Nébuleuse EI: depuis 2002, 4.900 attaques qui ont tué plus de musulmans que de «mécréants»

0
25 civils, dont six enfants, ont été tués dans des raids aériens sur Raqqa, le fief du groupe Etat islamique (EI) en Syrie. (AFP/Archives/AHMAD AL-RUBAYE)
Le drapeau du groupe État islamique (EI) flotte en Syrie. (AFP/Archives/AHMAD AL-RUBAYE)

Entre 2002 et 2015, le groupe État islamique, les organisations qui l’ont précédé, qui y sont affiliées ou les individus qu’il a inspirés ont mené plus de 4.900 attaques dans le monde, faisant plus de 33.000 morts, indique l’étude d’une université américaine.

Selon ce décompte, publié mardi par le consortium Study of terrorism and response to terrorism (Start), de l’université du Maryland, cela représente 13% des actions terroristes menées dans le monde sur cette période, et 26% des tués.

160810-ei-attaques-terroristes-carte
Contrairement à la croyance populaire en Occident, les attaques ont fait un nombre considérable de victimes dans le monde musulman. L’étude de l’Université du Maryland présente une carte interactive des attaques de la « nébuleuse EI » qui permet de voir le nombre effarant de victimes des attaques terroristes dans le monde musulman du groupe ultra-radical et de ceux qu’il a inspiré dans le monde. (Source: Start)

Les chercheurs font remonter à octobre 2002, et l’assassinat en Jordanie du diplomate américain Laurence Foley par un petit groupe dirigé par Abou Moussab al-Zarkaoui, le premier acte de terreur qu’ils attribuent à un groupe qui va évoluer pour, en 2013, devenir la structure aujourd’hui connue sous l’appellation « État islamique ».

En plus des 33.000 tués, cette nébuleuse et les individus isolés qui s’en réclament ont fait environ 41.000 blessés et ont été impliqués dans l’enlèvement de plus de 11.000 personnes, révèle l’étude.

Des sacs contenant les corps de recrues chiites qui auraient été massacrées en 2014 par le groupe EI sont enetreposés sur la base militaire Speicher à Tikrit, en Irak, le 12 avril 2015 (Archives/Ahmad al-Rubaye/AFP)
Des sacs contenant les corps de recrues chiites qui auraient été massacrées en 2014 par le groupe EI sont entreposés sur la base militaire Speicher à Tikrit, en Irak, le 12 avril 2015 (Archives/Ahmad al-Rubaye/AFP)

Entre octobre 2002 et avril 2013, les deux groupes qui ont précédé l’EI, Al-Qaïda en Irak et l’État islamique en Irak, ont mené leurs attaques quasi-exclusivement (95%) sur le territoire irakien, selon cette étude.

De mai 2013 à la fin 2013, l’EI a mené en moyenne 46 attaques par mois. Ce chiffre est passé en 2014 à 106 attaques par mois, et à 102 attaques mensuelles en 2015.

L’attaque la plus meurtrière, selon cette étude, a été menée en juin 2014 en Irak, quand les 1.600 recrues de l’armée irakienne ont été enlevées à Tikrit, puis toutes ou presque assassinées.

Dans 80% des cas, les attaques ont été menées à l’aide d’explosifs, dans 16% des cas seulement des armes à feu ont été employées.

Le consortium Start dresse également la liste des trente organisations qui dans le monde sont considérées comme affiliées à l’EI.

Ces chiffres ont été tirés de la base de donnée globale sur le terrorisme (Global terrorism database, GTD), tenue à jour par le consortium Start, qui recense plus de 150.000 incidents terroristes intervenus dans le monde depuis 1970.

(Source: Start)
(Source: Start)

Les attaques « inspirées par l’EI ont fait moins de morts mais crée un véritable psychose en Occident

Les attaques commises par des personnes « inspirées » par l’EI et dont fait état le rapport, toutes survenues en 2014 et 2015 ont quant à elles ceci de particulier qu’elles ont eu lieu dans des endroits où les attaques terroristes étaient relativement rares par rapport aux endroits où l’EI et ses affiliées son généralement actifs, souligne le rapport de l’Université du Maryland.

Les attaques de cette catégorie pendant la période étudiée (2002 à 2015) ont eu lieu aux États-Unis, 8 attaques, et en France, 6, en Australie 4, au Danemark 2, au Canada 2 ainsi qu’une attaque dans chacun des pays ou territoires suivants: la bande de Gaza, la Bosnie-Herzégovine, le Royaume-Uni, et les Philippines.

Les attaques terroristes menées par des individus inspirés par le groupe djihadiste étaient aussi généralement beaucoup moins meurtrières que celles perpétrées par l’EI ou un de ses groupes affiliés.

Des officiers de police alors qu'ils cherchaient des suspects de la fusillade à San Bernardino le 2 décembre 2015. (AFP / Patrick T. Fallon)
Des officiers de police alors qu’ils cherchaient des suspects de la fusillade à San Bernardino le 2 décembre 2015. (AFP / Patrick T. Fallon)

Aux États-Unis, sept des huit attaques a ont causé un ou deux morts, dont trois attaques qui ont été menées par le même agresseur dans l’état de Washington et New Jersey, et trois attaques à New York, en Californie et au Texas, dans lesquelles seule l’auteur ou les auteurs ont été tués. Dans la huitième attaque, deux assaillants ont tué 14 personnes et blessé plus de 20 autres à San Bernardino, en Californie avant d’être tués dans une fusillade avec la police.

En France, en plus des véritables combattants de l’EI ont orchestré et exécuté une série d’attaques très meurtrières coordonnées en novembre 2015, six attaques commises par des émules des combattants djihadistes ont tué neuf personnes, dont deux auteurs des attaques. Trois des six attaques étaient l’œuvre d’un seul et même auteur, qui a attaqué un jogger, un officier de police, et un supermarché cachère sur trois jours consécutifs en janvier 2015.

LIRE AUSSI: L’ÉRADICATION DE L’EI EN AUCUN CAS NE SERA SIMPLE ET FACILE >>

Quatre attaques inspirées par l’EI ont aussi eu lieu en Australie. Dans l’une, un agresseur a poignardé et blessé deux policiers avant d’être abattu par les autorités. Une autre attaque, visant un chef religieux chiite, s’est avérée non létale. En décembre 2014 18 personnes ont été pris en otage dans un café de Sydney. L’agresseur et deux otages ont été tués. Et, en octobre 2015, un attaquant a tiré sur un employé de la police civile; à la fois l’agresseur et la victime ont été tués.

Plus près de nous, deux attaques distinctes au Canada en octobre 2014 avaient pour cible des soldats des Forces armées canadiennes. Dans chacune de ces attaques, l’agresseur et une victime ont été tués.

En février 2015, deux personnes ont été tuée par un agresseur inspiré par l’EI qui a ciblé une synagogue et un centre culturel à Copenhague, Danemark.

Deux soldats ont été tués dans une attaque inspirée par le groupe ultra radical en Bosnie-Herzégovine en novembre 2015, et deux soldats ont été tués dans un marché aux fruits aux Philippines en décembre 2015.

Toujours pendant la période étudiée, des attaques qui n’ont pas fait de mort ont aussi eu lieu à Gaza, ciblant le Centre culturel français, et deux au Royaume Uni, ciblant les passagers du métro à Londres.

Dix-huit des 26 attaques attaques « inspirées » par l’EI ont été suivis par des attaques terroristes contre des cibles musulmanes, en particulier les mosquées, dans les semaines et les mois suivants.

Et aujourd’hui, après les attaques des prédécesseurs de l’EI, du groupe armé EI lui-même, de ses groupes affiliés et des personnes inspirées par lui et répondant à ses appels au meurtre, semant l’effroi et la consternation et créant une véritable psychose chez les Occidentaux qui croient, bien à tort, être davantage ciblés que les ennemis musulmans des extrémistes, s’est crée récemment une catégorie nouvelle pour alimenter encore davantage la psychose: l’attaque revendiquée opportunément par l’EI, qu’elle ait été inspirée ou non et qu’elle ait un lien ou non avec le djihadisme violent.

La prochaine tendance: les jours d’orage, l’EI revendiquera dorénavant la foudre!

*Avec AFP

Les commentaires sont fermés.