L’Unité interarmées de soutien du personnel se restructure sous un nouveau commandant

0
De gauche à droite : la capitaine de vaisseau France Langlois, commandante sortante de l’Unité interarmées de soutien du personnel (UISP); la lieutenant-général Christine Whitecross, commandante du Commandement du personnel militaire; et le brigadier-général Dave Corbould, nouveau commandant de l’UISP, lors de la cérémonie de passation de commandement tenue au quartier général de la Défense nationale, à Ottawa, le 5 août 2016.(MDN)
De gauche à droite : la capitaine de vaisseau France Langlois, commandante sortante de l’Unité interarmées de soutien du personnel (UISP); la lieutenant-général Christine Whitecross, commandante du Commandement du personnel militaire; et le brigadier-général Dave Corbould, nouveau commandant de l’UISP, lors de la cérémonie de passation de commandement tenue au quartier général de la Défense nationale, à Ottawa, le 5 août 2016.(MDN)

Aujourd’hui, le brigadier-général Dave Corbould a pris le commandement de l’Unité interarmées de soutien du personnel (UISP), une unité nationale de soutien pour les militaires des Forces armées canadiennes (FAC) malades ou blessés.

Le brigadier-général Corbould participera à la restructuration de l’UISP et optimisera l’intégration des 24 centres intégrés du soutien du personnel (CISP) et des huit centres satellites des commandements désignés (Marine royale canadienne, Armée canadienne, Aviation royale canadienne et Commandement du personnel militaire), qui est prévu pour l’été 2017.

La lieutenant-général Christine Whitecross, commandante du Commandement du personnel militaire, a présidé la cérémonie de passation de commandement, qui a eu lieu au quartier général de la Défense nationale, à Ottawa.

« Je suis très honoré de diriger le personnel très dévoué de l’UISP », a déclaré le brigadier-général Corbould. « Ma priorité est de veiller à ce que chaque militaire malade ou blessé affecté à l’UISP ait accès aux meilleurs programmes et services de soutien durant leur rétablissement afin qu’ils puissent reprendre leur poste militaire ou réussir leur transition vers la vie civile, selon ce qui convient le mieux à la fois au militaire et aux Forces armées canadiennes. », a déclaré le brigadier-général Dave Corbould, commandant de l’UISP.

En bref

La structure de l’Unité interarmées de soutien du personnel (UISP) a été mise en place, d’abord comme projet pilote, en 2008 afin de répondre à l’afflux de militaires des Forces armées canadiennes visiblement malades ou blessés dans le cadre des opérations en Afghanistan. Au fil du temps, la portée des programmes, la prestation des services et la nature des blessures traitées ont changé considérablement.

En 2015, le chef d’état-major de la Défense a ordonné la tenue d’un examen global de l’UISP dans le cadre duquel on a identifié les éléments qui fonctionnaient bien et ceux qui devaient être améliorés pour bonifier le soutien offert aux militaires malades ou blessés.

L’UISP est actuellement en processus de restructuration afin de régler plusieurs problèmes soulevés dans le cadre de l’examen. Parmi les changements importants, citons notamment l’ajout de personnel dans les 24 centres intégrés de soutien du personnel et le remaniement de la structure d’état-major en y intégrant les commandements d’armées dans l’objectif de renforcer l’obligation de rendre compte et de permettre la prestation de meilleurs services aux militaires.

Un examen approfondi fondé sur les faits est en cours auprès de représentants de l’UISP, des commandements, des Services de santé des Forces canadiennes, et du Directeur général – Carrières militaires, notamment, en vue de jeter les bases de la nouvelle structure et de lancer le projet d’amélioration des soins et services destinés aux militaires malades ou blessés.

L’UISP et ses 24 centres intégrés de soutien du personnel et 8 centres satellites offrent des services et du soutien à plus de 1 500 militaires affectés à l’UISP pour une période de 6 mois ou plus. Par ailleurs, bon an, mal an, l’organisation soutient plus de 3 000 patients qui se présentent en personne dans l’un des points de service.

Les commentaires sont fermés.