaMontreal)
Une minute de silence est observée à Montréal le 14 juillet 2016 en hommage aux victimes de l’attentat de Nice. (Twitter/@FranceaMontreal)

Remis à jour 15/07/2016 à 10h59

Les hommes et femmes politiques du Canada, le maire de Montréal en tête, n’ont pas tardé à réagir à la tragédie à Nice, en France, où un camion a foncé dans une attaque terroriste sur la foule qui assistait au feu d’artifice du 14 juillet sur la Promenade des Anglais, faisant au moins 77 morts, dont plusieurs enfants.
——
Mise à jour au 15/07/2016 à 11h34

Aucun Canadien ne figure pour le moment parmi les victimes de l’attaque survenue à Nice jeudi soir, a annoncé l’ambassadeur du Canada en France, Lawrence Cannon, dans un message publié sur Twitter ce vendredi matin.

——

Une minute de silence a été observée à Montréal en hommage aux victimes de l’attentat de Nice et le maire Denis Coderre, a publié tout de suite un communiqué où il exprime sa profonde tristesse et annoncé que les drapeaux français seront mis en berne au balcon de l’hôtel de ville de la métropole. Il s’est dit à la fois «choqué et consterné» par tant de «violence insensée».

Denis Coderre s’est dit à la fois «choqué et consterné» par tant de «violence insensée».

« En cette fête nationale de la France, c’est avec stupeur que nous avons pris connaissance des attentats à Nice. En mon nom personnel et en celui de tous les Montréalais, je tiens à exprimer ma plus profonde tristesse et mes sympathies aux familles et aux proches des victimes. J’offre également tout mon soutien au maire de Nice, Philippe Pradal, et à Christian Estrosi, président de la métropole Nice Côte d’Azur et président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur », a déclaré le premier magistrat de la métropole québécoise par voie de communiqué.

« Je suis choqué et consterné par ces actes de violence insensés. En ces moments difficiles, les Montréalais sont solidaires des Niçois et Français. Nous les accompagnons dans ce chagrin et dans la lutte contre toute forme de violence. Liberté, Égalité, Fraternité. Ces valeurs n’auront jamais été aussi pertinentes », a ajouté Denis Coderre.

Dès hier soir, quand Montréal a appris l’attentat, l’Hôtel de Ville a pris les couleurs de la France.

Du côtés d’Ottawa, s’exprimant en ligne, le premier ministre Justin Trudeau a écrit sur son compte Twitter que « que «les Canadiens sont bouleversés par l’attentat», notant que la sympathie des gens d’ici «va aux victimes» et exprimant la solidarité des Canadiens sont solidaires à l’égard du peuple français.

Il a aussi déclaré un peu plus tard, par voie de communiqué que « Les actes insensés de ce genre ne sont pas des gestes isolés », assurant que  » Nous [ en parlant du canada et de son gouvernement, NDLR] continuerons à travailler avec nos alliés et partenaires afin de combattre le terrorisme sous toutes ses formes et traduirons les responsables en justice, qu’il s’agisse des auteurs ou de ceux qui participent au financement ou à l’organisation de ces attentats ».

Le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, a aussi parlé d’un «horrible attentat terroriste», disant que les Canadiens étaient «profondément attristés» et exprimaient leur solidarité aux Français à l’occasion de leur fête nationale.

le ministre Dion a indiqué que le consulat du Canada à Nice était «en communication avec les autorités locales», et que le Centre de surveillance et d’intervention d’urgence «fonctionne et apporte son assistance aux Canadiens».

Par ailleurs, les autorités canadiennes étaient encore jeudi à déterminer, en collaboration avec les autorités locales, si des Canadiens ont été touchés par ces événements.

La chef intérimaire du Parti conservateur du Canada, Rona Ambrose, a pour sa part mentionné que ses «pensées» et ses «prières» vont aux victimes et à leurs proches, soulignant en outre qu’«il est temps d’agir face au terrorisme alors que le monde devient de plus en plus dangereux».

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, a lui aussi manifesté immédiatement sa solidarité et celle de son parti, écrivant sur son compte Twitter « Toutes nos pensées sont avec les blessés et les proches des victimes de la terrible attaque à Nice durant les célébrations de la #Bastille ».

Obama condamne « une horrible attaque terroriste »

Le président des États-Unis Barack Obama a bien sûr lui aussi fermement condamné jeudi soir ce qui semblait déjà à ce moment « être une horrible attaque terroriste ».

« Nous sommes solidaires de la France, notre plus vieil allié, au moment où elle fait face à cette attaque », a déclaré M. Obama dans un communiqué.

La président américain a aussi précise qu’il a demandé à ses équipes d’être en contact avec les responsables français et que les États-Unis ont offert « toute aide dont ils pourraient avoir besoin pour mener l’enquête sur cette attaque et traduire les responsables en justice ».

« Nos pensées et nos prières sont avec les familles et les proches de ce ceux qui ont été tués et nous souhaitons bon rétablissement aux nombreux blessés », a ajouté Barack Obama.

« En ce 14 juillet, nous nous rappelons (…) des valeurs démocratiques qui ont fait de la France une inspiration pour le monde entier », a-t-il poursuivi avant de conclure «  »Nous savons que les valeurs de la République française perdureront longtemps après ces pertes de vies tragiques et dévastatrices ».

Le secrétaire d’État américain John Kerry, qui avait assisté au défilé du 14 juillet à Paris plus tôt dans la journée, a fustigé une « attaque affreuse (…) contre des personnes innocentes durant un jour qui célèbre la liberté, l’égalité et la fraternité ».

Le maire de New York Bill de Blasio s’est dit quant à lui dit « écoeuré » par l’attentat « insensé » de Nice sur son compte Twitter.

La nouvelle Première ministre britannique Theresa May est tenue informée du « terrible incident » à Nice, selon Downing Street qui s’est dit « très choqué et inquiet », alors que de partout dans le monde affluent les messages de solidatité.

Les pays arabes et l’Iran condamnent eux aussi l’attentat «terroriste» de Nice

Des pays arabes, dont le poids lourd saoudien, et l’Iran ont vivement condamné vendredi l’attentat et appelé à l’unité face au fléau du « terrorisme ».

Alors que l’auteur de l’attaque a été identifié comme un franco-tunisien, la Tunisie, victime ces dernières années d’attentats meurtriers, a dénoncé un acte « terroriste lâche » et « exprimé ses profondes condoléances à la France ». Son président Béji Caïd Essebsi a appelé à la « solidarité » dans la lutte antiterroriste.

En Égypte, la plus haute institution de l’islam sunnite, Al-Azhar, a estimé que ces « attaques terroristes abominables contredisent les enseignements de l’islam » et souligné « la nécessité d’unir les efforts pour vaincre le terrorisme et débarrasser le monde de ce mal ».

Les six monarchies arabes du Golfe ont également condamné l’attaque « terroriste ». En Arabie saoudite, un porte-parole officiel a assuré la France « amie » de sa « solidarité et coopération pour faire face aux actes terroristes », alors que les Emirats arabes unis ont estimé que tous les pays « doivent œuvrer fermement contre le terrorisme ».

L’Arabie saoudite, frappée il y a une dizaine de jours par des attentats meurtriers, et les Émirats sont comme la France membres de la coalition internationale qui, sous la conduite des Etats-Unis, lutte contre les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak.

En Égypte, le président Abdel Fattah al-Sissi, dont le pays fait également face à des attentats djihadistes, a réaffirmé « la pleine solidarité de l’Égypte avec la France amie ». Le terrorisme « ne connaît pas de frontières et détruit la vie d’innocents (…) De tels actes renforcent la détermination des pays épris de paix pour vaincre le terrorisme ».

Pour le grand mufti d’Égypte Shawki Allam, l’assaillant de Nice est un « extrémiste qui marche dans les pas du diable ». « L’islam n’a jamais appelé à faire couler le sang », a-t-il dit.

L’Iran a aussi « offert » ses condoléances à la France après « l’acte criminel terroriste à Nice ». « Comme nous l’avons dit dans le passé, le terrorisme est un fléau qui ne peut être déraciné sans une unité et une collaborations internationales ».

L’Autorité palestinienne dirigée par Mahmoud Abbas a également condamné « un acte lâche, terroriste et sauvage » qui « affecte la France, mais aussi la liberté, l’égalité et la fraternité ».

Le chef de la Ligue des États arabes, Ahmed Aboul Gheit, a lui aussi qualifié l’attaque de « terroriste et lâche ».

L’ONU condamne une attaque « barbare et lâche », minute de silence au Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité de l’ONU a pour sa part »condamné avec la plus grande fermeté l’attaque terroriste barbare et lâche » commise jeudi soir à Nice (France).

Dans une déclaration unanime, les 15 pays membres du Conseil expriment « leur profonde sympathie et leurs condoléances » aux familles des victimes et au gouvernement français.

Ils réaffirment « que le terrorisme sous toutes ses formes représente une des plus graves menaces pour la paix et la sécurité internationales ».

« Tout acte de terrorisme est criminel et injustifiable », soulignent les 15 pays, qui réaffirment « la nécessité pour tous les Etats de combattre » la menace terroriste « par tous les moyens », dans le respect des lois internationales.

Les membres du Conseil « soulignent aussi la nécessité de poursuivre en justice les responsables de tout acte de terrorisme ».

Et, aujourd’hui, vendredi, le Conseil de sécurité de l’ONU a observé un moment de silence vendredi en hommage aux victimes de l’attentat de Nice, qui a fait au moins 84 morts dans cette station balnéaire française.

Le silence est tombé sur la salle du Conseil lorsque les ambassadeurs se sont levés, tête inclinée en signe de respect, avant le début d’une réunion portant sur la situation en Irak.

L’ambassadeur français auprès des Nations unies François Delattre a dit aux journalistes, avant la réunion, avoir reçu de nombreux messages de soutien pour la France.

« Nous sommes en état de choc, un choc profond’, a-t-il dit. « Mais en même temps, le mot clé c’est la détermination dans la lutte contre le terrorisme, à la fois au niveau national et international. »

*Avec AFP

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.