Soudan du Sud: Washington demande à l’ONU de soutenir une force africaine

0
Des soldats de l'Armée populaire de libération du Soudan, le 14 avril 2016 à Juba. (cds/AFP/Archives/CHARLES LOMODONG)
Des soldats de l’Armée populaire de libération du Soudan, le 14 avril 2016 à Juba. (cds/AFP/Archives/CHARLES LOMODONG)

Les États-Unis ont exhorté vendredi le Conseil de sécurité de l’ONU à soutenir le déploiement au Soudan du Sud d’une force africaine d’interposition proposée par les pays de la région.

En attendant, et pour se donner le temps de s’accorder sur des mesures plus énergiques, le Conseil s’est contenté de prolonger jusqu’au 12 août le mandat de la mission de l’ONU dans le pays (Minuss), qui expirait fin juillet.

L’ambassadrice américaine Samantha Power a affirmé que les 15 membres du Conseil « devraient tous soutenir » les pays de l’organisation régionale Igad qui ont proposé de renforcer les 13.500 homes de la Minuss en les dotant d’une brigade d’intervention.

« Cette proposition de la région offre un point de départ pour rétablir un environnement sûr à Juba, ce qui est essentiel pour que les parties au conflit fassent des progrès dans l’application de l’accord de paix », a-t-elle dit.

Cet accord a été conclu il y a un an entre le gouvernement du président Salva Kiir et les rebelles menés par Riek Machar.

Juba a été le théâtre début juillet de nouveaux affrontements violents qui ont fait environ 300 morts. De nombreux cas de viols de civils par des soldats ont été signales malgré la présence de la Minuss.

« La Minuss telle qu’elle existe actuellement s’est révélée incapable — et dans certains cas a refusé — d’empêcher des horreurs de ce genre », a souligné Mme Power.

Le projet américain de résolution sur lequel travaille les pays du Conseil prévoit aussi d’imposer un embargo sur les armes au Soudan du Sud et des sanctions ciblées contre ceux qui refusent d’appliquer l’accord de paix.

Les commentaires sont fermés.