Une cadette blessée à la tête par une hélice au CEC Bagotville

0

160731-cadets-bagotville-voile

Une cadette-cadre de 17 ans originaire de la région de Québec a subi de graves blessures à la tête lors d’une expédition en bateau pneumatique du Centre d’entraînement des cadets de Bagotville (CEC Bagotville) sur la rivière Saguenay, près du Club de voile à Shipshaw, après être tombée à l’eau et avoir été frappée par l’hélice du moteur.
—–
Mise à jour au 08/08/2016 à 16h19

La jeune fille était toujours à l’hôpital de Chicoutimi dans un coma artificiel vendredi dernier. On ne craignait plus pour sa vie. Elle devrait être transférée prochainement à Québec. De plus, La thèse de négligence criminelle est écartée, nous confirme le SPVS.

—–

Mise à jour au 02/08/2016 à 14h49

La jeune cadette-cadre est toujours aujourd’hui à 14h48 dans un état critique, déclarent les enquêteurs du Service police de Ville de Saguenay (SPVS), dont l’enquête progresse plus lentement, faute de pouvoir interroger la jeune victime.

Le SPVS, qui mène l’enquête, réitère toutefois qu’il n’y a ni acte criminel, ni, apparemment, aucune négligence.

De son côté, la famille, très touchée, ne désire faire aucune déclaration.

—–

Blessée vers 9h30 samedi matin, les secours sont intervenus rapidement et la jeune fille a été rapidement transportée à l’hôpital pour des «traitements urgents a confirmé à 45eNord.ca l’officier d’information du Centre, la capitaine Lissa Rivet.

Puis, la cadette-cadre a été transférée de l’Hôpital de Jonquière à celui de Chicoutimi où les parents, prévenus par l’organisation du Centre des cadets, ont rejoint l’adolescente.

La jeune fille, dont on craignait pour la vie, est sortie du bloc opératoire à 17h30. Actuellement au soins intensifs, elle a été plongée dans un coma artificielle et les prochaines 48 heures,comme toujours dans ces cas-là, seront cruciales, comme l’a précisé à 45eNord.ca le lieutenant Christian Michaud du Service police de Saguenay, le corps de police qui mène l’enquête.

Elle est actuellement dans un état stable.

«Pour le moment, ce qu’on peut dire, c’est que les membres du personnel concerné sont en contact avec les parents de la jeune fille pour leur offrir tout le soutien nécessaire», a ajouté pour sa part la capitaine Rivet, du Centre d’entraînement de Bagotville.

Les circonstances du drame

La victime prenait place dans une embarcation de marque Zodiac de 14 pieds munie d’un moteur 25hp, avec trois autres personnes.

« Elle supervisait un module d’apprentissage de navigation d’embarcations légères et le conducteur a fait une mauvaise manœuvre», poursuit la capitaine. Selon nos informations, ce dernier aurait été surpris par une vague plus forte », explique l’officier d’information.

La cadette était dans un état semi-conscient quand l’appel a été transmis au 911.

Selon les policiers dépêchés sur place et cités par la journaliste Dominique Gobeil du journal local « Le Quotidien », de Chicoutimi, la jeune fille avait perdu beaucoup de sang. Ses blessures s’étendaient de son front à l’arrière de sa tête.

Un autre cadet est tombé à l’eau, mais n’a pas été blessé. Tous portaient une veste de flottaison.

Une enquête est actuellement en cours et les responsables du Centre d’entraînement collaborent avec les autorités militaires et civiles.

C’est le Service de police de Saguenay qui mène actuellement l’enquête à laquelle participent, non seulement les autorités militaires, mais également l’Agence de santé et sécurité au travail.

Même si on doit se garder de conclure d’ici la fin de l’enquête, il semble selon les enquêteurs qu’il n’y ait ici ni acte criminel, ni négligence et l’enquête devrait pouvoir se conclure assez rapidement.

«Nous avons un quota de cadets-cadres, des jeunes de 16 ans et plus qui ont passé toutes les qualifications requises, qui peuvent se trouver sur l’eau avec les autres. […] Nous faisons tout notre possible pour veiller au bien-être des jeunes. Tous ceux qui ont été touchés de près ou de loin pourront recevoir du soutien moral.», a tenu quant à elle à assurer la capitaine Rivet.

Des ados de 12 à 17 ans, arrivés dans la région depuis déjà quelques semaines de tout le Québec, participent au camp estival à Bagotville qui devrait accueillir environ 1600 jeunes au total cette année.

Le CEC Bagotville a installé des tentes militaires sur les terrains du Club de voile Saguenay pour avoir accès à ses propres équipements en tout temps et des formations ont lieu chaque jour sur le site avec une centaine de participants en moyenne, provenant du corps des cadets de la marine.

Les commentaires sont fermés.