Canadien enlevé en Libye: Ottawa se fait discret pour ne pas mettre la vie des otages en danger

0
Les forces gouvernementales libyennes prennent position à Syrte, le 11 juin 2016 pour combattre les djihadistes de l'EI. (AFP/Archives/MAHMUD TURKIA)
Les forces gouvernementales libyennes prennent position à Syrte, le 11 juin 2016 pour combattre les djihadistes de l’EI. (AFP/Archives/MAHMUD TURKIA)

Ottawa a finalement confirmé qu’un Canadien figure parmi les trois personnes prises en otage en Libye depuis le début de la semaine dernière, mais annoncé que, pour éviter de mettre en danger la vie des otages, il ne divulguera aucun autre renseignement.

Le 19 septembre, Affaires mondiales Canada avait déclaré être au courant d’informations «troublantes» selon lesquelles un citoyen canadien aurait été enlevé en Libye.

Trois ingénieurs étrangers en poste en Libye ont été enlevés par des assaillants non identifiés, tôt ce lundi matin 19 septembre, avaient alors rapporté les autorités de la municipalité de Ghat, dans le sud du pays. Ils travaillaient tous les trois pour la même entreprise italienne de construction, selon le communiqué diffusé par les autorités libyennes.

Aujourd’hui, un porte-parole d’Affaires mondiales Canada, Michael O’Shaughnessy, a déclaré par voie de communiqué que le gouvernement canadien tente toujours d’obtenir de plus amples informations à ce sujet par l’entremise de tous les canaux appropriés.

le communiqué a toutefois prévenu que que le gouvernement ne donnera pas plus de commentaires à ce sujet. Il ne divulguera pas non plus aucun renseignement qui pourrait compromettre les efforts visant à libérer les otages ou qui pourrait mettre en danger la vie de Canadiens.

Plus tôt cette semaine, un dirigeant libyen avait indiqué que les autorités enquêtaient sur l’enlèvement de trois travailleurs étrangers près de la frontière du pays avec l’Algérie: Hassan Osman Eissa, du conseil municipal de Ghat, a déclaré à l’Associated Press, jeudi, que les ravisseurs ne faisaient pas partie d’al-Qaïda, mais qu’ils étaient plutôt des hors-la-loi locaux.

Les commentaires sont fermés.