La ministre canadienne Marie-Claude Bibeau en Colombie pour appuyer le processus de paix

0
Des Colombiens fêtent l'accord de cessez-le-feu à Medellin le 23 juin 2016. (AFP/RAUL ARBOLEDA)
Des Colombiens fêtent l’accord de cessez-le-feu à Medellin le 23 juin 2016. (AFP/RAUL ARBOLEDA)

La ministre canadienne du Développement international, Marie-Claude Bibeau, a annoncé aujourd’hui qu’elle effectuera une visite à Cartagena, à Bogotá et à Villavicencio, en Colombie, du 3 au 7 juillet 2016, pour témoigner de l’appui du Canada ai processus de paix.

La ministre commencera sa visite à Cartagena par une rencontre avec des femmes et des jeunes dans les collectivités directement touchées par le conflit, précise le communiqué du ministère canadien du Développement international, mentionnant qu’il y a plus de 6 millions de personnes déplacées en Colombie, et le Canada est un partenaire clé pour aider celles qui ont fui leur foyer.

À Bogotá, la ministre annoncera les détails du soutien du Canada à l’instauration de la paix en Colombie. Elle tiendra des réunions bilatérales avec le président de la Colombie, M. Juan Manuel Santos, et le conseiller principal du président sur les situations d’après-conflit, M. Rafael Pardo.

À Villavicencio, la ministre Bibeau visitera des projets axés sur l’autonomisation des femmes et l’augmentation de leur revenu afin qu’elles puissent devenir de réelles agentes de changement et de paix dans leurs collectivités.

Il s’agit de la première visite officielle de la ministre en Amérique latine, et elle s’inscrit dans la foulée du partenariat solide du Canada avec la Colombie.

«Les femmes et les jeunes doivent être au cœur des efforts de paix et du processus de réconciliation en Colombie. Ils représentent l’avenir d’une génération de Colombiens qui aspire à la paix. Après l’accord de cessez-le-feu, nous devons intensifier les efforts de paix et apporter de réels changements qui auront une incidence concrète sur le terrain. Cette visite est l’occasion de réitérer l’engagement du Canada à l’égard de la paix et de soutenir des projets qui produiront des résultats tangibles dans les collectivités touchées par le conflit.», a déclaré la ministre canadienne.

Après 50 années de conflit armé interne, un accord historique a été signé jeudi 23 juin sur les modalités de fin de conflit, prévoyant le cessez-le-feu et le désarmement de la guérilla, a levé le dernier obstacle à un accord de paix avec les Farc, première guérilla du pays, au terme de trois ans et demi d’âpres négociations à Cuba.

Le Canada suit de près ce qui se passe en Colombie, prêt à appuyer le processus de paix.

En février dernier, au bureau du Procureur général de la Colombie à Bogotá, s’était la première réunion exploratoire de coopération technique entre les responsables du parquet colombien et les représentants du gouvernement du Canada pour mieux préparer, notamment, la période qui s’amorce avec l’accord de paix historique entre la guérilla marxiste des Farc et le gouvernement colombien.

L’aide canadienne se concrétisera à travers un programme bilatéral développé dans le cadre du processus de paix et de l’après-conflit en vue d’identifier les questions et les domaines où le Canada peut apporter son soutien.

Le Canada et la Colombie entretiennent également de solides relations bilatérales en matière de défense.

Le Canada a ainsi créé un poste d’attaché militaire en Colombie en 2001, tandis qu’un attaché militaire accrédité a résidé à Ottawa de 2002 à 2005, puis à nouveau depuis 2010. La Colombie a aussi adhéré au Programme d’instruction et de coopération militaires à la fin de 2011.

À l’heure actuelle, le Canada et la Colombie, avec qui le Canada a signé en 2012 un protocole d’entente en matière de Défensem collaborent dans plusieurs domaines, notamment les exercices et l’entraînement militaires. Les deux pays participent également aux échanges sur les politiques en matière de défense.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.