Irak: Obama envoie 600 soldats supplémentaires pour reprendre Mossoul

0
Des soldat américains de la compagnie Charlie, 2nd Battalion 504th Infantry Regiment, 1st Brigade Combat Team, 82nd Airborne Division, en janvier 2010 avant que les États-Unis ne retirent leurs troupes d'Irak, à Baharia, dans la province d'Al Anbar, aujourd'hui en très grande partie aux mains des jihadistes de l'EIIL (Archives/Spc. David M. Sharp/USArmy)
L’afflux de soldats américains en Irak viendrait en aide à l’armée canadienne qui est sur le terrain et qui possède un rôle moins actif militairement depuis le retrait des avions de chasses CF-18 en février dernier. (Archives/Spc. David M. Sharp/USArmy)

Le président américain Barack Obama a donné mercredi son feu vert à l’envoi de quelque 600 soldats supplémentaires à l’approche de la bataille de Mossoul, dernier grand bastion du groupe Etat islamique en Irak.

A la faveur d’une offensive fulgurante en 2014, les jihadistes de l’EI se sont emparés de plusieurs pans du territoire irakien au nord et à l’ouest de Bagdad et ont fait de Mossoul leur place forte. Les forces irakiennes, qui ont depuis deux ans reconquis de vastes espaces, surtout dans la grande province occidentale d’Al-Anbar, se préparent dorénavant à lancer l’assaut sur la ville.

« Le rôle de ces forces (américaines) sera principalement d’aider les forces de sécurité irakiennes, ainsi que les peshmergas (combattants kurdes) dans les opérations visant à reprendre le contrôle de Mossoul », a expliqué le chef du Pentagone Ashton Carter, évoquant des missions d’entrainement, de collecte de renseignement et d’aide logistique.

Les troupes américaines auront aussi pour mission de « protéger et accentuer les gains enregistrés ailleurs en Irak par les forces de sécurité irakiennes », a-t-il précisé, lors d’un déplacement dans l’Etat du Nouveau Mexique.

Selon un haut responsable militaire américain, 615 soldats supplémentaires seront envoyés sur le terrain.

Le nombre total de soldats américains en Irak, d’où les Etats-Unis s’étaient retirés militairement fin 2011, s’élève aujourd’hui à environ 4.600.

Peu avant, les services du Premier ministre irakien Haider al-Abadi avaient indiqué avoir demandé une « dernière augmentation » du nombre de conseillers militaires américains pour soutenir les forces irakiennes dans leur bataille imminente pour libérer Mossoul.

Le communiqué assurait que le nombre de conseillers militaires américains repartirait à la baisse une fois la bataille de Mossoul achevée.

Plusieurs responsables occidentaux ont laissé entendre que l’offensive pourrait être lancée en octobre mais M. Abadi est resté évasif sur le calendrier militaire.

Lors d’une rencontre la semaine dernière à New York avec le Premier ministre irakien, M. Obama avait estimé que cette offensive pourrait être lancée « assez rapidement ».

« Priver l’EI de sa base »

« Cela va être une bataille difficile, Mossoul est une grande ville », avait-il averti.

L’objectif, avait-il insisté, n’est pas seulement de chasser le groupe EI de la ville, mais aussi de préparer la suite: aide humanitaire de grande ampleur et reconstruction de la ville.

La coalition, mise sur pied à l’été 2014 et qui a effectué 14.000 bombardements en Syrie et en Irak, prépare avec le gouvernement irakien l’accueil des centaines de milliers de réfugiés – jusqu’à un million selon l’ONU – qui pourraient tenter de fuir pendant les combats.

Les alliés tentent aussi de déterminer la future gouvernance de la ville, sur laquelle Bagdad et le gouvernement régional du Kurdistan irakien doivent se mettre d’accord.

« Je suis confiant dans le fait que nous allons parvenir à priver l’EI de sa base territoriale », soulignait cet été le secrétaire d’Etat américain John Kerry. « Mais l’EI restera dangereux, même quand cette défaite aura eu lieu », ajoutait-il, en allusion aux récentes attaques revendiquées ou inspirées par l’EI comme à Nice, Bagdad, Istanbul ou Dacca.

Outre le déploiement de conseillers militaires américains en Irak, les Etats-Unis apportent une couverture aérienne cruciale aux forces gouvernementales dans leurs opérations antijihadistes.

En Syrie, des centaines de militaires américains sont déployés auprès de groupes rebelles et kurdes face à l’EI, également bombardé par l’aviation de la coalition internationale.

Les commentaires sont fermés.