Afghanistan: les talibans menacent une troisième capitale provinciale

0
Photo non datée fournie par les talibans afghans le 25 mai 2016 du nouveau mollah Haibatullah Akhundzada.
Photo non datée fournie par les talibans afghans le 25 mai 2016 du nouveau mollah Haibatullah Akhundzada.

Les talibans se sont emparés mercredi d’avant-postes des forces de sécurité près de Tarin Kot, le chef-lieu de la province d’Uruzgan (sud), menaçant une troisième capitale provinciale, après celles du Helmand (sud) et du Kunduz (nord).

Les talibans sont parvenus jusqu’à sept kilomètres de la capitale de cette province productrice de pavot, selon les autorités locales.

«Quelques points de contrôle sont tombés entre les mains des talibans sans beaucoup de résistance de la part des forces de sécurité», a déclaré Haji Baridad, un chef tribal de Tarin Kot.

Si les membres des forces de sécurité «continuent de fuir, les habitants seront obligés de prendre les armes pour défendre la ville», a-t-il dit.

Mais Dost Mohammed Nayab, porte-parole du gouverneur de la province, a rejeté ces allégations : «Les talibans se sont emparés de quelques avant-postes et ont progressé jusqu’à sept kilomètres de la ville, mais ils sont repoussés avec l’arrivée de nouveaux commandos», a-t-il déclaré à l’AFP.

«Ces renforts ne sont pas suffisants, mais d’autres sont attendus», a-t-il ajouté.

M. Nayab a précisé que six membres des forces de sécurité avait été tués dans les combats au cours des deux derniers jours, ainsi que 36 talibans.

Des rumeurs prêtaient aux talibans l’intention de marcher sur la prison de Tarin Kot afin de libérer les insurgés qui y sont détenus, ce qu’ils avaient fait lorsqu’ils avaient brièvement pris le contrôle de Kunduz en 2015.

En s’approchant de Tarin Kot, les talibans ont promis sur les réseaux sociaux de faire preuve d’indulgence à l’égard des forces gouvernementales à condition qu’elles se rendent sans conditions.

Le porte-parole du ministère de la Défense Mohammad Radmanish a dénoncé cette «campagne de propagande», affirmant que les talibans seraient repoussés des faubourgs de la ville.

L’armée afghane est dispersée sur plusieurs fronts depuis que les talibans menacent d’également s’emparer de Lashkar Gah, capitale de la province du Helmand, la plus vaste du pays, productrice de 80% de l’opium mondial, et de Kunduz, capitale de la province du même nom.

Si la situation se détériorait, plus d’un million de personnes pourraient être déplacées d’ici à la fin de l’année 2016, a mis en garde le patron des opérations humanitaires de l’ONU Stephen O’Brien.

«Des familles ont perdu leur foyer. Les déplacés vivent sous des tentes, dans l’incapacité de nourrir leurs enfants», qui ne sont pas scolarisés, a-t-il souligné mercredi.

Les commentaires sont fermés.