La GRC annonce avoir stoppé une menace terroriste

0
La GRC, à l'avant-garde de la lutte au terrorisme au Canada (Archives/Dickelbers/WikiC)
La GRC, à l’avant-garde de la lutte au terrorisme au Canada (Archives/Dickelbers/WikiC)

La Gendarmerie royale canadienne GRC a affirmé mercredi avoir contré une menace terroriste potentielle, avare de détails, mais promettant plus d’information à venir.
—–
Mise à jour au 11/08/2016 à 12h32

Le jeune terroriste abattu en Ontario visait la gare Union où transitent par 200 000 personnes par jour. Voir plus de détails ici.

—–

Mise à jour au 10/08/2016 à 22h30

Le suspect a été identifié par la chaîne privée canadienne CTV comme étant Aaron Driver, 23 ou 24 ans, de Winnipeg. Il aurait été tué lors de l’opération policière à Strathroy, Ont., en banlieue de London, Ontario.

Il projetait une attaque suicide à la bombe visant à faire plusieurs morts. Il était bien connu des responsables du renseignement et de la police canadienne pour son soutien au groupe terroriste islamiste, affirme aussi la chaîne.

Le jeune homme, un sympathisant de l’EI, avait été arrêté par la GRC en juin 2015, soupçonné d’avoir publié un guide sur les réseaux sociaux pour aider les djihadistes à se rendre en Syrie. Il avait finalement été libéré, mais soumis à un mandat de paix et à de sévères conditions de remises en liberté, dont le port d’un bracelet électronique.

Il semble donc que la surveillance dont il était l’objet a fonctionné.

La police croit en outre que Driver agissait seul et que cette menace à la sécurité publique est maintenant écartée. Elle procède toutefois, comme il se doit, à une fouille minutieuse de la maison qu,habitait le suspect à Strathcoy. Les Forces spéciales d’opérations des Forces armées canadiennes ont participé à l’intervention à Strathcoy aux côtés des policiers.

—-

La GRC a toutefois précisé sur son compte twitter que le suspect de la menace terroriste avait été identifié et les mesures nécessaires prises afin d’assurer la sécurité publique.

« Plus tôt aujourd’hui, la GRC a reçu de l’information crédible indiquant une menace terroriste potentielle. Un suspect a été identifié et les mesures appropriées ont été prises afin de s’assurer qu’il n’y ait aucun danger pour la sécurité publique », dit le communiqué de la police fédérale canadienne.

« La sûreté et sécurité des citoyens canadiens est de la plus haute importance pour la GRC et nous prenons très au sérieux ces menaces. Puisque la situation est toujours en cours, nous ne sommes pas en mesure de fournir plus d’information pour l’instant », poursuit le communiqué qui promet que de plus amples détails seront fournis lorsqu’ils seront disponibles.

Le ministre de la Sécurité publique a discuté de la situation avec le premier ministre

« En ce qui concerne les mesures policières et celles liées à la sécurité prises au Canada aujourd’hui, j’ai discuté de la situation avec le premier ministre afin de confirmer que la sécurité publique a été protégée adéquatement et qu’elle le demeure », a pour sa partdéclaré peu après le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, promettant lui aussi que « La GRC discutera des détails opérationnels en temps opportun ».

Le niveau national de menace terroriste pour le Canada demeure au niveau “moyen”, là où il se situe depuis l’automne 2014, a aussi précisé le ministre.

« Les Canadiens peuvent être assurés que lorsque des renseignements crédibles sur une menace terroriste possible sont obtenus, la GRC, le SCRS et les autres organismes policiers et de sécurité prennent les mesures qui s’imposent pour garantir la sécurité de notre pays et de ses citoyens. Ces organismes ont agi efficacement au cours de la situation qui est survenue aujourd’hui », a conclu le ministre.

Opération policière en banlieue de London, Ontario

Un important périmètre a été érigé par la GRC ce soir dans un quartier résidentiel de Strathroy-Caradoc, en banlieue de London, où des policiers vêtus de protection contre les explosifs ont été aperçus.

La police fédérale n’a pas confirmé officiellement qu’il y ait un lien entre cette intervention, la menace terroriste et l’arrestation du suspect dont elle parle dans son communiqué, mais la journaliste de CTV, Mercedes Stephenson, affirme quant à elle que intervention de la police ce soir à London serait bien liée à cette menace et à l’arrestation du suspect, qui serait actuellement détenu.

Des rumeurs avaient couru à Ottawa pendant la journée relativement à la possibilité d’une menace à la sécurité publique, rapportait pour sa part la Presse Canadienne.

La chaîne privée de télévision CTV News, citant un document confidentiel, affirme de son côté que l’individu serait lié au groupe État islamique (EI) et aurait voulu déclencher un engin explosif dans un endroit fréquenté par de nombreuses personnes.

La menace terroriste nous a transformés

Jusqu’ici, le Canada, acteur de premier plan de la coalition internationale dirigée par les États-Unis contre l’EI, a été le théâtre de deux attentats menés par des apprentis-djihadistes se réclamant du groupe djihadiste. En octobre 2014, lors de deux attaques successives, l’une au Québec le 20, l’autre dans la capitale fédérale Ottawa le 22, deux jeunes Canadiens radicalisés tuaient, chacun de leur côté, deux membres des Forces armées canadiennes, l’adjudant Patrice Vincent, happé mortellement par une voiture dans un parking de Saint-Jean-sur-Richelieu, et le caporal Nathan Cirillo, abattu alors qu’il montait la garde au Monument commémoratif de Guerre, à deux pas du Parlement, où il s,est engouffré pour être abatuu à son tour.

Dans la foulée des attentats d’octobre, le gouvernement précédent avait durci ses lois anti-terroristes et accorder plus de pouvoir à la police et aux services de renseignement.

En septembre 2014, dans un message publié en plusieurs langues, le groupe État islamique avait lancé à ses fidèles un appel au meurtre de citoyens des pays coalisés pour le détruire, appelant à les «Tuer de n’importe quelle manière», les Canadiens figurant en bonne place sur la liste des cibles des djihadistes.

Depuis, les attaques commises par des personnes «inspirées» par l’EI se sont multipliés avec ceci de particulier qu’elles sont commises dans des lieux où les attaques terroristes de l’EI et ses affiliées étaient rares auparavant et où on pouvait se croire à l’abri, créant aujourd’hui une véritable psychose chez les Occidentaux peu habitués jusqu’ici à ce genre de menaces et provoquant des réactions qui, à leur tout, alimentent le terrorisme.

Outre le Canada, Ces attaques ont jusqu’à maintenant fait des morts aux États-Unis, en France, le pays occidental sans doute le plus touché, en Belgique, en Australie, au Danemark, ainsi que dans la bande de Gaza,en Bosnie-Herzégovine, au Royaume-Uni, et aux Philippines.

Les commentaires sont fermés.