Colombie: des rebelles des Farc blessés dans un accrochage avec l’armée

0
Des membres de la guérilla des Farc ont été blessés dans un accrochage avec l'armée, a annoncé dimanche le ministre colombien de la Défense,Luis Carlos Villegas. (Capture d'écran/45eNord.ca/RCN)
Des membres de la guérilla des Farc ont été blessés dans un accrochage avec l’armée, a annoncé dimanche le ministre colombien de la Défense,Luis Carlos Villegas. (Capture d’écran/45eNord.ca/RCN)

Des membres de la guérilla des Farc qui devaient se rendre à Cuba pour participer aux pourparlers de paix avec le gouvernement colombien ont été blessés dans un accrochage avec l’armée, a annoncé dimanche le ministre colombien de la Défense.

Le ministre, Luis Carlos Villegas, a déclaré à la presse qu' »un affrontement fortuit » avait eu lieu « il y a 48 heures dans la région de La Uribe », dans le centre de la Colombie.

Il n’a pas précisé combien de guérilleros avaient été atteints ni la gravité de leurs blessures.

« Une patrouille de nos forces de déploiement rapide qui assurait un contrôle territorial a rencontré une patrouille des Farc », a dit le ministre. « Il y a eu un combat fortuit, selon ce que disent les Farc, avec plusieurs blessés », a-t-il dit.

Un responsable des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), Carlos Lozada, a donné sur Twitter une autre version des faits.

« Ce qui s’est passé n’était pas un combat fortuit » mais « un assaut contre des délégués des Farc qui partaient pour La Havane », a déclaré M. Lozada, membre du secrétariat des Farc et négociateur aux pourparlers entre la guérilla marxiste et le gouvernement colombien à Cuba.

M. Lozada n’a pas précisé non plus le nombre des membres des Farc blessés ni la gravité de leur état.

Il a déclaré que l’armée colombienne avait refusé de procéder à l’évacuation aérienne des guérilleros blessés et que ce refus constituait une violation du droit humanitaire international. M. Villegas a assuré que l’armée leur avaient proposé une aide médicale.

L’accrochage survient à un moment crucial des négociations entre les Farc et le gouvernement colombien.

Les deux parties ont signé le 23 juin un accord pour un cessez-le-feu définitif et le désarmement des rebelles, levant ainsi le dernier obstacle à la signature d’un accord final de paix.

L’accord signé à La Havane, où les négociations ont débuté en 2012, prévoit qu’après la signature de la paix les guérilleros seront rassemblés dans 23 zones du pays, sous le contrôle de l’ONU, chargée de collecter puis de détruire leurs armes. Ces zones sont situées dans des régions historiquement sous influence de la guérilla.

Les Farc, issues en 1964 d’une insurrection paysanne, sont la plus importante guérilla de Colombie, avec environ 7.000 combattants, selon des chiffres du gouvernement.

La guerre interne qui ravage la Colombie depuis plus d’un demi-siècle a opposé guérillas d’extrême gauche, paramilitaires d’extrême droite et forces armées, faisant au moins 260.000 morts, 45.000 disparus et 6,9 millions de déplacés, selon des estimations officielles.

Les commentaires sont fermés.