Vance: les Forces armées canadiennes «très bientôt» en Afrique

0
Les soldats canadiens vont se déployer en Afrique dans le courant des prochains mois. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Le général Vance a confirmé ce que des rumeurs faisaient état depuis plusieurs mois, à savoir que des soldats canadiens vont se déployer en Afrique prochainement. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Les Forces armées canadiennes vont de nouveau reprendre le chemin de l’Afrique, selon ce qu’a affirmé le chef d’état-major de la Défense, le général Jonathan Vance, ce 14 juillet 2016.

Lors de la cérémonie soulignant la passation de commandement entre les lieutenant-généraux Marquis Hainse et Paul Wynnyk, ce jeudi 14 sur la colline du Parlement, à Ottawa, le général Vance a mentionné les défis actuels et futurs de l’Armée canadienne. Il explique ainsi: «Au niveau international, l’armée est à l’avant-garde, gérant des conflits dans le monde entier, contribuant aux opérations en Irak, renforçant des capacités avec des alliés et des partenaires en Pologne, en Ukraine, et très bientôt en Afrique».

S’il n’a pas élaboré davantage devant le public de militaires et de journalistes, le général Vance fait cependant écho aux remarques du ministre de la Défense nationale Harjit Sajjan peu après le Sommet de l’OTAN de Varsovie et juste après une visite en Irak et au Koweït.

Si les rumeurs font état depuis plusieurs mois d’une mission au Mali, où l’armée française dirige une mission de l’ONU, le ministre évoque plutôt un ensemble de pays, du Moyen-Orient à l’Afrique, où il faut contrôler la propagation des militants djihadistes.

«Nous ne pouvons pas regarder juste un seul pays», a expliqué M. Sajjan, lors d’une conférence téléphonique à laquelle a pris part 45eNord.ca. «La raison est que lorsque l’on regarde du côté de l’Afrique… nous pouvons observer divers groupes comme Boko Haram, Al-Shabab, qui tentent de mettre en place un réseau plus large avec l’État islamique», a-t-il poursuivi.

À l’ouest, Boko Haram fait ainsi des ravages dans le nord du Nigeria et dans le Tchad voisin, tandis qu’à l’est les islamistes radicaux shebab ont profité du désordre en Somalie pour établir une empreinte durable.

Avec près de 500 soldats déployés en Pologne et en Ukraine, 800 en Irak et au Koweït et un autre 250 en mer, plus un autre 450 début 2017 en Lettonie, ce sont donc tout près de 2.000 soldats qui seront déployés en tout temps.

Le chiffre magique est de 3.000. C’est en effet le maximum que le Canada a déployé par le passé, que ce soit lors de missions de maintien de la paix au début des années 90 ou au plus fort de la guerre en Afghanistan, à Kandahar. Il reste donc une marge de 1.000 militaires supplémentaires pouvant être déployés.

Lors d’une interview en octobre 2015 avec le lieutenant-général (ret.) Andrew Leslie, ancien commandant de l’Armée canadienne, celui-ci promettait qu’un gouvernement libéral contribuera avec force majeure, selon que le déploiement se fasse sous le chapitre 6 ou 7 des Nations Unies.

Il expliquait à 45eNord.ca qu’un éventuel déploiement se baserait sur la forme d’un groupe-bataillon «avec peut-être des hélicoptères, peut-être des avions, pour donner un appui local».

La plateforme du parti précise également que le Canada enverrait «du personnel qualifié pouvant être déployé rapidement, dont des chefs de mission, des officiers d’état-major et des unités de quartiers généraux», ainsi que au cas par cas «des moyens spécialisés, que ce soit des équipes médicales mobiles, des avions de transport ou un soutien en matière d’ingénierie».

Il y a actuellement 16 opérations de maintien de la paix, dont neuf en Afrique (Soudan, Soudan du Sud, Darfour, Libéria, Sahara Occidental, Mali, République Centrafricaine, République démocratique du Congo et Côte d’Ivoire).

En date du 30 avril, celui qui est pourtant le père fondateur des missions de paix des Nations Unis, le Canada se plaçait à la 73e place des pays contributeurs en troupes, avec 27 militaires et 52 policiers déployés sur cinq missions, selon des données du Département des opérations de maintien de la paix des Nations Unies.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.