Sommet de Varsovie: Afghanistan, Irak, Europe, le Canada a réitéré clairement ses engagements

0
Au Sommet de  Varsovie les 8 et 9 juillet 2016, le Canada a réitéré clairement son engagement à contribuer concrètement  à l'Alliance(Compte Twitter/@HarjitSajjan)
Au Sommet de Varsovie les 8 et 9 juillet 2016, le Canada a réitéré clairement son engagement à contribuer concrètement à l’Alliance(Compte Twitter/@HarjitSajjan)

Le Canada joue un rôle solide et constructif dans le monde en contribuant concrètement à la paix et à la sécurité à l’échelle internationale – notamment dans le cadre de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), a déclaré le bureau du premier ministre canadien au terme de la deuxième et dernière journée du sommet de l’Otan à Varsovie.

Contrairement à ce qu’on aurait pu attendre, personne ne s’est écharpé sur les questions d’augmentations des budgets de défense des pays membres et l’OTAN a plutôt affiché son unité face à ses trois grands défis, le terrorisme – «une menace immédiate et directe» – la Russie et l’instabilité au Proche-Orient et en Afrique du nord, lors de ce 27e sommet vendredi et samedi à Varsovie.

Ces préoccupations figurent d’ailleurs, dans cet ordre, dans la déclaration finale, longue et détaillée, adoptée par les dirigeants des 28 pays membres de l’Alliance atlantique, dont le premier ministre canadien.

Durant le Sommet de l’OTAN de Varsovie, dit le bureau du premier ministre Trudeau, le Canada a travaillé en étroite collaboration avec ses alliés pour ajuster les stratégies de l’OTAN dans le but de répondre aux préoccupations, en constante évolution, liées à la sécurité dans le monde – incluant l’ingérence de la Russie en Ukraine, et l’arc d’instabilité au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Lors du Sommet, le Canada et ses alliés de l’OTAN ont pris des mesures pour renforcer la présence avancée de l’OTAN en Europe centrale et en Europe de l’Est. Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé que le Canada se joindra aux États-Unis, au Royaume-Uni et à l’Allemagne en devenant l’un des quatre pays-cadres qui dirigeront des regroupements tactiques multinationaux de l’OTAN en Europe de l’Est.

Le premier ministre canadien a également annoncé que le Canada déploiera périodiquement des ressources aériennes auprès de l’OTAN pour l’exécution de tâches opérationnelles, comme des activités de police aérienne et des exercices bilatéraux, et qu’il continuera de déployer une frégate au sein de la force opérationnelle maritime de l’OTAN dans le cadre de l’opération REASSURANCE.

Les alliés ont également rencontré des représentants de la Géorgie et de l’Ukraine, et ont réaffirmé le soutien continu de l’OTAN à l’égard de ces partenaires.

«C’est une décision historique. L’OTAN a montré très clairement que nous sommes unis et fermes», s’est félicité pour sa part le premier ministre estonien Taavi Roivas.

Ainsi, deux ans après le sommet de Newport (Pays de Galles), qui avait pris acte de la nouvelle donne en Europe après l’annexion de la Crimée, l’OTAN a donc parachevé sa nouvelle posture stratégique à l’Est.

Ce renforcement, le plus grand depuis la fin de la Guerre froide, va se traduire notamment par l’envoi de 4000 hommes, encadrés par quatre pays (États-Unis, Allemagne, Grande-Bretagne et Canada) au plus près de la Russie.

Ironie du sort, ces décisions du sommet ont coïncidé avec un nouvel incident entre Moscou et Washington alors que la Russie a expulsé deux diplomates américains au lendemain de l’annonce par les États-Unis d’une mesure similaire à l’encontre de deux responsables russes, qui répondait à l’agression d’un diplomate américain à Moscou.

L’Irak

Les dirigeants de l’OTAN ont également convenu d’accroître leur soutien à l’Irak en renforçant ses capacités de défense, et de fournir des capacités de surveillance aérienne à la Coalition mondiale de lutte contre l’EIIL, rapporter également le bureau du premier ministre canadien.

L’OTAN va s’engager dans la lutte contre le groupe État islamique en formant des soldats irakiens en Irak et en fournissant des avions de surveillance AWACS qui iront surveiller l’espace aérien de l’Irak et la Syrie, a précisé son secrétaire général, Jens Stoltenberg.

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé pour sa part que le Canada, qui a développé une expertise certaine en la matière, contribuera en Irak aux efforts de renforcement des capacités de lutte contre les dispositifs explosifs de circonstance pour le compte de l’OTAN.

Encore une fois, la contribution canadienne mise sur ce que le Canada sait faire le mieux, comme il le fait déjà au sein de la coalition de lutte contre l’EI menée par les États-Unis en fournissant du personnel d’état-major, un avion de ravitaillement et des avions de surveillance et de reconnaissance.

L’Afghanistan

Le premier ministre canadien et ses homologues ont également discuté de l’avenir de l’Afghanistan et du rôle que l’OTAN doit continuer d’y jouer.Le Canada a annoncé aujourd’hui « un ensemble de mesures, représentant 465 millions de dollars, pour soutenir la sécurité et favoriser le développement en Afghanistan/.

Ce financement permettra d’aider les Forces de défense et de sécurité nationales afghanes à poursuivre leurs activités, à appuyer les droits et l’autonomisation des femmes et des filles, et à contribuer à répondre aux besoins essentiels des Afghans.

«Le Canada est un membre actif de l’OTAN depuis la fondation de l’Alliance, il y a près de 70 ans, ce qui a contribué à la sécurité de tous les Canadiens. À Varsovie, de concert avec nos alliés et partenaires, nous avons pris d’importantes mesures qui favoriseront la paix et la sécurité à l’échelle internationale, et qui nous aideront à mieux répondre aux enjeux de sécurité complexes d’aujourd’hui. Les principales contributions du Canada à l’OTAN, notamment notre décision d’établir une présence avancée renforcée en Europe centrale et en Europe de l’Est, renforceront notre défense collective et favoriseront la stabilité régionale.» a déclaré Justin Trudeau, dont c’était le premier sommet en tant que premier ministre.

L’OTAN a pour sa part confirmé la prolongation de sa mission «Soutien résolu» (Resolute Support) en Afghanistan en 2017. Les États membres de l’Alliance se sont aussi engagés, à l’image du Canada, à soutenir financièrement jusqu’en 2020 les forces de sécurité de ce pays, confrontées aux rebelles talibans et aux djihadistes d’Al-Qaïda et du groupe État islamique.

Et, pour terminer, le secrétaire général de l’OTAN a annoncé que le prochain sommet de l’Alliance se tiendrait en 2017 à Bruxelles, au nouveau quartier général de l’organisation.

*Avec AFP

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.