Pyongyang accuse les États-Unis de «préparer une frappe nucléaire préventive»

0
Un chasseur-bombardier B-IB Lancer au dessus du Pacifique (Staff Sgt. Bennie J. Davis III/United States Air Force)
Un chasseur-bombardier B-IB Lancer au dessus du Pacifique (Staff Sgt. Bennie J. Davis III/United States Air Force)

La Corée du Nord a accusé samedi les États-Unis de préparer une frappe nucléaire préventive après l’annonce par Washington du déploiement d’un bombardier stratégique B-1 dans le Pacifique, pour la première fois depuis dix ans.

Le bombardier stratégique devait être déployé samedi sur l’île américaine de Guam, dans l’ouest du Pacifique, selon l’armée américaine qui avait annoncé le 29 juillet cette opération. C’est la première fois qu’un B-1 est envoyé à Guam depuis avril 2006.

«Les ennemis font de l’esbroufe (pour montrer) qu’ils peuvent préparer une frappe nucléaire préventive sur la RPDC (république populaire démocratique de Corée) en faisant voler un B-1B au-dessus de la péninsule nord-coréenne dans les deux-trois heures en cas d’urgence», a affirmé un communiqué rendu public par les médias officiels nord-coréens.

«De telles initiatives destinées à renforcer la force nucléaire revèlent de nouveau que les impérialistes américains considèrent une frappe nucléaire préventive sur la RPDC comme un fait accompli», fulmine Pyongyang.

La Corée du Nord a menacé d’avoir recours à des «actions physiques» pour s’opposer au déploiement prévu d’un système antimissile américain en Corée du Sud, connu sous le sigle de THAAD.

La Corée du Nord a à plusieurs reprises averti qu’elle pourrait procéder à des frappes nucléaires préventives contre des cibles sud-coréennes et américaines. Son ambition ultime est d’être capable d’atteindre le territoire américain.

Le climat est très tendu entre la Corée du Nord d’une part et la Corée du Sud, le Japon et les États-Unis d’autre part depuis le quatrième essai nucléaire nord-coréen en janvier et le tir de missiles nord-coréens qui ont atteint pour la première fois les eaux japonaises.

L’armée américaine avait indiqué que le B-1 déployé à Guam devait «fournir au commandement américain du Pacifique et aux alliés régionaux et partenaires des États-Unis une plate-forme crédible de projection de la force stratégique».

Les commentaires sont fermés.