Le Canada salue la décision de renforcer la mission de l’ONU au Soudan du Sud

0
Des soldats de la paix de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) effectuent un exercice de lutte anti-émeute dans la capitale Djouba. (ONU/ JC McIlwaine)
Des soldats de la paix de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) effectuent un exercice de lutte anti-émeute dans la capitale, Juba, en février 2016.. (ONU/ JC McIlwaine)

« Le Canada salue la décision du Conseil de sécurité des Nations Unies de renforcer la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), et appuie tous les efforts déployés pour mettre en place un embargo sur les armes, de concert avec la communauté internationale. Une MINUSS renforcée est essentielle à la protection des civils et au rétablissement de la paix. », a déclaré aujourd’hui le ministre canadien des Affaires étrangères, Stéphane Dion.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a en effet autorisé vendredi le déploiement de 4000 Casques bleus supplémentaires au Soudan du Sud pour assurer la sécurité à Juba et dissuader les attaques contre les bases de l’ONU, malgré l’opposition du gouvernement local.

Le Conseil a adopté le projet de résolution américain qui menace également d’imposer un embargo sur les armes si le gouvernement bloque le déploiement de ces troupes.

Onze des 15 pays du Conseil ont soutenu cette nouvelle force, la Chine, la Russie, l’Égypte et le Venezuela s’abstenant.

« La coopération régionale et internationale est impérative pour maintenir une paix durable. Le Canada accueille favorablement l’intervention coordonnée par l’Union africaine et l’Autorité intergouvernementale pour le développement afin de faire face au conflit au Soudan du Sud », a déclaré le ministre Dion.

Éthiopie, Kenya et Rwanda devraient être les principaux contributeurs à cette force de maintien de la paix, autorisée à «utiliser tous les moyens nécessaires» pour remplir son mandat. En revanche, l’Ouganda, allié du président sud-soudanais Salva Kiir, avait annoncé plus tôt vendredi qu’il ne fournirait pas de soldats pour ce déploiement supplémentaire.

Ces nouveaux soldats protégeront également l’aéroport et se défendront «promptement et efficacement contre toute personne qui semble de manière crédible mener ou préparer une attaque».

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon fera un premier rapport au Conseil d’ici 30 jours sur ce déploiement de 4000 soldats de la paix et un vote pourrait suivre dans les cinq jours suivants concernant un éventuel embargo sur les armes s’il s’avère que le gouvernement de Juba ne coopère pas sur le déploiement.

« Le Canada », pour sa part, « continuera de surveiller l’évolution de la situation de près, particulièrement en ce qui concerne la situation des droits de la personne, et travaillera avec ses partenaires afin de déterminer la meilleure façon de continuer d’appuyer le processus de paix. », a précisé le chef de la diplomatie canadienne.

«Violence et instabilité»

L’ambassadeur adjoint britannique Peter Wilson a regretté quant à lui qu’un embargo sur les armes n’ait pas été imposé dès à présent: «Nous devons, et nous allons devoir revenir sur ce problème», a-t-il dit.

Le vote de cette résolution est intervenu après une semaine d’intenses négociations, Chine, Russie et Égypte restant très sceptiques sur le déploiement de Casques bleus supplémentaires contre l’avis du gouvernement local.

L’ambassadeur adjoint russe Petr Iliichev a notamment regretté que la résolution n’ait pas réglé «ce problème important» d’obtenir l’accord du président Salva Kiir.

«Personne ne pense que cette force régionale va régler tous les problèmes de violence et l’instabilité qui règnent là-bas», a souligné quant à lui l’ambassadeur adjoint américain David Pressman.

Mais celui-ci a rappelé l’appel lancé par les leaders africains de la région, qui souhaitaient un renforcement de la force de maintien pour assurer la sécurité sur place, ce qui permettrait de relancer les efforts diplomatiques de paix.

Les 13 500 soldats de la Minuss déjà sur place, dont le mandat a été renouvelé jusqu’au mois de décembre, ont été très critiqués pour ne pas avoir protégé des dizaines de milliers de civils réfugiés dans les bases de l’ONU le mois dernier. Des informations ont notamment fait état de femmes et filles agressées sexuellement près d’une base onusienne à Juba.

Des combats dans la capitale sud-soudanaise début juillet ont opposé les forces gouvernementales du président Salva Kiir aux ex-rebelles du vice-président Riek Machar, faisant des centaines de morts et plus de 70 000 réfugiés.

Ces violences ont mis en péril le fragile accord de paix signé en août 2015 pour mettre un terme à la guerre civile débutée en décembre 2013 et qui a déjà fait des dizaines de milliers de morts et 2,5 millions de déplacés.

Quelque 110 000 personnes ont fui le Soudan du Sud et se sont réfugiées en Ouganda depuis le début de l’année, la plupart à cause des combats qui ont repris le mois dernier, a également annoncé vendredi l’ONU.

*Avec AFP

Les commentaires sont fermés.