Lutte au terrorisme: armes légères aux Kurdes d’Irak et mission de maintien de la paix en Afrique

0
Ministre de la Défense Harjit Sajjan a conclu aujourd'hui une visite en Irak et au Koweït où il a rencontré des membres des Forces armées canadiennes déployées sur l'opération IMPACT. (MDN)
Le ministre de la Défense Harjit Sajjan concluant une visite en Irak et au Koweït où il a rencontré des membres des Forces armées canadiennes déployées sur l’opération IMPACT. (MDN)

Après sa visite en Irak et au Koweït, le ministre canadien de la Défense Harjit Sajjan a fait le point ce mercredi 13 juillet sur la participation du Canada à la coalition mondiale de lutte contre l’EI qui se continue et, même, pourrait s’étendre à l’Afrique où s’infiltre le groupe armé.

Le Canada a aussi réitéré aujourd’hui sa volonté de fournir des armes légères aux combattants kurdes qu’il parraine.

L’engagement militaire en Irak et en Syrie sous l’opération IMPACT avait été prolongé jusqu’au 31 mars 2017 et, malgré le retrait le 15 février 2016 des CF-18, le CC150 Polaris et les aéronefs CP140 Aurora ont continué respectivement les missions de ravitaillement en vol et les missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance en appui aux opérations aériennes de la coalition.

De plus, le nombre total de membres déployés dans le cadre de l’opération IMPACT passera au cours de l’été d’environ 650 à approximativement 830, incluant donc le fait que les Forces d’opérations spéciales ont triplé la taille de leur mission de formation, de conseil et d’assistance en soutien aux forces de sécurité irakiennes.

Au cours de sa visite, le ministre canadien a rencontré, non seulement les dirigeants irakiens, mais aussi ceux du Gouvernement autonome du Kurdistan, qui semble être devenu pour le Canada un interlocuteur incontournable dans la région. Il est très important de comprendre les conflits et ses racines a fait valoir le ministre canadien.

La lutte contre l’EI progresse extrêmement bien, a déclaré Sarjit Sajjan, qui a réitéré la volonté du Canada de fournir des armes légères aux Kurdes, mais dans le respect de la démocratie irakienne et de son gouvernement.

Interrogé sur la situation sécuritaire et des attaques comme l’attentat qui a fait près de 300 morts à Bagdad au début du mois, le ministre, qui a rappelé avoir lui-même été sur le terrain lorsqu’il était militaire, a répondu qu’il s’attendait à ce genre d’attaques de la part de l’EI, mais que le Canada restait déterminé à éradiquer le groupe armé ultra-radical.

La contribution canadienne doit « faire une différence »

Le 9 juillet au Sommet de Varsovie, alors que les dirigeants de l’OTAN ont convenu d’accroître leur soutien à l’Irak en renforçant ses capacités de défense et de fournir des capacités de surveillance aérienne à la Coalition contre l’EI, le premier ministre Justin Trudeau avait annoncé que le Canada, qui apporte déjà ce chapitre une contribution appréciable au sein de la Coalition, contribuera également en Irak, cette fois dans le cadre de l’Alliance atlantique, aux efforts de renforcement des capacités de lutte contre les dispositifs explosifs de circonstance pour le compte de l’OTAN.

Le Canada a développé une expertise certaine en la matière, particulièrement en Afghanistan, et cette décision illustre une fois encore la politique du gouvernement Trudeau de miser sur l’expertise des Forces armées canadiennes, le ministre Sajjan déclarant aujourd’hui qu’il était important que les contributions du Canada, quelque’elles soient, « fassent une différence ».

De son côté, l’OTAN va aussi s’engager dans la lutte contre le groupe État islamique en formant des soldats irakiens en Irak et en fournissant des avions de AWACS qui iront surveiller l’espace aérien de l’Irak et la Syrie, a annoncé au Sommet de Varsovie son secrétaire général, Jens Stoltenberg.

Lutte au terrorisme en Afrique: vers une « mission de maintien de la paix »

Pour lutter contre le terrorisme en Afrique où s’étendent maintenant les tentacules de l’EI, le ministre Sajjan a évoqué  aujourd’hui la mise en place d’une mission de maintien de la paix sous mandat de l’ONU que pourrait mener le Canada.

Contenir la propagation du terrorisme en Afrique est une préoccupation pour le Canada qui réfléchit à une mission de maintien de la paix des Nations Unies, a déclaré le ministre.

Le gouvernement n’a pas encore décidé de l’endroit où il va envoyer ses soldats de la paix, dans l’accomplissement d’une des grandes priorités de sa politique étrangère, a expliqué le ministre de la Défense, mais il veut « avoir un impact partout où il déploie des troupes et ne veut pas envoyer un contingent dans un pays simplement pour dire qu’il a envoyé un contingent ».

Des sources indiquent que cela pourrait être une mission au Mali, où plus d’une douzaine de soldats de la paix ont été tués cette année.

« C’est une entreprise risquée car elle peut être imprévisible, mais nous ferons notre évaluation et les menaces devraient être « atténuées » en s’assurant que les troupes aient la bonne formation et le bon l’équipement », a précisé le ministre, qui a lui-même risqué sa vie sur le terrain lorsqu’il était militaire en Afghanistan..

«Certaines parties du monde … n’ont pas eu l’attention qu’elles méritaient, et voilà pourquoi nous regardons maintenant l’Afrique. », a expliqué le ministre.

Des militaires canadiens pourraient être dépêchés en Afrique de l’Ouest dans les prochaines semaines pour une mission d’exploration et d’évaluation et le ministre lui-même pourrait se rendre recueillir des informations de première main sur le terrain, comme il l’a fait cette semaine en Irak.

Visites aux troupes au Koweît

Avant sa téléconférence depuis le Koweït, le ministre Sajjan avait précédemment rendu visite aux aux troupes déployés dans le cadre de l’opération IMPACT.

À la suite de sa visite dans la zone d’opérations des Forces armées canadiennes, le ministre a remercié les militaires pour le dévouement dont ils font preuve en service et pour l’important travail qu’ils accomplissent aux côtés de leurs partenaires de la Coalition pour vaincre l’EI.

Lors de son séjour, le ministre Sajjan, qui a également eu l’occasion de rencontrer ses homologues irakien et koweïtien, ainsi que d’autres dignitaires, souligné l’engagement continu du Canada envers l’Irak et le maintien de la stabilité dans la région, notamment comme partenaire actif au sein de la Coalition mondiale, en faisant ressortir le travail fructueux exécuté par les militaires canadiens durant l’opération IMPACT.

« Je suis heureux d’avoir eu la possibilité de voir de mes propres yeux les efforts déployés par nos hommes et femmes dans le cadre de l’opération IMPACT et je les remercie de leur service. Ils poursuivent leur contribution remarquable aux opérations de la Coalition mondiale et représentent l’élite des Forces armées canadiennes. Je suis heureux d’avoir eu la chance de discuter de la situation avec mes homologues dans la région et je suis enthousiaste à l’idée de poursuivre cette discussion avec les partenaires de la Coalition au cours de la réunion des ministres de la Défense qui aura lieu la semaine prochaine à Washington. », a déclaré le ministre.

« Ça a été un honneur d’accueillir le ministre Sajjan pendant sa visite à l’opération IMPACT. Cette visite a été l’occasion pour lui de constater en personne le professionnalisme des membres des Forces armées canadiennes opérant au sein de la coalition et contribuant à la sécurité et à la stabilité régionales. », lui a pour sa part répondu le brigadier-général Shane Brennan, commandant de la Force opérationnelle interarmées (Irak)

La semaine prochaine, à Washington, le ministre Sajjan participera à une réunion des ministres de la Défense des pays qui dirigent la Coalition mondiale de lutte contre l’EI.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.