Attentat suicide de l’EI à Bagdad: le bilan grimpe à au moins 200 morts

0
Vue sur le site d'un attentat-suicide à Bagdad revendiqué par l'EI, le 3 juillet 2016. (AFP/SABAH ARAR)
Vue sur le site d’un attentat-suicide à Bagdad revendiqué par l’EI, le 3 juillet 2016. (AFP/SABAH ARAR)

Au moins 91 personnes ont été tuées et plus de 170 autres blessées, dimanche, dans le cadre de deux attentats à la bombe survenus dans la capitale irakienne.
—–
Mise à jour au 04/07/2016 à 8h31

Les autorités ont nettement revu à la hausse le bilan de l’attentat qui s’élevait à 119 morts dimanche soir: l’Irak rendait hommage lundi aux plus de 200 personnes tuées dimanche à Bagdad par un attentat suicide du groupe Etat islamique (EI), l’un des pires jamais perpétrés dans le pays.

Cette attaque met de nouveau en lumière l’incapacité du pouvoir irakien à instaurer des mesures de sécurité efficaces pour prévenir les attentats à Bagdad, sa capitale…
—–

Mise à jour au 03/07/2016 à 11h40

L’attentat suicide à la voiture piégé revendiqué par le groupe djihadiste État islamique (EI) dimanche dans un quartier commerçant de Bagdad a fait au moins 119 morts, selon un nouveau bilan fourni par des responsables de sécurité.

L’explosion, la plus meurtrière dans un seul attentat dans la capitale irakienne cette année, a également fait 140 blessés, a-t-on précisé de même source.

—-

L’attaque la plus mortelle, qui a été revendiquée par le groupe armé État islamique (EI), s’est produite dans le district de Karada, au centre de Bagdad, lorsqu’un kamikaze a fait exploser une camionnette bourrée d’explosifs à l’extérieur d’un centre commercial bondé, tuant au moins 86 personnes et en blessant jusqu’à 170 autres. Selon un policier, 15 enfants, 10 femmes et 6 agents des forces de l’ordre figurent parmi les morts.

L’explosion a eu lieu peu après minuit, alors que de nombreuses familles et jeunes gens étaient dans les rues après avoir jeûné toute la journée conformément aux règles du ramadan, le mois saint des musulmans durant lequel il leur est interdit de boire et de manger avant le coucher du soleil. La plupart des victimes ont péri à l’intérieur du centre commercial, où des dizaines d’entre elles ont été brûlées vives ou asphyxiée par la fumée, ont indiqué les autorités.

Quelques heures après le drame, l’EI a affirmé être responsable de l’attentat dans un communiqué publié en ligne, disant qu’il s’en était délibérément pris aux chiites. L’Associated Press n’a pas été en mesure de vérifier cette information, mais la déclaration a été affichée sur un site web fréquemment utilisé par l’organisation terroriste sunnite.

La seconde attaque s’est déroulée à Shaab, dans le nord de Bagdad, lorsqu’un engin explosif artisanal a été déclenché, faisant 5 morts et 16 blessés, a révélé un autre policier. L’attentat n’a pas été revendiqué, mais il porte la signature de l’EI, qui prend souvent pour cible des zones commerciales et des endroits fréquentés par les chiites.

Ces deux attentats comptent parmi les plus sanglants à avoir eu lieu dans la capitale irakienne depuis le début de l’année. Le 11 mai, des militants de l’EI avaient effectué trois attaques à la voiture piégée à Bagdad, tuant 93 personnes.

Avec ces assauts, les extrémistes ont prouvé qu’ils étaient encore capables de causer bien des dommages en dépit de leurs récentes défaites sur le champ de bataille, notamment à Fallouja, que le gouvernement irakien a déclaré libérée du joug de l’EI la semaine dernière.

L’organisation terroriste contrôle toujours Mossoul, la deuxième plus grande ville de l’Irak, de même que de larges pans de territoire dans le nord et l’ouest du pays.

Au plus fort de son règne en 2014, l’EI avait la mainmise sur presque un tiers de l’Irak. Aujourd’hui, le bureau du premier ministre irakien estime que les militants ne contrôlent plus que 14 % du pays.

Les commentaires sont fermés.