Trump blague sur la «Purple Heart», accordée à ceux qui ont versé leur sang

0
Donald Trump et un ancien combattant qui lui a donné sa prestigieuse médaille Purple Heart, le lieutenant colonel Louis Dorfman, le 2 août 2016 à Ashburn en Virginie. (AFP/MOLLY RILEY)
Donald Trump et un ancien combattant qui lui a donné sa prestigieuse médaille Purple Heart, le lieutenant colonel Louis Dorfman, le 2 août 2016 à Ashburn en Virginie. (AFP/MOLLY RILEY)

Le candidat républicain à la Maison-Blanche Donald Trump a déclenché une nouvelle polémique mardi: remerciant un ancien combattant qui lui a donné sa prestigieuse médaille Purple Heart, le milliardaire a confié en avoir toujours voulu une, mais estimé «plus facile» de l’obtenir de cette façon.

Ces propos, émanant d’un homme qui n’a jamais servi dans l’armée, ont déclenché de vives critiques.

D’autant que cela intervient après plusieurs jours de joutes verbales entre l’homme d’affaires et les parents d’un soldat américain musulman mort au combat en Irak en 2004. Khizr Khan, le père du capitaine Humayun Khan, a livré jeudi dernier à la convention démocrate un témoignage qui a ému l’Amérique, dans lequel il a pris à partie M. Trump disant qu’il n’avait «rien sacrifié» pour son pays.

En rassemblement de campagne mardi à Ashburn en Virginie, le milliardaire a expliqué qu’un ancien combattant – qu’il a identifié comme étant le lieutenant colonel Louis Dorfman – lui avait remis sa précieuse Purple Heart. Cette décoration décernée par le président des États-Unis récompense les soldats blessés au combat.

Il a précisé avoir demandé à l’ancien militaire si c’était «la vraie ou une copie». « Et il a dit « c’est ma vraie Purple Heart »», a raconté l’homme d’affaires.

«J’ai toujours voulu avoir une Purple Heart», a ajouté Donald Trump. «C’était beaucoup plus facile (de l’obtenir) comme ça», c’est-à-dire par un don plutôt qu’en combattant.

M. Dorfman – qui a reçu cette médaille après avoir été blessé en Irak en 2007 selon plusieurs médias américains – est brièvement apparu sur scène aux côtés de Trump, mais il n’a pas pris la parole.

La candidate démocrate Hillary Clinton a rapidement réagi aux commentaires de son rival : «Ceci de la part d’un homme qui dit s’être « sacrifié » pour notre pays», a-t-elle tweeté.

Le New York Times a rapporté lundi que Donald Trump avait bénéficié de plusieurs sursis à son incorporation dans l’armée pendant la guerre du Viêtnam: quatre à cause de ses études et un à cause d’un éperon osseux au pied. Il n’a jamais été enrôlé.

Les propos provocateurs du milliardaire au sujet des parents de Humayun Khan ont suscité l’ire de l’opinion, jusque dans les rangs républicains et parmi les groupes d’anciens combattants qui ont qualifié son comportement de «répugnant» et offensant.

Barack Obama l’a critiqué avec virulence mardi, affirmant qu’il était «terriblement mal préparé» et «pas qualifié» pour prendre sa succession.

Les commentaires sont fermés.