Trudeau à Kiev: la coopération militaire et technique canado-ukrainienne se poursuit

0
Le premier ministre Trudeau le 11 juillet 2016 à la cérémonie d’accueil officielle avec honneurs militaires à Kiev, en Ukraine.(Présidence ukrainienne)
Le premier ministre Trudeau le 11 juillet 2016 à la cérémonie d’accueil officielle avec honneurs militaires à Kiev, en Ukraine.(Présidence ukrainienne)

Le premier ministre Justin Trudeau a réitéré lundi lors de sa rencontre avec le président Petro Porochenko l’appui du Canada à l’Ukraine dans le conflit avec la Russie, le président ukrainien soulignant pour sa part en conférence de presse conjointe la poursuite de la coopération militaire et technique canado-ukrainienne.

Dans le cadre de l’intervention du Canada à la suite de demandes émises par le gouvernement de l’Ukraine, les Forces armées canadiennes fournissent depuis 2015 de l’instruction militaire et du renforcement des capacités aux membres des forces de l’Ukraine en appui aux efforts déployés par ce pays pour maintenir sa souveraineté et sa sécurité.

Le Canada, avec l’opération UNIFIER, déploie près de 200 militaires en Ukraine jusqu’au 31 mars 2017, les efforts des Forces canadiennes étant axés principalement sur l’instruction tactique des militaires, ainsi que l’instruction sur la neutralisation des explosifs et munitions (NEM) et la neutralisation des engins explosifs improvisés (NEEI);

Dans le cadre de sa visite officielle en Ukraine, Justin Trudeau visitera le 12 juillet la région de Lviv où a lieu cette mission et examinera le travail des instructeurs canadiens au centre de formation de Yavoriv.

Conférence de presse conjointe du premier ministre Justin Trudeaum et du président ukrainie petro Porochenko à kiev le 11 juillet 2016. (présidence ukrainienne)
Conférence de presse conjointe du premier ministre Justin Trudeau et du président ukrainien Petro Porochenko à Kiev le 11 juillet 2016. (Présidence ukrainienne)
«Nous avons convenu que ce programme de coopération sera poursuivie et que le Canada continuera à nous aider à créer une nouvelle armée professionnelle.», a déclaré pour sa part avec satisfaction en conférence de presse conjointe le président ukrainien après sa rencontre avec M. Trudeau

Le premier ministre canadien a réitéré que le Canada allait continuer d’aider l’Ukraine à contrer l’agression russe. « Nous sommes concentrés sur la mission de formation que le Canada accomplit pour rendre les militaires ukrainiens plus efficace dans la protection contre l’ennemi qui empiète sur le territoire ukrainien. »

La mission d’instruction se déroule dans le cadre de la Commission mixte multinationale qui comprend l’Ukraine, les États‑Unis, le Canada et le Royaume‑Uni. Le Canada s’est joint à la Commission en janvier 2015 et co-préside, avec l’Ukraine, le sous‑comité chargé de la police militaire.

Le premier ministre Trudeau a également annoncé aujourd’hui à Kiev que le Canada augmenterait le nombre de policiers canadiens ayant pour mission de former des policiers ukrainiens.

Plus tôt dans la journée, accompagné de son fils Xavier, M. Trudeau avait visité à Kiev le monument de Babi Yar, qui commémore le plus grand massacre de la Shoah par balles mené par les Einsatzgruppen nazis en URSS: 33 771 Juifs1 furent assassinés par les nazis et leurs collaborateurs locaux principalement le 201e bataillon Schutzmannschaf, les 29 et 30 septembre 1941 aux abords du ravin de Babi Yar.

Puis, le premier ministre a déposé une couronne sur la tombe du soldat inconnu, au Parc de la gloire éternelle. Il a aussi le monument et le musée de l’Holodomor, qui commémore la grande famine qui eut lieu en Ukraine en 1932 et 1933.

Plus tard ce lundi, une visite est prévue à la place de l’Indépendance, où les manifestations de 2014 ont contribué à la destitution du président prorusse Viktor Ianoukovitch. Plus de 100 personnes y ont laissé leur vie lors d’affrontements entre manifestants et policiers.

Et la journée doit se terminer au Fairmont Grand Hotel Kyiv où le premier ministre canadien rencontrera en début de soirée plusieurs membres de la société ukrainienne.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.