Syrie: les rebelles renversent la situation à Alep, l’EI chassé de Minbej

0
Un tank du régime syrien rentre dans le village de Tal Jabin, au nord d'Alep, le 3 février 2016. (AFP/GEORGE OURFALIAN)
Un tank du régime syrien rentre dans le village de Tal Jabin, au nord d’Alep, le 3 février 2016. (AFP/GEORGE OURFALIAN)
Une alliance de jihadistes et de rebelles islamistes a renversé spectaculairement la situation samedi à Alep où elle était en passe de briser l’encerclement des quartiers insurgés par le régime et d’assiéger la partie gouvernementale de cette ville du nord de la Syrie.

Autre développement important dans la Syrie en guerre, au nord-est d’Alep, les forces coalisées kurdo-arabe soutenues par l’Occident ont remporté une grande victoire contre les jihadistes du groupe État islamique (EI) en s’emparant de leur fief de Minbej.

« L’Armée de la Conquête a pris samedi le contrôle de l’académie d’armement, où se trouvent d’importantes munitions, et de la majeure partie de l’académie d’artillerie », au sud d’Alep, a affirmé Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

« Elle est sur le point de couper, par le feu, la route d’approvisionnement menant aux quartiers gouvernementaux » d’Alep, a-t-il ajouté.

Alep, deuxième plus grande ville du pays et enjeu majeur du conflit, est divisée depuis 2012 entre quartiers est contrôlés par les rebelles et secteurs ouest prorégime. Les premiers sont assiégés depuis le 17 juillet par le régime et les seconds quasi encerclés par les rebelles.

« Les forces du régime sont dans une position très difficile malgré l’appui aérien russe », a ajouté M. Abdel Rahmane.

Selon lui, si les rebelles s’emparent du quartier gouvernemental de Ramoussa, tout proche des académies, ils pourront faire la jonction avec le secteur rebelle de Cheikh Saïd, et ainsi briser le siège imposé par le régime.

Contre-attaque du régime

Pour mener à bien leur opération, les jihadistes ont lancé plusieurs voitures piégées et des kamikazes contre le mur d’enceinte des écoles militaires et ont pu pénétrer dans le site à travers les ouvertures obtenues, selon le site pro-régime almasdarnews.

Le Front Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra ayant renoncé à son rattachement à Al-Qaïda), qui fait partie de l’Armée de la Conquête, a annoncé samedi la prise de contrôle des deux académies et d’une troisième position militaire dans le même secteur.

Selon l’OSDH et la télévision officielle syrienne, les forces du régime ont lancé une contre-attaque pour reprendre le terrain perdu.

L’annonce de la prise des académies a, en tous les cas, redonné le moral aux habitants des quartiers rebelles.

« Les mosquées ont lancé des ‘Allah Akbar’ (Dieu est grand) à l’annonce des victoires et si nous gagnons totalement, j’égorgerais un mouton et offrirais la viande aux pauvres », a affirmé à l’AFP Moustapha Brino, 26 ans, du quartier de Boustane al-Qasr.

« La semaine dernière, je me demandais comment j’allais survivre et comment je pourrais quitter la ville, mais maintenant le moral est bien meilleur », note Ahmad Adna, 46 ans, du quartier d’al-Kallassé.

Alors que la situation des groupes rebelles et jihadistes semblait extrêmement précaire après l’encerclement des quartiers est par le régime, ils avaient cependant lancé dimanche une offensive pour tenter d’alléger le siège et une attaque d’ampleur vendredi contre les académies.

L’EI perd Minbej

Au nord-est d’Alep, toujours dans la province du même nom, les forces démocratiques syriennes (FDS) se sont emparées samedi de Minbej, le fief du groupe jihadiste, un peu plus de deux mois après avoir lancé leur offensive contre cette localité stratégique du nord de la Syrie.

Les FDS « contrôlent samedi Minbej et ratissent le centre-ville à la recherche des derniers jihadistes encore présents dans la ville » a affirmé l’OSDH.

Le porte-parole du Conseil militaire de Minbej, composante des FDS, Sherfan Darwish, a déclaré pour sa part à l’AFP que ses troupes contrôlaient 90% de la ville mais que des combats avaient encore lieu dans le centre de la localité.

Les FDS avaient lancé le 31 mai une offensive visant à reprendre Minbej, qui était alors le principal carrefour d’approvisionnement de l’EI, de la frontière turque vers Raqa, sa capitale de facto en Syrie située plus à l’est.

Avec l’appui aérien de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, les FDS avaient repris plusieurs localités et villages autour de Minbej avant d’y entrer le 23 juin mais progressaient lentement en raison des contre-attaques des jihadistes.

Déclenché par la répression de manifestations pacifiques en mars 2011, le conflit en Syrie s’est complexifié avec l’intervention militaire de pays étrangers et la montée en puissance de jihadistes. Il a fait plus de 280.000 morts et jeté sur les routes des millions de personnes.

Les commentaires sont fermés.