CH-148 Cyclone: une capacité opérationnelle de déploiement en avril 2018

0
Un Cyclone CH-148, à Shearwater (Archives/Sikorsky)
Un Cyclone CH-148, à Shearwater (Archives/Sikorsky)

Répondant à une demande de 45eNord.ca, l’Aviation royale canadienne annonce que l’avancement du remplacement de l’actuelle flotte de CH-124 Sea King par des CH-148 Cyclone permettra de déclarer une capacité opérationnelle de déploiement des nouveaux hélicoptères en avril 2018.

En date du 15 septembre 2016, l’Aviation royale canadienne dispose de quatre hélicoptères Cyclones et 20 hélicoptères Sea King.
Sikorsky, qui est responsable du programme d’entraînement organique initial des aviateurs, a effectué un peu plus de 90 heures de vol en 2016.

Au cours du programme initial d’essai et d’évaluation opérationnels conduit par l’ARC, plusieurs «lacunes avec le soutien en service pour le Cyclone» ont été révélées. Les cadres de l’Aviation notent toutefois que cela est dû à l’introduction d’un nouveau système militaire complexe, mais que Sikorsky et le ministère de la Défense nationale ont «travaillé en étroite collaboration, et rapidement, en vu d’élaborer et de mettre en œuvre des mesures correctives qui ont abouti à d’importantes améliorations depuis les premières livraisons des aéronefs en juin à 2015».

L’Aviation royale canadienne prévoit que les 28 Sea King restants seront tous mis à la retraite d’ici à décembre 2018. Pour le moment, huit ont déjà été retirés. Et le dernier vol du dernier Sea King aura lieu sur la côte ouest.

Entre temps, il est prévu que l’Aviation royale canadienne et la Marine royale canadienne disposent d’une capacité opérationnelle de déploiement, soit deux détachements d’hélicoptères Cyclone à bord de navires de la Marine royale canadienne menant des opérations maritimes en avril 2018.

À ce jour, la principale étape atteinte, dont la réalisation était prévue pour le printemps 2016, fut l’atterrissage du Cyclone sur le pont d’un navire de guerre par le premier équipage de détachement aérien provenant exclusivement des Forces armées canadiennes, opération qui s’est déroulée avec succès en avril. Plus récemment, une autre étape importante a été atteinte: la conclusion du dernier cours de technicien en systèmes aéronautiques associé au Sea King du 406e Escadron.

Même si l’ensemble des hélicoptères CH-148 Cyclone seront livrés d’ici à décembre 2018, il faudra attendre un peu avant 2025 pour atteindre la capacité opérationnelle totale, c’est à dire que tous les appareils soient équipés de la même capacité, et que les équipages et les techniciens soient tous formés sur cette capacité.

Le projet d’hélicoptères maritimes utilise en effet une «stratégie par blocs» qui consiste à intégrer par étapes des caractéristiques d’un aéronef.

Ainsi, les hélicoptères qui seront livrés d’ici à juin 2018 seront livrés dans une configuration du bloc 1. Ceux qui seront livrés à partir de juin 2018 seront livrés dans une configuration du bloc 2.0 avec un système de mission pleinement intégré capable de mener l’ensemble du spectre des opérations de lutte anti-sous-marine et anti-surface. Les hélicoptères qui auront été livrés dans une version 1 (1.1 ou 1.2) seront tous mis à jour entre 2018 et 2021.

– Septembre 2016: 6 CH-148 livrés, 4 opérationnels. 20 CH-124
– Avril 2018: capacité opérationnelle de déploiement avec deux détachements de CH-148
– Décembre 2018: retrait des derniers CH-124; Livraison des derniers CH-148
– Décembre 2021: mise à jour de tous les CH-148 vers le Bloc 2
– 2022: fermeture du projet des hélicoptères maritimes
– avant 2025: capacité opérationnelle totale des CH-148

Experts et observateurs s’accordent pour considérer le programme des hélicoptère maritimes comme le parfait exemple à ne pas suivre: première annulation pure et simple du programme en 1993 accompagnée d’atermoiements successifs de 10 ans – notamment dus aux 500 millions $ de pénalités d’annulation – avant qu’un premier accord ne soit conclu avec Sikorsky en 2004 sous la forme de deux contrats (acquisition d’une part, maintenance d’autre part) pour un montant total de 5 milliards $.

S’ensuivirent des retards non seulement dans la livraison de la version finale des Cyclone – prévue initialement en 2008 – mais également dans celle d’appareils provisoires censés assurer la transition avec le retrait progressif des Sea King.

Enfin, en 2013, alors même que les Sea King célèbraient leur demi-siècle, le ministère des Travaux Publics et Services Gouvernementaux Canada chargeait la société Hitachi Consulting de procéder à une évaluation du programme et menaçait Sikorsky de dénoncer le contrat compte tenu des nombreux retards accumulés.

La lumière au bout du tunnel est proche!

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER

Les commentaires sont fermés.