Première rencontre entre ministres canadien et russe des Affaires étrangères depuis des lustres

0
Le ministre canadien des Affaires étrangères Stéphane Dion et son homologue russe, Sergueï Lavrov à la réunion de l'ANASE à Vientiane, au Laos, le 25 juillet 2016. (MFA)
Le ministre canadien des Affaires étrangères Stéphane Dion et son homologue russe, Sergueï Lavrov à la réunion de l’ANASE à Vientiane, au Laos, le 25 juillet 2016. (MFA)

Première rencontre depuis deux ans entre les chefs de la diplomatie russe et canadien: ce 25 juillet,le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a rencontré le ministre canadien des Affaires étrangères, Stéphane Dion, à Vientiane, en marge de la session du Forum régional de l’ANASE.

Au cours de leur conversation, que le ministère russe des Affaires étrangères a qualifiée de constructive, les ministres ont discuté des questions d’actualité, des relations russo-canadienne et l’ordre du jour international, y compris la situation en Syrie et en Ukraine.

Cette discussion d’une demi-heure s’inscrit dans la logique des démarches du gouvernement libéral pour détendre ses relations avec le Kremlin, alors que, depuis l’annexion de la Crimée par la Russie en mars 2014, le gouvernement conservateur de Stephen harper avait limité les contacts entre les deux nations à des discussions entre bureaucrates.

« Les ministres ont discuté de la situation Ukraine, où le ministre Dion s,est montré ferme sur les actions totalement inacceptables de la Russie en Crimée et ils ont également discuté des domaines cruciaux pour nos intérêts nationaux, comme l’Arctique, la lutte contre le terrorisme et l’espace », a déclaré le porte-parole d ministre Dion, Joseph Pickerill, cité par la télévision publique canadienne.

Les libéraux avaient promis pendant la campagne électorale de l’an dernier de renouer le dialogue avec la Russie après que le gouvernement conservateur ait coupé presque tous les liens.

Dialogue mais fermeté

Le premier ministre Trudeau n’en a pas moins annoncé plus tôt ce mois-ci que le Canada dirigera un bataillon de l’Otan en Lettonie en réponse à « l’agression russe ».

Le ministre Dion, lors de sa récente visite en Lettonie, avait même précisé que les 450 militaires dès le début de 2017 pour former le groupement tactique multinational annoncé officiellement au dernier sommet de l’OTAN à Varsovie resteraient en Lettonie tant que Moscou sera «faiseur de troubles».

La Russie, d’autre part, a vivement critiqué le déploiement de l’OTAN sur ses frontières occidentales et promis de renforcer à son tour sa présence dans la région, alimentant des craintes d’escalade.

La réunion de l’Association des nations d’Asie du Sud de la réunion de cette semaine au Laos aurait été choisie pour cette première rencontre entre les chefs de la diplomatie du Canada et de la Russie, car elle représentait un terain neutre pour les deux parties, rapporte de son côté La Presse Canadienne.

Les commentaires sont fermés.