Tentative de coup d’État en Turquie où un couvre-feu et la loi martiale sont décrétés

0

Un groupe de putschistes au sein de l’armée turque a affirmé vendredi soir avoir pris le pouvoir en Turquie et la chaîne publique a annoncé l’imposition d’un couvre-feu et de la loi martiale où la situation était très confuse.

Mise à jour au 16/07/2016 à 0h59

Le chef d’état-major des armées turques, le général Hulusi Akar, a été libéré des militaires putschistes qui le retenaient sur une base aérienne située dans la banlieue d’Ankara samedi et conduit dans un lieu sûr, ont rapporté les chaînes de télévision.

Le sort du général, remplacé peu auparavant par un général d’armée car il était incapable de remplir ses fonctions, était devenu un mystère, le président turc Recep Tayyip Erdogan déclarant ne pas savoir où il était retenu.

à 0h59

Un total de 754 militaires ont été arrêtés en lien avec le putsch d’un groupe de soldats rebelles en Turquie qui semblait être maté samedi matin mais qui a coûté la vie à au moins 60 personnes, a indiqué samedi l’agence de presse progouvernementale Anadolu.

En outre, cinq généraux et 29 colonels ont été démis de leurs fonctions sur ordre du ministre de l’Intérieur Efkan Ala, a précisé l’agence.
—-

Mise à jour au 15/07/2016 à 23h44

Les combats ne sont pas encore terminées.

Une unité de l’armée turque composée de près de 60 soldats rebelles, qui avaient investi dans la nuit l’un des ponts suspendus enjambant le Bosphore à Istanbul, s’est rendue samedi matin aux forces de sécurité, en direct à la télévision.

Au même moment, des avions de chasse turcs F-16 ont bombardé des chars des putschistes déployés aux alentours du palais présidentiel dans une banlieue de la capitale Ankara, a indiqué une source de la présidence turque.

Par contre, un avion a largué une bombe près du palais présidentiel à Ankara d’où s’élevait une épaisse colonne de fumée, alors que la tentative de putsch de militaires rebelles continuait de secouer la Turquie samedi à l’aube, selon les images diffusées sur les chaînes de télévision.

Cette zone est située dans le quartier de Bestepe, une banlieue de la capitale turque abritant le grand complexe présidentiel de Recep Tayyip Erdogan, qui se trouvait à Istanbul au moment de l’attaque, selon la chaîne d’information NTV.

Par ailleurs, le Premier ministre turc a annoncé avoir nommé un nouveau chef de l’armée par intérim.

Le ministère de l’Intérieur pour sa part a annoncé que 338 putschistes sont actuellement détenus.

Au moins 60 personnes, dont de nombreux civils, ont été tuées dans la spectaculaire tentative de coup d’État d’un groupe de soldats rebelles qui semblait être plus ou moins matée samedi matin en Turquie, a également indiqué le ministère.

à 20h08

Le responsable des médias et des relations avec le public au Renseignement turc annonce que que’le Chef d’état-Major [Hulusi Akar , qui avait été pris otage par le groupe de militaires putschistes] serait à son poste’, rapporte Anatolie.

Le putsch semble en voie d’être maîtrisé, mais rien n’est encore joué de manière définitive alors que putschistes et gouvernement se disputent encore le contrôle du pays.

À 19h58

Les services secrets turcs affirment qu’ils ont mis fin au coup d’État. Un hélicoptère des leaders du coup d’État a été abattu par un avion de chasse des forces loyalistes. 440 soldats ont été arrêtés.

La télévision publique turque (TRT) a été reprise des mains des putschistes et le ministre turc de l’Intérieur, Beşir Atalay, déclare l’échec du coup d’État, mais, au même moment, on apprend qu’une nouvelle bombe a été lancée sur le Parlement, et que son président et les députés présents se sont regroupés dans le refuge de l’assemblée.

à 19h50

L’Assemblée nationale turque est bombardée à son tour. 12 personnes ont été blessées, dont deux grièvement, dans les bombardements contre l’Assemblée Nationale à Ankara, selon Anatolie.

à 19h37

Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN, a appelé au calme et à restaurer l’ordre démocratique et constitutionnel. « La Turquie reste un allié précieux de l’OTAN. »

L’agence officielle turque parle de son côté de début d’arrestations des soldats membres de l’organisation parallèle FETO qui ont, selon le gouvernement turc, tenté de mener un coup d’État. Ce mouvement serait inspiré par Fethullah Gülen, un islamiste comme Erdogan, mais qui s’oppose aux dérives autoritaires du président islamo-conservateur. Mais la situation reste confuse et incertaine.

Mais le mouvement de l’opposant Gülen a toutefois « condamné toute intervention armée ».

à 19h 29

Un building atteint par un tir dans la capitale, Ankara.

à 19h 26

Le président des États-Unis Barack Obama a exhorté vendredi toutes les parties en Turquie à soutenir le gouvernement turc « démocratiquement élu » du président Recep Tayyip Erdogan, alors qu’un coup d’État est en cours dans le pays.

Par ailleurs, les militaires américains poursuivent leurs opérations aériennes contre le groupe État islamique depuis la base aérienne d’Incirlik en Turquie, malgré la tentative de putsch en cours dans le pays, a indiqué un responsable de la défense américain.

La situation en Turquie « n’a pas d’impact sur les opérations depuis la base aérienne d’Incirlik. Nous continuons les missions aériennes », a affirmé ce responsable sous couvert de l’anonymat.

à 19h 20

Des soldats ont tiré à Istanbul sur la foule qui protestait contre une tentative de coup d’État militaire en Turquie, tandis que 17 policiers ont été tués à Ankara, ont rapporté les médias locaux.

Par ailleurs, des avions de chasse F-16 de l’aviation turque ont abattu un hélicoptère Sikorsky appartenant aux putschistes dans une ville qui n’a pas été précisée mais qui pourrait être la capitale, Ankara, où de violentes explosions étaient entendues, a-t-on indiqué de source officielle.

à 18h40

L’Allemagne aurait refusé l’atterrissage de l’avion présidentielle après la demande officielle d’asile d’Erdogan. Des rumeurs envoient Erdogan à Londres,en Italie où au Qatar, alors qu’il semble chercher désespérément un refuge.

Le pays est divisé. Les soldats ont appelé la population à les soutenir alors qu’Erdogan l’a appelé à de prendre les rues en sa faveur.

La population ignore le couvre-feu imposé par l’armée et on ne peut pas, pour le moment, exclure la possibilité que la situation dégénère en guerre civile. dégénérer en une guerre civile opposant loyalistes et anti-Erdogan.

Selon Anatolie (agence de presse officielle de la Turquie et pro-Erdogan), « Des dizaines de milliers de Turcs défient la tentative de soulèvement militaire et manifestent dans la rue contre ce soulèvement ».


à 18h36

Situation confuse, des chars déployés autour du Parlement à Ankara. La direction de la police et le palais présidentiel ont aussi été l’objets de tirs.

Plusieurs violentes explosions ont été entendues dans la capitale turque, accompagnées de coups de feu dans le centre-ville, alors que des avions de chasse survolaient incessamment à basse altitude la métropole, ont constaté des journalistes de l’AFP.

à 18h35

Le secrétaire d’État américain John Kerry a dit espérer la paix, la stabilité et la « continuité » du pouvoir en Turquie, son homologue russe Sergueï Lavrov appelant les Turcs à « éviter tout affrontement meurtrier », au moment où une tentative de coup d’État était en cours vendredi soir.

à 18h30

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a exprimé samedi la « grande inquiétude » de l’Iran, pays voisin de la Turquie, après le coup d’État en cours dans ce pays, a rapporté le site du gouvernement iranien.

à 18h18

La cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini a appelé vendredi à la « retenue » et au « respect des institutions démocratiques » en Turquie, où le pouvoir en place dénonce une tentative de coup d’État.

à 18h15

Une violente explosion a été entendue vendredi soir dans le centre-ville d’Ankara, capitale de la Turquie où l’armée a dit avoir pris le contrôle du pays alors que des chasseurs et des hélicoptères survolaient la ville, a constaté un correspondant de l’AFP.

—-

Le chef de l’État islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan est rapidement intervenu à la télévision pour dénoncer un « soulèvement d’un minorité au sein de l’armée » (TV) et a appelé les Turcs à descendre dans les rues pour résister à la tentative de coup d’État.

L’homme fort de Turquie qui s’est exprimé par téléphone sur la chaîne d’information CNN-Türk, a dit: « Je ne pense absolument pas que ces putschistes réussiront » et de promettre « une riposte très forte ».

Le président turc est « dans un lieux sûr », a indiqué une source présidentielle.

Auparavant le Premier ministre Binali Yildirim avait averti ceux impliqués dans cette action « illégale » qu’ils paieraient « le prix le plus élevé ».

La chaîne publique turque de télévision a diffusé vendredi soir un communiqué émanant des « forces armées turques » faisant état de la proclamation de la loi martiale et d’un couvre-feu sur l’ensemble du territoire turc.

« Nous ne permettrons pas que l’ordre public soit dégradé en Turquie (…) Un couvre-feu est imposé sur le pays jusqu’à nouvel ordre », a indiqué un communiqué signé par le « Conseil de la paix dans le pays » qui dit avoir « pris le contrôle dans le pays ».

Les ponts enjambant le Bosphore à Istanbul ont été partiellement fermés dans le sens Asie-Europe, selon une chaîne de télévision.

À Istanbul, des grandes artères menant notamment à la place Taksim, dans le centre de la première métropole de Turquie, étaient bloqués par les forces de l’ordre et la présence policière était importante dans les rues.

Annonçant avoir pris le pouvoir, les putschistes ont expliqué dans un communiqué publié sur le site internet de l’état-major des armées, inaccessible depuis, qu' »il y a une prise de pouvoir totale dans le pays ».

Cette action a été menée « afin d’assurer et de restaurer l’ordre constitutionnel, la démocratie, les droits de l’Homme et les libertés et laisser la loi suprême du pays prévaloir ».

« Tous nos accords et engagements internationaux restent valident. Nous espérons que nos bonnes relations continueront avec les autres pays », poursuit le texte.

Le chef d’état-major était l' »otage » des militaires putschistes, ont affirmé des chaînes de télévisions et l’agence pro-gouvernementale Anatolie.

« Le général Hulusi Akar, chef d’état-major des armées Hulusi Akar est retenu en otage par un groupe de militaires qui tentent un soulèvement », a précisé l’agence, citant des « sources crédibles ».

La chaîne d’information CNN-Türk a rapporté une mobilisation « extraordinaire » devant le siège de l’état-major des armées.

Obama tenu informé de l’évolution de la situation en Turquie

Le président des États-Unis Barack Obama a été informé vendredi soir par ses conseillers de l’évolution de la situation en Turquie où une tentative de coup d’Etat est en cours.

« L’équipe de sécurité nationale du président l’a informé de l’évolution de la situation en Turquie », a déclaré Ned Price, porte-parole de l’exécutif américain. « Le président continuera à être informé régulièrement », a-t-il ajouté.

La Turquie est membre de l’Otan et fait partie de la coalition internationale contre le groupe Etat islamique.

Les États-Unis font décoller leurs avions depuis la base aérienne d’Incirlik pour aller bombarder les positions des jihadistes en Syrie et en Irak.

M. Obama a, à plusieurs reprises, exprimé ses inquiétudes face à la dérive autoritaire du président Recep Tayyip Erdogan, en particulier concernant la liberté de la presse.

*Avec AFP

Les commentaires sont fermés.