Marche de Nimègue 2016: Jour 2, ce lien qui unit le Canada et ses alliés (PHOTOS)

0

Pour le deuxième jour de la 100e édition de la Marche de Nimègue, c’est un parcours de 37,2 kilomètres qui attendaient les militaires canadiens. 45eNord.ca s’est entretenu aujourd’hui avec l’équipe du Canadian Grenadier Guards, après celle des unités de réserve de Sherbrooke hier.

En cette deuxième journée de marche, pas moins de 2.050 participants supplémentaires auront abandonnés. Il en reste donc 43.910 sur les 47.166 qui ont pris le départ au premier jour.

Le capitaine Corey Anhorn, de l’équipe du Canadian Grenadier Guards, est tout aussi d’accord que son collègue de la veille de l’équipe de Sherbrooke que 45eNord.ca a interrogé: «Participer à Nimègue c’est un grand honneur et une opportunité incroyable!»

Avant toutefois de se rendre à Nimègue pour prendre part à la marche, l’équipe du Canadian Grenadier Guards a vécu un moment important en visitant le cimetière de Almelo, dans lequel se trouve un monument en hommage à l’unité qui a combattu dans la région durant la guerre de 39-45.

Un autre moment important pour l’équipe, moins solennel cette fois, s’est produit le premier jour de la Marche, alors que les membres du CGG ont aidé un marcheur inconscient, à cause de la chaleur accablante touchant la région.

«Il fait vraiment très chaud, mais le moral est excellent et les enfants sur les routes y sont pour beaucoup. Sans eux ce serait vraiment différent. Ils traversent la route pour venir nous voir à nous, les Canadiens, et nous demander un autographe». C’est d’ailleurs ce qui a marqué le capitaine. «Il y avait 4 ou cinq enfants aujourd’hui qui nous disaient ‘Go Canada, good luck’ et ils ont traversé la rue pour nous encourager. Ça remonte vraiment le moral».

Et même si ce sont les pays qui sont à l’avant-plan, la compétition fait rage entre les équipes canadiennes. Les équipes de la Marine royale canadienne, connues apparemment pour être redoutable, notamment pour leur esprit de corps, est en ligne de mire. «Mais nous l’infanterie on a quand même ce petit quelque chose de plus», d’affirmer Corey Anhorn.

Tout est question de connexion selon le capitaine. Connexion avec la population et connexion avec les militaires des autres nations participantes à la marche.

«Il y a un grand lien qui nous unit tous […] mais notre équipe en particulier nous nous sommes vraiment rapprochés de deux pays, les Néerlandais qui sont nos hôtes et les Britanniques qui ont parmi eux des jeunes cadets avec qui nous avons marchés ensemble».

«C’est vraiment une expérience phénoménale à faire et à vivre», de conclure le chef d’équipe du Canadian Grenadier Guards.

Parti à 4h10 du matin, l’équipe a franchi la ligne d’arrivée exactement 9h plus tard, ayant marché rapidement pour éviter le plus gros de la chaleur. Il a d’ailleurs fait jusqu’à 34 degrés sur les routes de Nimègue.

Demain, pour le troisième jour de marche, les membres des Forces armées canadiennes marcheront exactement 40 kilomètres et présenteront leurs respects à ceux tombés au combat au cimetière militaire canadien de Groesbeek, le lieu de dernier repos de 2.338 soldats et aviateurs canadiens qui sont mort au combat afin de libérer les Pays-Bas en 1944 et 1945. Ce sera sans nul doute une journée intense

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.